Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Avril 2018, 21h27

Entre 250 et 300 retraités ont défilé à Orléans, ce jeudi matin, pour réclamer notamment une revalorisation de leur pension.

« Nous sommes allés distribuer des tracts sur les marchés d'Orléans et on a découvert qu'il y avait-là des retraités qui attendaient la fin du marché pour aller chercher des fruits et légumes dans les poubelles », Daniel Calzada, responsable de la CGT pour les retraités du Loiret.

MANIFESTATION - Les associations syndicales de retraités ont mené, ce jeudi matin, une action à Orléans pour demander notamment une revalorisation des pensions. « Ça ne peut plus durer (…) C'est inadmissible », enrage Daniel Calzada, responsable CGT pour les retraités du Loiret. « Aujourd'hui, il y a entre 8 et 10% des retraités qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit moins de 600 euros par mois. » Didier Hotte, secrétaire adjoint de l’Union confédérale des retraités FO, rappelait un peu plus tôt dans la matinée sur France Info, qu’ « un million de personnes », à l'échelle nationale, sont considérées « comme des retraités pauvres ». Le Conseil des retraites considère, lui-même, que si ce système perdure, les retraités seront pénalisés sur les futures décennies.

Une retraite_0.JPG

Ils étaient donc entre 250 et 300 personnes à défiler dans les rues orléanaises, avant de passer devant la permanence des parlementaires et de rejoindre la préfecture en fin de matinée. La question du pouvoir d'achat était donc au menu de cette journée de mobilisation. « Il n'y a pas eu d'augmentation de nos retraites depuis quatre ans. Et là, on nous annonce que nos pensions seront une nouvelle fois gelées au 1er octobre 2016. Le Medef a obtenu le blocage de fait des régimes complémentaires pour trois ans, en ne revalorisant qu'un point en dessous de l'inflation. Il faut remonter au 1er avril 2013 pour retrouver une simple prise en compte de l'inflation », rappelle Daniel Calzada. On l'aura compris, les pensions reculent par rapport aux salaires. 

DSC_0205_0.JPG

Paupérisation

D'où cette paupérisation des retraités. « Nous sommes allés distribuer des tracts sur les marchés d'Orléans et on a découvert qu'il y avait-là des retraités qui attendaient la fin du marché pour aller chercher des fruits et légumes dans les poubelles. Voilà où on en est après des décennies de travail ! », lâche, amer, ce responsable de la CGT. 

DSC_0209.JPG

Ce dernier note aussi avec émotion que des milliers de retraités n'ont même plus les moyens de se soigner. « On a moins de pouvoir d'achat, ce qui entraîne l'abandon des soins. Beaucoup n'ont plus les moyens de se prendre une mutuelle. » Sans oublier « la casse du service public dans les zones rurales. Les personnes âgées souffrent principalement de cette désertification. »

DSC_0208.JPG

Et Daniel Calzada de conclure à moins de huit mois de la présidentielle : « Je suis un déçu du PS mais pas de la gauche. »

RZ