Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 15 Octobre 2018, 11h26

Social

RÉSISTER - L'économie fait souvent penser à un système de vases communicants. Ce que l'on gagne d'un côté, on le perd souvent de l'autre. Si la célèbre marque suédoise de meubles a récemment permis l'embauche de 150 postes à Ardon, l'on apprend, en revanche, que la direction nipponne d'Hitachi, multinationale d'électronique et d'informatique, prévoit la fermeture de son site sur lequel travaillent, aujourd'hui, 170 salariés. L'information a été communiquée aux employés mercredi (...)

FERMETURES - Après s'être battu pour le « devenir » des chèques postaux à La Source qui maintiendra 200 emplois « contre » 1.000 à Olivet, Michel Ricoud, conseiller municipal communiste d'Orléans, annonce « le projet de fermeture de deux bureaux de poste, en centre ville d'Orléans, les bureaux de poste du Théâtre et celui de Bourgogne ». Lesquels seraient, selon l'élu, « remplacés par les fameux relais  poste urbains qui ne remplissent pas les mêmes fonctions, loin de là. Au bureau de poste de l'Argonne, également, il y aurait des suppressions de postes en préparation. » 

« Un nouveau coup porté au service public »

Attaché au service publique, comme nombre de Français par ailleurs, Michel Ricoud voit en cette décision « un nouveau coup porté au service public de la Poste. Dans les campagnes, comme dans les villes, les usagers ont besoin d'un service public répondant à leurs attentes. » 

Et ce dernier d prévenir : « Dans les semaines à venir, nous engagerons, avec celles et ceux qui sont attachés au service public, les actions nécessaires. »

RZ

COLERE. L’appel à manifester lancé par RESF – Réseau éducation sans frontières – et le COJIE - Collectif de soutien aux jeunes isolés étrangers – commence par des chiffres : « 47, c'est le nombre de jeunes isolés étrangers qui rencontrent actuellement des problèmes de régularisation sur Orléans, dont 6 ont eu des refus de séjour et 22 des refus avec une obligation à quitter le territoire français. C'est beaucoup trop ! », déplorent les deux associations qui organisent un rassemblement devant la préfecture du Loiret, mardi 5 juillet, avec « des casseroles et cuillères pour un grand concert ». De bruit contestataire, plus que de musique apaisante, on l’aura compris. (...)

SILENCE. 100 % de la rédaction et 100% des équipes techniques de France Bleu Orléans sont en grève ce lundi 27 juin, et pour 24 heures, après l’annonce faite par la direction de Radio France de mettre en œuvre un nouveau plan d’économies pour les 44 stations locales du groupe. « Frédéric Schlesinger, n° 2 du groupe, avait admis qu’on « arrivait à l’os », pour reprendre son expression, concernant les stations locales. Et pourtant, on veut encore (...)

NI OUI, NI NON - Le gouvernement ne sait visiblement plus sur quel pied danser. La manifestation du jeudi 23 juin contre la loi Travail, interdite ce mercredi matin, a finalement été autorisée en fin d'après-midi. Mais sur un parcours qui donnera, une fois de plus, aux manifestants l'impression de tourner en rond, autour du bassin de l'Arsenal à Paris, dans le quartier de la Bastille. Invoquant les débordements inacceptables du 14 juin et la menace terroriste, à quoi s'ajoute la tenue de l'Euro 2016, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, avait demandé aux organisateurs un très hypothétique rassemblement statique qui « conciliait la liberté d’expression, à laquelle nous sommes attachés, que nous avons toujours défendue, et les impératifs d’ordre public, en même temps que nous devions garantir un niveau soutenable de mobilisation des forces de sécurité, dans un contexte où celles-ci sont déjà très fortement sollicitées ». Inacceptable selon les syndicats (...)

DEBAT. L’idée pointe son nez, le concept sort du bois, timidement encore, certes, mais avec une vitalité et un souffle égalitaire innovants et salvateurs – « totalement utopistes », fustigent certains  - portée par quelques voix nouvelles sur la scène publique et politique : instaurer en France un revenu universel d’existence qui prendrait la place de toutes les allocations et aides – RSA, indemnités de Pôle emploi, etc. – et qui préserverait, ou renforcerait plus exactement, notre modèle social d’égalité et de justice sociale pour tous. Ce revenu de base serait ainsi un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par l’Etat français à tous ses membres - de la naissance à la mort -, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement.

RÉACTEURS - La fédération FO Energie et Mines a annoncé vouloir s'associer aux journées de grèves et de manifestations prévues ce jeudi, ainsi que le 14 juin contre le projet de loi Travail. Elle a «proposé aux électriciens et gaziers de marquer encore plus ouvertement leur demande de retrait de la loi» et de définir, lors d'assemblées générales, «les modalités d'actions» (...)

BLOCAGE. Plusieurs dizaines de camions à l’arrêt, ce jeudi matin, sur l’une des bretelles de sortie de Pôle45, à Saran : le mouvement d’opposition à la loi Travail a pris une autre forme dans le Loiret aujourd’hui, guidée par la volonté revendiquée de bloquer l’économie du pays. Après les défilés dans les rues d’Orléans, (...)

OR NOIR - La situation sociale en France est encore très tendue avec un nouvel appel à la mobilisation pour ce jeudi 26 mai. Pour l'heure, la contestation contre la réforme du code du travail tend même à s'intensifier, ce jeudi, avec le blocage non seulement des raffineries mais aussi de certains postes stratégiques, donc visibles, dans les secteurs de l'énergie (centrales nucléaires notamment) et des transports. Ce jeudi, le préfet du Loiret a (...)

TENSION - Si la situation sociale en France est actuellement très tendue avec un nouvel appel à la mobilisation pour ce jeudi 26 mai, la mobilisation contre la loi Travail relève, pour l'heure, davantage de la grève interprofessionnelle ciblée que du grand soir. La contestation contre la réforme du code du travail ne touche en effet qu'un petit nombre de manifestants stratégiques et visibles de secteurs économiques, essentiellement dans les domaines de l'énergie et des transports collectifs. La majeure partie des fonctionnaires tout comme l'immense majorité des salariés du privé n'ont pas (encore) rejoint le mouvement. La France n'est donc pas plongée dans une grève généralisée comme en rêvent les pilotes de la CGT mais un parfum de « chienlit » plane incontestablement au-dessus de l'Hexagone, alors que le gouvernement comme l'organisation syndicale - CGT - en tête du mouvement entendent camper sur leurs positions. Question pour eux de crédibilité. Entretien avec Aurelio Ramiro, secrétaire général de la CGT Loiret.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg