Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 16 Novembre 2018, 02h15

Social

DÉPOURVUS - Fin 2018, quelque 1 200 réfugiés auront tapé à la porte du Département du Loiret. Soit 200 de plus que l’année dernière. « Tous les jours, huit à quinze jeunes se présentent chez nous et dans 80% des cas, ce sont des jeunes majeurs en réalité », expliqué Alexandrine Leclerc, vice-présidente du Département, en marge de la session qui se poursuit jusqu’à ce vendredi 19 octobre. 

ENTRETIEN - Le Département du Loiret a mis en place deux dispositifs d'envergure dans le secteur médico-social : une complémentaire santé à destination de celles et ceux qui n'ont pas les moyens d'en souscrire une ; et le plan « Loiret bien vieillir » qui repose, notamment, sur la rénovation de 22 Ehpad sur les 68 que compte le département. Alexandrine Leclerc, vice-présidente du Département en charge de l'enfance, de la famille, des personnes âgées et du handicap fait le point sur ces différents champs d'action. 

REFUGE - Depuis quelques jours, deux appartements, l’un situé au sud et l’autre au nord d’Orléans, composés de trois chambres chacun, accueillent des femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants. Des « adresses refuge », selon le nom d’usage, mises en place par la municipalité et ouvertes pour accueillir quatre femmes et leurs enfants pour une durée de quinze jours. Et durant cette période, ces femmes contraintes de quitter dans l’urgence leur domicile familial pourront bénéficier de la domiciliation au CCAS ainsi que de l’ouverture de droits au niveau de la CPAM et de la CAF de manière accélérée, sous dix jours et si possible sous 48 heures seulement.

ON NE PASSE (TOUJOURS ) PAS - Pour le deuxième jour consécutif, l'accès au centre pénitentiaire d'Orléans-Saran est bloqué par des personnels grévistes qui réclament davantage de sécurité à l'intérieur de la prison pour les surveillants, et notamment lorsqu’ils sont confrontés à des détenus radicalisés et potentiellement violents. Des revendications qui sont nées après l’agression dont ont été victimes plusieurs gardiens, la semaine dernière, à l'arme blanche, dans l’enceinte de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). 

C’EST LA LUTTE - La cinquième mobilisation syndicale organisée contre « la politique libérale » du gouvernement et « ses ordonnances » a rassemblé entre 350 et 400 personnes à Orléans, ce jeudi matin. C’est sous les fumigènes que le cortège s’est élancé depuis la place Sainte-Croix de la capitale régionale. La CGT, FO, Solidaires, la FSU et des organisations universitaires (UNL, Unef, Fidl) ont appelé salariés et étudiants à descendre dans la rue avec l’espoir d’obtenir l’abrogation des lois Travail. Ce jeudi 16 novembre, on pouvait bien sûr lire des slogans fasant référence aux «Paradise Papers» - « La crise pour nous, les paradise papers pour eux » - ou encore à la loi Travail 2 - « Ordonnances ou pas, on n’en veut pas (…) Lutter contre le chômage, ce n’est pas faciliter les licenciements, il faut les interdire »...

UN AIR DE DÉJÀ VU - À peu de choses près, les mêmes slogans,la même détermination affichée, et un cortège aussi compact que lors des manifestations anti-loi travail de mars 2016 : ce mardi matin, quelque 3.000 personnes - 3.900 selon la CGT et 2.300 selon la police - ont défilé dans les rues d’Orléans, à l’appel de la CGT, Solidaires et de la FSU, pour demander la suppression des amendements de la loi Travail. Dans le viseur des syndicats : le plafonnement des indemnités prud'homales, la fusion des instances représentatives du personnel dans les entreprises, la réforme du compte pénibilité, ou encore la place accrue à l'accord d'entreprise.

BOUFFÉE D’AIR ? - Le  couperet était tombé fin novembre 2016. L’usine Seita de Riom, dernière fabrique de cigarettes en France continentale, fermera au second semestre 2017. Ainsi que son centre de recherche situé dans le Loiret, à Fleury-les-Aubrais.  L’usine de Riom, dans le Puy-de-Dôme, compte environ 239 postes, le centre de recherche de Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, 87...

1er MAI - À la différence de 2002 cette fois, les syndicats ont célébré ce 1er mai en ordre dispersé. À moins d’une semaine du scrutin, les organisations syndicales et salariales n’ont pu s’entendre ni se souder. Ainsi, deux défilés distincts étaient organisés pour fêter la traditionnelle journée internationale des travailleurs. L’un partait de la place de Loire, l’autre du parc Pasteur. Signe de la désunion, de « la désillusion » aussi, voire de la rupture entre ces organismes syndicaux...

BONNE IDÉÉ - Le groupe régional de l'Union de la droite et du centre (UDC) sera « force de propositions », jeudi prochain, dans l'hémicycle. Guillaume Peltier, président du groupe UDC, entend soumettre à la majorité de gauche une idée dans le domaine du logement qui, semble-t-il, gagnerait à être étudier, de part son originalité à l'échelle régionale. Et surtout parce qu'elle s'adresse à tous ceux qui rêvent, un jour, de devenir propriétaire mais qui ne le peuvent pas, faute de moyens et de garanties financières suffisantes. « Nous allons présenter un amendement reposant sur (...)

UNE DES DERNIÈRES CHANCES - L’usine Seita de Riom, dernière fabrique de cigarettes en France continentale, fermera au second semestre 2017, ainsi que le centre de recherche situé dans le Loiret, a annoncé la filiale française du cigarettier britannique Imperial Tobacco...

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg