Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Avril 2018, 05h00

La décision de la SNCF de supprimer la liaison TGV Brive-Lille via Les Aubrais, le 30 mai 2016, est perçue comme «un gâchis» pour Orléans.

« La SNCF, devant un taux d'occupation de l'ordre de 30%, a demandé à la région Centre-Val de Loire un doublement de sa contribution et les négociations n'ont rien donné. Il faut dire que la SNCF n'a jamais fait la pub suffisante pour ce train », Charles-Éric Lemaignen. 

PROCHAIN ARRÊT - C'est un vrai coup de gueule que Charles-Éric Lemaignen, président (LR) de l'agglomération d'Orléans-Val de Loire, a poussé sur sa page Facebook, après la décision de la SNCF de supprimer la liaison TGV Brive-Lille via Les Aubrais. Ce train à grande vitesse, qui permettait aux habitants, notamment du Loiret, de se rendre directement à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, à Lille ou « aux TGV européens sans rupture de charge », sera supprimé à compter du 30 mai. Quatre allers-retours par semaine étaient proposés aux usagers de la SNCF.

Les régions Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC), Centre-Val de Loire bien sûr et la SNCF ne se sont pas entendues pour maintenir cette ligne mise en place depuis 2008. Dans un communiqué, la grande région ALPC déclarait avoir « pris acte du refus de la SNCF Réseau et des régions Ile-de-France et Nord-Pas-de-Calais de participer au financement permettant la poursuite de la liaison TGV entre Brive et Lille.» La raison première de ce refus, comme l'explique le président de l'AgglO et vice-président du GART, repose d'une part sur « la fréquence insuffisante de ce train qui ne circulait plus que du jeudi au lundi depuis plusieurs années. » D'autre part, « la SNCF, devant un taux d'occupation de l'ordre de 30%, a demandé à la région Centre-Val de Loire un doublement de sa contribution et les négociations n'ont rien donné. Il faut dire que la SNCF n'a jamais fait la pub suffisante pour ce train. » 

« Le TGV Brive-Lille n'est pas viable économiquement »

SNCF Réseau a signifié ne plus souhaiter prendre en charge une partie du déficit d'exploitation, estimant que « le TGV Brive-Lille n'est pas viable économiquement et que les territoires disposent d'une offre alternative ». Alors qu'un quart du trafic concerne les régions Ile-de-France et Nord-pas-de-Calais, SNCF Réseau n'avait pas obtenu qu'elles acceptent de contribuer au financement de la ligne. SNCF Réseau avait donc proposé aux régions ALCP et Centre-Val de Loire d'assumer seules une contribution de 3 millions d'euros par an et par région, au lieu des 1,6 million en 2015.

La participation de la région Centre-Val de Loire (et du Limousin) s'élevait, en 2015, à 1,6 million d'euros pour seulement quatre allers-retours par semaine. Les charges d'exploitations de la SNCF sur cette ligne ont augmenté de 12 % ces trois dernières années.

« Un vrai gâchis ! »

«Avec une volonté politique de la région et... tout simplement un peu de bonne volonté de part et d'autre, on aurait dû aboutir. C'est un très mauvais signal au moment où nous souhaitons tous faire d'Orléans une ville TGV, reliée directement aux aéroports parisiens et aux TGV européens. Je le répète : un vrai gâchis ! », a conclu, amer, Charles-Éric Lemaignen qui planche notamment sur le passage d'Orléans en Communauté urbaine, voire en métropole. Un très mauvais signe en effet.

RZ