Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 14 Décembre 2018, 12h01

Olivier Boyer, directeur du CHRO, revient sur 2016, une année charnière pour l'établissement et l'offre de soin dans l'Orléanais.

«C'est un hôpital technologique et humain, l'un allant forcément avec l'autre », Olivier Boyer, directeur du CHR d'Orléans.

Résumé: 

HÔPITAL - Le Centre hospitalier régional d'Orléans, faisant désormais bloc à La Source, offre incontestablement une offre de soin bien supérieure à celle proposée il y a encore un an dans l'Orléanais. Après l'opération réussie du grand déménagement, Olivier Boyer, directeur du CHRO, explique qu' «on est aujourd'hui entré dans la phase d'exploitation de l'établissement ». Passant de 1.071 lits à 1.259, soit une hausse de 18%, le nouvel hôpital doit aujourd'hui faire face à la hausse de la démographie de la population, annoncée jusqu'en 2013, tout en stoppant l'hémorragie démographique de ses personnels hospitaliers. En effet, le Loiret est l'un des grands déserts médicaux français, à une heure seulement de Paris. D'où l'urgence aussi de travailler en réseau avec notamment le CHU de Tours. Nul doute qu'aujourd'hui, les deux centres, longtemps concurrents, éprouvent la nécessité d'être complémentaires. Outre l'accroissement du nombre de lits dans la plupart des services spécialisés, les techniques appuyées par la technologie de pointe, ont permis d'optimiser cette offre de soin, freinant ainsi les taux de fuite - des patients comme des personnels médicaux - vers des établissements hors région. Entretien avec le grand argentier du CHRO, Olivier Boyer.

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici