Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Novembre 2018, 02h12

Le suicide, en prison, d'un Malien de 17 ans soupçonné de viol, repose la question de la prise en charge des mineurs étrangers isolés. 

« A partir de janvier 2012, le Conseil général a commencé à mettre les jeunes dans les hôtels. Il n’y a rien qui les structure, qui les aide à se construire », déplore  explique Ségolène Petit.

Résumé: 

VIOLENCE. Le suicide, en ce début de semaine, d’un jeune Malien de 17 ans, Hibrahima N., dans les murs de la prison de Tours où il était écroué pour le viol d’une réceptionniste à Orléans, a suscité la réaction indignée des membres de Réseau éducation sans frontières (RESF45) et du Collectif jeunes isolés étrangers du Loiret qui pointent du doigt l’absence totale de prise en charge de ces jeunes une fois qu’ils arrivent dans le département. (...)

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici