Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Octobre 2018, 06h31

Une charte « solidaire et responsable » a été édictée en collaboration avec CitLab face à des risques de surenchère financière pour attirer de nouveaux praticiens. 

« Les signataires s’engagent à ne pas démarcher, détourner ou tenter de démarcher ou de détourner, les médecins installés dans un périmètre de trente kilomètres »

BONNE CONDUITE - L’on sait que la question de la désertification médicale est la grande préoccupation actuelle des pouvoirs publics. Et que les solutions qui sont proposées par les uns et les autres pour y remédier sont loin de faire l’unanimité. Pour exemple, l’avis négatif émis à l’unanimité la semaine dernière par les élus du Conseil régional sur le Projet Régional de Santé 2ème génération, élaboré par l'Agence Régionale de Santé (ARS).

« Il semble que certains médecins candidats à l’installation soient tentés de faire de la surenchère »

Or, plusieurs maires de communes de l’aire urbaine d'Orléans, et de sensibilités politiques différentes, ont interpellé le collectif CitLab, très impliqué dans la lutte contre la désertification médicale, sur leurs difficultés pour attirer de nouveaux praticiens. « Il semble que certains médecins candidats à l’installation soient tentés de faire de la surenchère auprès des communes victimes de la désertification médicale », explique-t-on du côté de CitLab.

Afin de mettre en place plus de cohérence et d'entraide dans cette recherche de nouveaux médecins et d’éviter d’être victimes de ces « chasseurs de prime », une charte a été présentée le 25 avril, à Orléans. Pedro Nieto, conseiller municipal de Saint-Jean-de-la-Ruelle, Gérard Boudon, adjoint au maire de Saint-Denis-en-Val et Marie-Odile Pellé-Printanier, adjointe au maire de Chécy, responsables du secteur santé dans leurs communes respectives, en sont les premiers signataires. 

Une « charte solidaire et responsable »

« Cette « charte solidaire et responsable » co-écrite avec le collectif CitLab (http://citoyen-orleans-metropole.fr/index.php/charte-solidaire-et-responsable/) a pour ambition d'être reprise dans les différents Contrats Locaux de Santé (CLS) de l’aire urbaine d’Orléans, voire pour le département du Loiret et même ceux de la Région Centre Val de Loire impactés par la pénurie de médecins », explique-t-on du côté du collectif CitLab. 

Reste à savoir si, devant ce phénomène de désertification médicale particulièrement préoccupant, certaines collectivités ne seront pas tentées de se faire une concurrence même au risque d’aller débaucher des médecins de communes voisines ? D’où la notion de solidarité bien mise en avant dans cette charte de « bonne conduite » : « Les signataires s’engagent à ne pas démarcher, détourner ou tenter de démarcher ou de détourner, les médecins installés dans un périmètre de trente kilomètres, au profit de leur commune ou pour le compte d’une autre commune proche », peut-on y lire noir sur blanc. Qu’il soit nécessaire aujourd’hui de s’entourer de telles préoccupations pour lutter contre un phénomène qui touche de plein fouet la région Centre-Val de Loire en dit long sur les différentes dérives qui peuvent y être associées. 

E. B.