Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Juillet 2018, 11h22

Université

NOMINATION - Quatre nouveaux recteurs viennent d'être nommés au Conseil des ministres du 2 mars 2016 et deux changent d'académie. Parmi ceux-là, le président de l'Université d'Orléans, Youssoufi Touré, 56 ans, qui a été nommé recteur de l'académie de la Guyane (...)

BAPTÊME - On se souvient que le nom de Jean Zay avait été proposé par le Cercle Jean-Zay, porté par Pierre Allorant, l'un de ses membres et vice-président de l'université, et que les filles de Jean Zay, Hélène et Catherine, avaient donné leur plein assentiment à ce projet, ancien déjà, mais réactualisé il y a quelques moisLa pétition initiée par le professeur Poirier, enseignant chercheur au CNRS d'Orléans, proposant que le nom de l'ancien ministre de la Culture et de l'Éducation nationale sous le Front populaire soit associé au campus universitaire - et demain au Grand Campus d'Orléans - avait d'ailleurs recueilli plus de 500 signatures (...)

CANDIDATURE - L'université d'Orléans se cherche un président. En poste jusqu'en juin, Youssoufi Touré quittera son fauteuil présidentiel après deux mandats. Mardi soir, à l'occasion des vœux 2016, il a tenu à remercier « deux personnes qui ne s'y attendent pas », les deux candidats déclarés pour lui succéder. Et ce dans la perspective de construire le projet de Grand Campus d'Orléans avec l'université et les organismes de recherche associés (CNRS, BRGM, voire l'INRA), ainsi que les collectivités locales et des entreprises baignant dans la recherche, le développement et l'innovation. Ainsi, Youssoufi Touré n'a pas manqué d'insister sur la nécessité des deux candidats à la présidence de l'université d'Orléans, Ary Bruand et Cem Ertur, « de porter au plus haut niveau avec tous les partenaires ce projet, synonyme de réussite collective » (...)

AMBITION - L'Université d'Orléans se situe, aujourd'hui, au carrefour de son développement et donc de son rayonnement. Olivier Carré, député-maire (Les Républicains) d'Orléans, avait d'ailleurs déclaré, lundi en séance du conseil municipal, que «l'Université d'Orléans avait des opportunités à saisir et notamment celle d'entrer dans le grand pôle des universités françaises. » Ce mardi, Youssoufi Touré, président de l'université, a également appelé de ses vœux la création d'un Grand Campus d'Orléans. Une appellation très provisoire qui devrait, à terme, porter le nom de « Jean-Zay ».

VIE ÉTUDIANTE - Orléans se classe au 24e rang (sur 40) des villes où il fait bon étudier, selon le classement annuel de L'Étudiant.​ Quatre critères déterminent la note finale, synonyme de rayonnement pour les 40 villes universitaires de l'Hexagone : le cadre de vie, l'emploi, la formation dispensée et, bien sûr, la vie étudiante. L'idée est de connaître la ville qui devrait répondre au mieux aux centres d'intérêt ou aux besoins des étudiants. Comme (trop) souvent, la capitale régionale du Centre fait figure d'élève moyen qui s'entend dire inlassablement : « Peut mieux faire » (...)

À un mois de la rentrée étudiante, Orléans figure parmi les villes où les loyers pour un studio de 20 m2 ont le plus augmenté. Malgré sa proximité avec Paris, Orléans est encore loin d'atteindre les 587€ mensuels pour un loyer parisien, malgré une baisse de -0,7%. Notons que Tours est la quatrième ville où les loyers sont les plus chers de France (...)

UNIVERSITÉ - L'hôtel Dupanloup, visité ce week-end par le public, contribue-t-il vraiment « à fixer le cap du retour de l'Université en centre-ville d'Orléans » ? La mairie y répond, tandis que la présidence de l'Université reste pour le moins confuse. Cette belle vitrine est loin, très loin de l'activité d'une université et de son fourmillement quotidien. On en conviendra, ce retour au cœur de la ville n'est donc que symbolique. Aucun service de l’université d’Orléans, aucun laboratoire de recherche n'étant affecté dans ce bâtiment.

VITRINE. La section FSU de l’université d’Orléans n'a jamais caché sa perplexité devant la mise à disposition par la Ville d'Orléans de l'ancien hôtel Dupanloup totalement réhabilité pour l'installation d’un Centre international universitaire pour la recherche (CIUR). Si l'université est hébergée gracieusement par la ville, elle devra néanmoins s'acquitter des factures de chauffage, d'éclairage, et de gardiennage. Entre autres.

UNIVERSITÉ. Les nostalgiques regretteront éternellement le parquet grinçant sous les semelles de caoutchouc et les petits tiroirs des longues commodes en bois dans lesquelles étaient rangées, par fiche cartonnée et ordre alphabétique, les références chiffrées de chaque ouvrage. Ce mardi 7 janvier, la visite inaugurale de l'Hôtel Dupanloup, totalement restauré à l'issue de deux ans de travaux, et après avoir été vingt ans laissé vide, tourne définitivement la page de l'ancienne bibliothèque municipale dont Georges Bataille avait été le conservateur de 1951 à 1962. 

VITRINE. Une villa Médicis orléanaise : telle est l'ambition retrouvée de l'Hôtel Dupanloup, superbe bâtisse du 17e siècle, tristement inoccupée depuis près de vingt ans, après avoir été la bibliothèque municipale d'Orléans. Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent donc pas connaître. Savent-ils seulement que Georges Bataille, écrivain et essayiste, en fut le conservateur de 1951 à 1962 ? 

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg