Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 15 Octobre 2018, 10h37

Société

DÉTRESSE - Dans le Loiret, le nombre de suicides est de 16 pour 100.000 habitants, soit le deuxième taux le moins élevé de la région Centre-Val de Loire (Loir-et-Cher : 22,2 pour 100.000 habitants ; Cher : 16,8 ; Indre : 25 ; Indre-et-Loire : 18,6 ; Indre : 25 ; Indre-et-Loir : 15,8). 

TERRORISME. Dans son édition du mercredi 3 février, le Figaro révèle « en exclusivité »,  la carte de France des personnes signalées pour « radicalisation » en France. Sous le titre « Islamisme : 8.250 individus radicalisés en France », le quotidien pointe du doigt, à partir de chiffres jusque-là annoncés comme confidentiels, le fait que ce phénomène a touché deux fois (...)

VŒU - Lors de la commission permanente du Conseil général, à l'initiative d'Alexandrine Leclerc, présidente de la commission Enfance/Famille, Personnes âgées et Handicap, les femmes élues, conseillères départementales, ont pris fait et cause pour Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans prison pour avoir tué de trois coups de feu son mari violent. Les élus locales ont donc interpelé leurs homologues masculins pour leur soumettre un vœu demandant la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage, incarcérée dans le Loiret (Centre de détention d'Orléans-Saran). Ce vœu a recueilli l'unanimité des élu(e)s présent(e)s et sera proposé lors de la prochaine session.

JUSTICE. François Hollande, qui a reçu à l’Elysée ce vendredi 29 janvier les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée à dix ans prison pour avoir tué de trois coups de feu (...)

SOUTIENS - La mobilisation de personnalités, d'anonymes et d'élus permettra-t-elle à Jacqueline Sauvage, âgée de 66 ans et condamnée à dix ans de réclusion pour avoir tué son mari violent de trois coups de fusil dans le dos en 2012, de bénéficier d'une grâce présidentielle ? Premier élément de réponse, ce vendredi après-midi, à l'issue d'un entretien à l'Élysée entre François Hollande justement et les filles de Jacqueline Sauvage, détenue à la prison de Saran. Plus d'un mois après le jugement en appel du tribunal de première instance de Blois, dans le Loir-et-Cher, où en est-on dans cette affaire ?

SOCIETE. L’embarras, pour ne pas dire l’hostilité, des maires concernés, s’étaient exprimés en janvier dernier au moment où la question de l’inhumation des frères Kouachi, auteurs des attentats de Charlie Hebdo, s’était posée. Malgré leur réticence à accepter que les deux criminels reposent dans les cimetières de leur commune respective, les maires de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et de Reims (Marne), avaient dû se résoudre à accepter la dépouille des deux hommes puisque la loi ne permet pas à un édile de refuser l'inhumation d'une personne si elle résidait dans sa commune, si (...)

CITOYENNETÉ - « La Journée Défense et Citoyenneté ne remplit pas son rôle », estime la députée (Les Républicains) Marianne Dubois, membre de la commission Défense permanente et forces armées . François Hollande a demandé lundi au gouvernement « d'étudier » la possibilité d'étendre cette journée obligatoire « jusqu'à une semaine » pour tous les garçons et filles de 18 ans qui a été instaurée en 1997 après la suppression du service militaire

JUSTICE - Dieudonné fait « Le Mur » et réclame pas moins de trois millions d'euros de dédommagement pour les annulations en 2014 de son spectacle par les villes d'Orléans, Tours et Nantes qui dénonçaient des propos « antisémites et infamants » et « les atteintes virulentes et choquantes à la mémoire des victimes de la Shoah », contenus dans « Le Mur »...

RÉFUGIÉS - Un peu de répit, voilà ce que le département du Loiret a pu provisoirement offrir aux 55 réfugiés accueillis en octobre dernier et dont une moitié d'entre eux est déjà reparti vers des centres d'accueil de longue durée. Tous étaient arrivés en provenance de la Jungle de Calais. À Olivet, le CADA (centre d'accueil et demandeurs d'asile) géré par la Croix Rouge depuis une dizaine d'années, et l'Afpa, une association gérée par l'État, spécialisée dans la formation, qui dispose de dortoirs ou d'internat, ont donc ouvert leurs portes à 15 migrants. Neuf autres étaient dirigés vers des centres à Amilly, cinq à Villemandeur et enfin, le plus gros contingent se trouvait à Pierrefittes-ès-Bois avec 26 réfugiés. Ce qui pour le maire de cette petite commune rurale de 300 âmes n'était pas sans poser de problèmes de cohabitation.

DÉCHÉANCE - Dans son discours devant le Congrès le 16 novembre, François Hollande souhaitait étendre la déchéance de nationalité à tous les binationaux, y compris ceux qui sont nés français. Une volonté affirmée et inscrite désormais dans le projet de révision de la Constitution présenté avant Noël. Seulement cette hypothèse a provoqué une fracture à gauche, au sein même de la majorité. D'ailleurs, localement, ni la députée PS Valérie Corre ni le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur n'apporteront leur suffrage à cette disposition devenue une véritable pomme de discorde au sein du PS. Cette décision a toutefois réjoui le maire Les Républicains d'Olivet notamment qui voit là « une formidable victoire idéologique de (sa) famille politique » : « C'est plutôt une bonne nouvelle car (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg