Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Juillet 2018, 11h53

À la veille du déplacement de Gérard Collomb à Orléans, les élus du conseil municipal ont espéré que ce dernier ne vienne pas les mains vides.

Aucun quartier orléanais n'a été retenu pour expérimenter la police de sécurité du quotidien

EN VISITE - Alors que Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, est attendu à Orléans demain matin, le conseil municipal s’est penché sur le bilan annuel de la lutte contre la délinquance dans la cité johannique. Un « bilan plutôt satisfaisant », selon l’expression d’Olivier Geffroy, adjoint en charge de la tranquillité publique, ce qui n’est pas une surprise en soi tant la majorité actuelle, aux manettes depuis 2001, a fait de la lutte contre la délinquance une priorité. Depuis plus de 15 ans, la ville enregistre ainsi, chaque année, une baisse de toutes les formes de délits, et c’est encore le cas en 2017, qu’il s’agisse des atteintes aux personnes (-1,25%), aux biens (-10,42%) ou encore de la délinquance dite de proximité (-7,7%). « On a divisé par quatre le nombre de fait commis sur la violence de tous les jours », s'est réjoui l’adjoint au maire. 

« À ma connaissance, il vient nous dire que ce que nous faisons à Orléans est bien fait », Olivier Geffroy

Alors que Serge Grouard, ancien maire de la ville, venait juste de regretter l’appauvrissement de « l’état régalien » depuis des années, et notamment des budgets liés à la sécurité et à la justice, Olivier Geffroy a repris la parole pour répondre à différentes questions dans l’hémicycle et se féliciter de la venue du ministre de l'Intérieur, demain, en fin de matinée, dans le quartier de l’Argonne à Orléans. « À ma connaissance, il vient nous dire que ce que nous faisons à Orléans est bien fait. Il vient mettre en exergue le fait que des gens sur le terrain mettent en œuvre cette politique de grande proximité avec les habitants et que la collaboration entre la police municipale et les forces de police se passe bien », a expliqué l’élu. À peine avait-il terminé sa phrase que Serge Grouard le coupait, micro fermé, se demandant à voix haute si le ministre venait annoncer des renforts de police localement alors même qu’aucun quartier orléanais ne fait partie des trente quartiers difficiles retenus pour expérimenter la police de sécurité du quotidien (PSQ). Et, le département du Loiret n’est pas davantage concerné par des renforts de gendarmerie pourtant annoncés ailleurs. 

« Mon petit doigt me dit qu’il n’y aura peut-être pas rien dans la besace du ministre », Olivier Carré

« Mon petit doigt me dit qu’il n’y aura peut-être pas rien dans la besace du ministre », a répondu Olivier Carré, maire de la ville, se félicitant à son tour d’une visite ministérielle qui résonne, selon lui, comme une reconnaissance. « Ce qui est remarquable, c’est la bonne collaboration entre la police municipale et la police nationale, et c’est basé beaucoup sur le fait que la police municipale d’Orléans est considérée par les policiers nationaux comme son équivalent, le professionnalisme de la police municipale d’Orléans est reconnu de manière unanime par tout l’encadrement de la police nationale », a poursuivi le maire de la ville. À l’initiative, à partir de 2001, de la politique globale mise en place par la ville pour lutter contre la délinquance, avec l’appui, notamment des parents relais et des éducateurs de rue, Florent Montillot veut voir aussi dans ce déplacement du ministre de l’Intérieur « une véritable reconnaissance nationale de l’action municipale ».   

Cette « reconnaissance » se traduira-t-elle par l’annonce, demain, de nouveaux effectifs de policiers nationaux à Orléans ? Les élus locaux y seront évidemment particulièrement attentifs…

A. G.