Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Septembre 2018, 01h39

Tribune

Tribune

REGARD. Chaque semaine, Soufiane Sankhon, adjoint aux Sports pour la ville d’Orléans, livre pour apostrophe45 une chronique libre où il est question de sport à proprement parler bien sûr, d’un point de vue des performances athlétiques comme des enjeux sociétaux, politiques et économiques, mais également de bien-être, de dépassement de soi ou encore de nutrition. L’analyse aiguisée d’un élu (...)

EUROPE - « Le 9 mai 1950, le ministre des Affaires Etrangères, Robert Schuman pose l’acte fondateur de ce qui constitue aujourd’hui l’Union européenne. Le texte de la « Déclaration Schuman » mériterait aujourd’hui une lecture attentive, alors que l’Europe est face à des crises qui risquent de l’anéantir. »

REGARD. Chaque semaine, Soufiane Sankhon, adjoint aux Sports pour la ville d’Orléans, livre pour apostrophe45 une chronique libre où il est question de sport à proprement parler bien sûr, d’un point de vue des performances athlétiques comme des enjeux sociétaux, politiques et économiques, mais également de bien-être, de dépassement de soi ou encore de nutrition. L’analyse aiguisée d’un élu local sur des sujets d’actualité, locaux, nationaux et internationaux, mais également le regard pertinent d’un ancien athlète de haut niveau, vice-champion d’Europe de karaté en 1999, aujourd’hui engagé sur les terrains de rugby autant que sur les tatamis des sports de combat. Pour cette sixième tribune, Soufiane Sankhon évoque le sport féminin et de son manque de valorisation médiatique.

REGARD. Chaque semaine, Soufiane Sankhon, adjoint aux Sports pour la ville d’Orléans, livre pour apostrophe45 une chronique libre où il est question de sport à proprement parler bien sûr, d’un point de vue des performances athlétiques comme des enjeux sociétaux, politiques et économiques, mais également de bien-être, de dépassement de soi ou encore de nutrition. L’analyse aiguisée d’un élu local sur des sujets d’actualité, locaux, nationaux et internationaux, mais également le regard pertinent d’un ancien athlète de haut niveau, vice-champion d’Europe de karaté en 1999, aujourd’hui engagé sur les terrains de rugby autant que sur les tatamis des sports de combat. Pour cette cinquième tribune, Soufiane Sankhon évoque les liens entre les équipements sportifs, l’aménagement du territoire et la dynamique économique. (...)

REGARD. Chaque semaine, Soufiane Sankhon, adjoint aux Sports pour la ville d’Orléans, livre pour apostrophe45 une chronique libre où il est question de sport à proprement parler bien sûr, d’un point de vue des performances athlétiques comme des enjeux sociétaux, politiques et économiques, mais également de bien-être, de dépassement de soi ou encore de nutrition. L’analyse aiguisée d’un élu local sur des sujets d’actualité, locaux, nationaux et internationaux, mais également le regard pertinent d’un ancien athlète de haut niveau, vice-champion d’Europe de karaté en 1999, aujourd’hui engagé sur les terrains de rugby autant que sur les tatamis des sports de combat. Pour cette quatrième tribune, Soufiane Sankhon évoque les rapports entre sport reconnaissance, pouvoir et argent.  (...)

TGV - « Orléans sera-t-elle, avec Ajaccio, la seule capitale régionale qui ne sera pas reliée au réseau TGV ? J'ai déjà posé, à plusieurs reprises, cette question. Elle reste essentielle. Le fait d'être desservi par le TGV et d'être rattaché au réseau TGV constitue - ou constituerait - un atout fondamental pour la ville d'Orléans et pour son agglomération. 

J'ai écrit combien ce fut, pour nous, une erreur que de faire passer le TGV Paris-Poitiers-Bordeaux par Vendôme plutôt que par Orléans. C'en fut une autre que d'abandonner le projet de train rapide pendulaire (le premier "POLT") qui devait relier Paris à Limoges et Toulouse via Orléans. Ce serait une troisième erreur que de ne pas obtenir, pour le futur (et, j'espère, pas trop futur...) TGV Paris-Clermont-Lyon, que soit retenu le tracé ouest, qui est le seul qui soit susceptible de desservir Orléans, - et tous les élus concernés doivent redoubler de vigilance et d'énergie à ce sujet.

Et cela d'autant plus que nous venons d'apprendre une mauvaise nouvelle. J'ai toujours dit que le fait d'être bien relié à Roissy était un impératif pour l'agglomération d'Orléans. Pourquoi ? Parce que Roissy c'est à la fois un aéroport international et le point de convergence de nombreux TGV. Une première liaison avait été mise en place,  à mon initiative notamment, qui reliait Blois et Orléans à Roissy. Elle fut - hélas ! - abandonnée ensuite. Mais les régions prirent le relais. Et si un TGV Brive-Limoges-Les Aubrais-Roissy-Lille put être mis en place, sept jours puis quatre jours par semaine, ce fut grâce aux deux régions Centre-Val de Loire et Limousin, qui avaient compris l'importance de l'enjeu et avaient accepté d'apporter à ce projet des contributions financières non négligeables.

La SNCF vient de demander aux deux régions de multiplier pratiquement par deux leur contribution pour maintenir ce TGV, ce qui est exorbitant. Celles-ci ont refusé. Qui ne les comprendrait ? Il est clair que la SNCF ne peut se défausser ainsi sur les régions pour financer une liaison pourtant nécessaire, et pleinement justifiée. 

« Il est clair que la SNCF ne peut se défausser ainsi sur les régions pour financer une liaison pourtant nécessaire, et pleinement justifiée »

Le vrai problème que pose cette liaison est connu depuis l'origine. C'est celui des horaires. Jamais, la SNCF n'a accepté de proposer les horaires qui seraient pertinents. Il est clair que s'il y avait deux liaisons assez tôt le matin entre Orléans et Roissy, et deux autres le soir, celles-ci rendraient de grands services car elles permettraient les correspondances avec les avions et les TGV. Le maintien du prolongement vers Lille serait aussi très appréciable, car il permet d'aller facilement à Londres et à Bruxelles. Cela correspondrait aux besoins, alors que la liaison existante - en milieu de journée - n'y répond que très imparfaitement. 

Je voudrais croire que cette décision n'est pas irréversible. Ce qui supposerait que la SNCF réétudie la question des horaires, de la communication, et qu'elle accepte de prendre à sa charge la part de financement qui lui revient.

Il y a là, à mon sens, un motif de mobilisation pour les élus de notre agglomération, de notre département et de notre région qui vient s'ajouter à d'autres : le strict respect des engagements pris pour l'amélioration de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) et le maintien d'une liaison Intercités de qualité pour la ligne Paris-Nevers. »

Jean-Pierre Sueur

PS : Je ne puis que renvoyer au texte que j'ai publié le 16 février 2015 : "Orléans continuera-t-elle à rater les trains ? Tragi-comédie en 4 actes", qui reste hélas tout à fait d’actualité.

REGARD. Chaque semaine, Soufiane Sankhon, adjoint aux Sports pour la ville d’Orléans, livre pour apostrophe45 une chronique libre où il est question de sport à proprement parler bien sûr, d’un point de vue des performances athlétiques comme des enjeux sociétaux, politiques et économiques, mais également de bien-être, de dépassement de soi ou encore de nutrition. L’analyse aiguisée d’un élu local sur des sujets d’actualité, locaux, nationaux et internationaux, mais également le regard pertinent d’un ancien athlète de haut niveau, vice-champion d’Europe de karaté en 1999, aujourd’hui engagé sur les terrains de rugby autant que sur les tatamis des sports de combat. Pour cette troisième tribune, Soufiane Sankhon évoque les différences entre le sport professionnel et le sport amateur, en terme d’enjeu financier notamment. (...)

URGENCE. Michel Ricoud, élu Front de Gauche d’opposition à Orléans, fait état dans cette tribune de sa volonté de « faire de la politique autrement », au niveau local comme national, en étant, notamment, plus près des habitants. Il plaide également pour que le Front de Gauche élargisse sa base de travail aux autres formations politiques, justement pour répondre enfin aux attentes et préoccupations de chacun.   (...)

LOGEMENT - Il n'aura pas attendu longtemps pour interpeller la nouvelle ministre du Logement et de l'Habitat durable, l'écologiste Émmannuelle Cosse, et la mettre face à ses déclarations et donc devant ses responsabilités. « Maintenant, il va falloir passer aux actes, répondre aux attentes des locataires et également apporter des réponses de fonds et de financement aux problèmes graves qui sont posés au logement social », revendique le co-président de la Confédération national du logement (CNL) du Loiret...

DÉCHÉANCE - Le débat sur la déchéance de nationalité divise, aujourd'hui, en France. Philippe Rabier, président de l'association orléanaise «Oser», a soumis à la rédaction sa tribune sur le sujet. 

«La France et la gauche en particulier défendent l'idée que les citoyens sont tous égaux devant la loi. Cet héritage de la Révolution Française a déjà connu des entorses, certes. Mais est-ce une raison pour y contribuer ? Rappelons que la gauche a réduit la portée de la déchéance de nationalité en 1998 afin de respecter l'article 15 de la déclaration des droits de l'Homme qui exclut la possibilité de créer des apatrides (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg