Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 13 Novembre 2018, 19h36

L’ASN recense dix réacteurs nucléaires en Centre-Val de Loire susceptibles de présenter des risques de défaillances en cas de séisme.

Ces risques de défaillance sont liés au mauvais entretien des circuits de refroidissement, selon l'Autorité de sûreté nucléaire.

 

NOYAU DUR - Quelles sont les centrales nucléaires présentant en France un réel danger en cas de séisme ? L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a publié lundi 16 octobre une liste de 20 réacteurs dont les installations suscitent de vives inquiétudes en pareille situation. En cause, la résistance des circuits d'alimentation en eau de refroidissement. «La source froide des réacteurs pourrait en effet être perdue (...) en cas de séisme», prévient l'ASN, inquiète de l'état des installations . «Ces dégradations sont la conséquence de la corrosion qui a pu se développer en l'absence d'une maintenance préventive adaptée», précise-t-elle. L’événement serait classé par l’ASN au niveau 2 de l’échelle INES.

Sans pour autant sombrer dans le catastrophisme, au total, ce sont huit centrales et 20 réacteurs qui seraient concernés par cette mise en garde, comme le montre cette carte.

 

 

Et autant le dire tout de suite, la région Centre-Val de Loire ne serait pas épargnée, même si elle n’est pas la région la plus menacée en France par le risque de tremblement de terre. Le Val de Loire regroupe toutefois quatre des huit centrales à risques : Chinon, (Indre-et-Loire), Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher), Dampierre-en-Burly (Loiret) et Belleville-sur-Loire (Cher). 

Aussi, les réacteurs B3 et B4 de la centrale de Chinon seraient impactés, ainsi que les réacteurs B1 et B2 de Saint-Laurent, les réacteurs 1,2, 3, 4 de Dampierre et enfin les réacteurs 1 et 2 de Belleville. Soit dix réacteurs au total sur les vingt menacés sur le territoire français. 

Ce serait alors surtout les employés des centrales qui seraient menacés d'irradiation en cas de défaillance. Une situation pas si rare, puisque l'ASN en dénombre plus d'une dizaine en France rien qu’entre 2007 et 2012.