Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 20 Octobre 2018, 12h57

Social

TENSION - Si la situation sociale en France est actuellement très tendue avec un nouvel appel à la mobilisation pour ce jeudi 26 mai, la mobilisation contre la loi Travail relève, pour l'heure, davantage de la grève interprofessionnelle ciblée que du grand soir. La contestation contre la réforme du code du travail ne touche en effet qu'un petit nombre de manifestants stratégiques et visibles de secteurs économiques, essentiellement dans les domaines de l'énergie et des transports collectifs. La majeure partie des fonctionnaires tout comme l'immense majorité des salariés du privé n'ont pas (encore) rejoint le mouvement. La France n'est donc pas plongée dans une grève généralisée comme en rêvent les pilotes de la CGT mais un parfum de « chienlit » plane incontestablement au-dessus de l'Hexagone, alors que le gouvernement comme l'organisation syndicale - CGT - en tête du mouvement entendent camper sur leurs positions. Question pour eux de crédibilité. Entretien avec Aurelio Ramiro, secrétaire général de la CGT Loiret.

LOI TRAVAIL. Septième manifestation contre la Loi Travail, ce jeudi 19 mai, dans les rues d’Orléans et un cortège qui perd en épaisseur au fil des mois. Ils étaient ainsi un peu moins de 1.500 personnes à défiler entre le parvis de la cathédrale et la place du Martroi pour demander le retrait de la loi portant sur la réforme du code du travail alors même que le gouvernement a eu recours au 49-3 pour la faire adopter à l’Assemblée nationale et que le Président de la République a déclaré qu’il ne reculerait pas sur cette loi.

LOI TRAVAIL - Grèves reconductibles dans les transports, nouvelles manifestations dans toute la France... A partir du 17 mai, l'opposition à la loi travail va tenter de se relancer, malgré l'adoption du projet en première lecture à l'Assemblée nationale, le 12 mai.

Sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, l'Unef, l'UNL et Fidl) ont appelé leurs organisations respectives à deux nouvelles journées de grèves et manifestations les 17 et 19 mai, les sixième et septième en un peu plus de deux mois. Dans leur ligne de mire, le texte de la ministre Myriam El Khomri, contesté jusque dans les rangs de la majorité (...)

STOP - Le syndicat Unité SGP Police-FO a lancé un appel à la mobilisation lancé par le syndicat Alliance Police Nationale, le 18 mai à 12 heures devant le commissariat d'Orléans, pour protester contre les violences diverses dont la police est aujourd'hui victime. Ces syndicats appellent ainsi « tous les policiers à rejoindre le mouvement national » dont la manifestation est envisagée Place de la République à Paris aux alentours de midi...

CONFLIT. Dans le dos, ils portent un écriteau sur lequel est inscrit le message suivant : « Salariés licenciés par la Région, merci François ». François, c’est François Bonneau, bien sûr, le président socialiste de la région Centre Val de Loire, qui a pris la décision, en février dernier, de dissoudre l’agence Culture O Centre, qui était notamment chargée d’épauler les collectivités locales dans la programmation et la préparation de manifestations culturelles diverses. Une agence subventionnée par la Région et dont le fonctionnement était devenu trop coûteux pour le l’exécutif régional. (...)

TRADITION. Les slogans et les banderoles contre la Loi Travail ont été ressortis et ont accompagné le défilé, ce dimanche 1er mai, dans les rues du centre-ville d’Orléans. Un cortège bien plus modeste néanmoins que celui de jeudi dernier contre la réforme du Code du travail – 600 personnes selon la police, 800 pour les organisations syndicales – et plus hétérogène sociologiquement : contrairement aux manifestations des semaines précédentes appelant au retrait de la Loi travail, celle-ci célébrant la Fête du travail était composée, outre les représentations syndicales, de familles, avec poussettes parfois (...)

LE LION EST MORT - Le couperet est tombé. La galerie du Lion, ouverte le 16 septembre 2011 à Orléans, fermera définitivement ses portes le 1er juin, sauf repreneur. En effet, l'actionnaire majoritaire a décidé « soudainement (ndlr : il y a un peu plus d'un mois) » de se retirer d'une aventure débutée il y a cinq ans, préférant « recentrer ses activités vers autre chose »« On ne peut, du coup, faire vivre plus longtemps notre activité car nous n'avons pas encore atteint la possibilité d'être en autofinancement », a déclaré Amandine Teurquetil, directrice de cette galerie dédiée à la photographie animalière et de nature...

LOI TRAVAIL. La mobilisation devait être générale, elle n’a été que partielle ce jeudi 28 avril, dans les rues d’Orléans. Moins de manifestants donc, banderoles en main pour demander le retrait de la Loi Travail que lors des deux cortèges des 9 et 31 mars dernier qui avaient presque renoué avec les grands rassemblements contre le CPE en 2006. (...)

DIAPORAMA - Les images sont rares. Tout comme les rares voyageurs incrédules qui déambulaient dans le grand hall désert de la gare d'Orléans. Ceux-ci n'avaient manifestement pas eu connaissance, la veille, de l'annonce de la SNCF ne proposant « aucun train au départ et à l’arrivée de la gare d’Orléans le jeudi 28 avril 2016 de 0h00 à 23h59 ». Les dessertes au départ et à l’arrivée de l’agglomération orléanaise sont, en revanche, assurées en gare Des Aubrais. La gare d’Orléans restait toutefois ouverte au public ce jeudi...

PSCHITT - Faible mobilisation, ce mercredi midi, contre la loi travail à Orléans. Une soixantaine de personnes seulement ont donc battu le pavé de la place de Gaulle, loin des manifestations d'ampleur du 31 mars dernier où, selon les organisations syndicales, « 10.000 manifestants s'étaient retrouvés à Orléans, Giens, Montargis et Pithiviers ». Ce mercredi 20 avril devait rassembler étudiants, lycéens, syndicats de salariés avant la grande journée de grève ferme du 28 avril (10h30 sur le parvis de la cathédrale à Orléans). Malgré le soleil, force est de constater que peu ont répondu à cet appel.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg