Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Juin 2018, 07h55

Une bourse de 5.000 euros sera accordée à chacun. Un changement de cap dans la politique de prise en charge de ces jeunes.

« Cette bourse témoigne du fait qu’ils ne sont pas qu’une charge financière, mais aussi un atout », Alexandrine Leclerc.

Résumé: 

ACCUEIL - On ne les appelle plus « mineurs étrangers isolés » mais « mineurs non accompagnés ». Une périphrase qui n’adoucit en rien la réalité de ces adolescents qui ont  fui leur pays pour des raisons liées à la guerre, à la misère économique ou à des menaces ciblées. Selon les chiffres fournis par la Département du Loiret, qui assure la prise en charge de ces jeunes qui deviendront français une fois leur majorité acquise, 241 mineurs isolés ont été accueillis au 30 avril 2017, contre 100 au 31 décembre 2015. Et, d'après les autorités préfectorales, leur nombre « pourrait tripler assez rapidement », selon Hugues Saury, président (LR) du Département. 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici