Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Septembre 2018, 01h42

Les arcades de la rue Royale n'ont pas connu de restauration depuis 1958. Dès février 2017, débutera la première phase de chantier.

« Nous voulons travailler sur la modernisation et l'homogénéisation de l'ensemble de l'espace, du bas de la rue Royale jusqu'à la place du Martroi. Ce fut un projet difficile à faire passer », Olivier Carré, député-maire d'Orléans.

COMMERCES - Cela fait 58 ans que les arcades de la rue Royale n'ont pas été restaurées. Cette artère commerçante du centre-ville - 70 boutiques - fera donc l'objet d'une requalification à compter de « février 2017 » pour une durée d'environ un an. Ce projet figurait, par ailleurs, dans le programme électoral de Serge Grouard - le maire démissionnaire d'Orléans - lors des municipales 2014. 

Plusieurs propositions de requalification de cette rue avaient été déjà proposées aux commerçants mais jusqu'ici aucune n'avait abouti, faute de consensus. « C'est désormais en marche », assure, soulagé, le député-maire LR Olivier Carré, qui a su enfin mettre autour de la table l'ensemble des professionnels et des copropriétaires de la rue Royale. « Nous voulons travailler sur la modernisation et l'homogénéisation de l'ensemble de l'espace, du bas de la rue Royale jusqu'à la place du Martroi. Ce fut un projet difficile à faire passer », concède l'élu, pas mécontent d'avoir trouver, « en concertation avec les groupes de travail », une ligne commune de réflexion et d'élaboration du projet.

ED-ARCADES-PRO-190916 envoi.jpg
Le visuel du projet sous les arcades de la rue Royale.

Bien sûr, comme à chaque fois, les travaux impacteront la circulation, le stationnement et donc le flux des passants, clients potentiels des commerces de ladite rue. Mais « il faut souffrir pour être beau », a-t-on coutume de dire. Et autant le dire tout de suite, il n'y aura aucune indemnisation des commerçants, le temps de ce chantier, malgré, certainement, le manque à gagner.

Un chantier de près d'un an

Sur le plan cosmétique, entre guillemets, les arcades seront entièrement refaites, du sol au plafond avec des éclairages spécifiques sur les carrefours et au sol, sans oublier la sonorisation. « On aura du dallage au sol, ainsi que des tapis de sol en asphalte poli avec le clou d'Orléans - en version carré - au milieu des tapis, précise Véronique Allaire, conseillère déléguée au commerce. Le tout sera orné par de la pierre calcaire mais avec un découpage moderne comme celui de la place Charles de Gaulle ». Et d'ajouter : « On a répondu autant que faire se peut aux demandes spécifiques des commerçants. »

DSC_0026_2.JPG

Aujourd'hui encore, les enseignes présentes sous les arcades sont loin d'être homogènes. Dès l'année prochaine, une charte sera alors établie afin d'harmoniser l'ensemble et « d'offrir une meilleure lisibilité pour le consommateur », poursuit le maire. Le nom d'«Arcade(s) Royale(s)», accolé à celui de l'enseigne commerciale, pourrait, par exemple, être inscrit sur un panneau  « au design marketé ». « Ça donnera plus de style à la rue », lance Olivier Carré.

DSC_0037_0.JPG

« Ça donnera plus de style à la rue »

Il y aura, au total, plusieurs phases de travaux de six semaines chacune car des interruptions au cours de l'année, notamment lors d'événements commerciaux, sont d'ores et déjà prévues, histoire de limiter la casse. « On est dans la dentelle sur ce projet », glisse Brigitte Ricard, adjointe au maire pour le centre-ville (Bourgogne-République, Carmes-Bannier). « La période de finition se déroulera, quant à elle, de la fin août à la fin novembre, et tout sera terminé en décembre », informe François Foussier, adjoint au commerce d'Orléans. Le début des travaux se concentreront, en revanche, d'un bout à l'autre de la rue Royale : le haut et le bas. « La partie la plus impactée sera, bien sûr, le bas de la rue Royale car elle est alimentée par le tram qui, lui, ne sera pas arrêté. Le flux piéton restera toujours là », prévient Olivier Carré. « Et au fil des travaux, on aidera aussi les commerçants à se mettre à niveau pour l'accessibilité. »

DSC_0036_0.JPG
Les travaux sont nécessaires.

Restera enfin à plancher, au cours des mois à venir, sur la redynamisation du centre-ville et particulièrement sur l'ouverture potentielle des magasins entre midi et deux. Tout un programme…

Richard Zampa