Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Avril 2018, 17h59

Société

MIGRANTS - Les deux communes de Cerdon et de Pierrefitte-ès-Bois ont accueilli, mercredi, respectivement 55 et 38 mineurs isolés après le démantèlement total de la Jungle de Calais. Avant l'examen de leurs demandes de transfert potentiel vers la Grande-Bretagne « dans le cadre de regroupements familiaux », ces jeunes passeront provisoirement par ces centres d'accueil et d'orientation (CAO), et précisément en milieu rural. « Il nous fallait des centres spécifiques adaptés aux mineurs, qui répondaient à des cahiers des charges très stricts avec des centres de vacances opérationnels », explique le préfet du Loiret, Nacer Meddah. Lequel ajoute : « Retenons que tous ces jeunes sont là pour deux mois maximum donc pour des délais très courts, juste le temps de traiter leur situation. Les Britanniques, eux, continuent encore d'instruire des dossiers. » (...)

ACCUEIL - Ce mercredi matin a marqué le début de l'évacuation en car de 1.500 mineurs isolés de Calais, deux jours après le démantèlement total de la Jungle. Avant l'examen de leurs demandes de transfert potentiel vers la Grande-Bretagne « dans le cadre de regroupements familiaux », ces jeunes seront tous accueillis dans des centres d'accueil provisoire aux quatre coins de l'Hexagone. « Les discussions se poursuivent entre le gouvernement et les autorités britanniques», déclarait la semaine dernière le préfet de la région Centre-Val de Loire et du Loiret, Nacer Meddah, alors qu'il n'était pas encore question d'accueillir des mineurs isolés...

À BOUT - Au-delà de tous les messages de soutiens répétés tout au long du parcours entre le commissariat central d'Orléans et la préfecture où a été entonné La Marseillaiseapostrophe45 a tendu fortuitement le micro à cet homme tenant par la main son fils d'une dizaine d'années. Et c'est la boule au ventre qu'il nous a confié son « ras-le-bol » face aux manques de moyens et d'effectifs mais pas seulement. 

IMMIGRATION - Au deuxième jour du démantèlement de la Jungle de Calais, le Loiret est le seul département de la région Centre-Val de Loire à ne pas encore accueillir de migrants. Il devrait toutefois enregistré « environ 120 personnes », lors d'une deuxième vague « migratoire » dont la date n'est, à ce jour, pas définie. Car l'objectif premier des services de la préfecture du Loiret est d'adapter les capacités d'accueil en fonction des besoins. « Le nombre de migrants - arrivant de Calais ou de campements parisiens - qui demandent à être hébergés dans les CAO de la région est inférieur à nos estimations de départ », informe le préfet du Loiret, Nacer Meddah. « C'est fluctuant. Même par rapport au nombre de migrants prévus dans les bus depuis Calais, ce qui implique un travail quotidien d'actualisation. » (...)

COLÈRE - Les promesses du gouvernement et les appels au calme n'y font rien. Après la manifestation des policiers vendredi dernier place du Martroi à Orléans, ceux-ci entendent rester mobilisés depuis l'attaque de leurs quatre collègues de Viry-Châtillon (Essonne). Ce lundi matin, les représentants syndicaux sont reçus par Nacer Meddah, le préfet du Loiret, pour une table ronde sur « les besoins et les attentes » (...)

VOTE ÉLECTRONIQUE - Du 20 octobre au 2 novembre, se dérouleront les élections 2016 de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Loiret. Dans le département, une entreprise sur quatre est adhérente de la chambre consulaire et les membres élus qui la composent sont des chefs d'entreprise mandatés par leurs pairs pour les représenter pour un mandat de cinq ans. Ils auront pour mission de développer les territoires du Loiret et d'accompagner les projets prompts à reformer l'économie locale. La campagne électorale dure un mois, du 30 septembre au 30 octobre, et les deux listes - « La voix des entreprise du Loiret », ainsi que « Notre seul parti : l'entreprise » -  tentera de séduire 21.687 électeurs qui, eux, pourront s'exprimer soit par correspondance ou, dans la très grande majorité des circonscriptions, par voie électronique. Une plateforme nationale de vote est accessible via internet à 85% du corps électoral à l'adresse www.jevote.cci.fr (...)

LE CHOC - Ils étaient une petite centaine de policiers nationaux à manifester de manière silencieuse, mardi midi, devant le commissariat d'Orléans pour exprimer leur émotion, leur colère et leur indignation, après l'agression de quatre de leurs collègues dans un quartier sensible à Savigny-sur-Orge, dans l'Essonne. Les policiers estiment ne plus avoir les moyens de faire leur travail dans de bonnes conditions de sécurité, dans un contexte de violence accrue. Contre l'appel toutefois d'une « grève du zèle », les policiers orléanais ont décidé de ne pas suivre le mot d'ordre national qui consiste à rester cloitré au commissariat et à ne traiter que les urgences et les cas graves. « C'est inconcevable pour des policiers républicains, question de de responsabilité », a déclaré à apostrophe45, Patrick Lavaine, secrétaire départementale Unité-SGP.

LE BON GESTE - L'initiative se veut simple, « rustique dans sa conception » mais efficace. Les attentats qui ont frappé la France depuis plus d'un an ont fait prendre conscience que « nous devions nous organiser durablement pour faire face à cette menace, sans toutefois sombrer dans le catastrophisme », explique Olivier Geffroy, adjoint à la tranquillité et à la sécurité de la Ville d'Orléans (...)

RECONVERSION. Trois jours avant son ouverture au public ce samedi, le Centre d’art contemporain des Tanneries à Amilly avait les honneurs d’une visite ministérielle, ce mercredi 21 septembre. Après s’être rendue au chevet du musée Girodet à Montargis, dont l’ouverture, après restauration complète, a été retardée du fait des inondations subies au printemps, Audrey Azoulay, ministre de la Culture, a donc visité le nouveau centre d’art contemporain installé dans la friche industrielle des anciennes tanneries d’Amilly, la commune voisine.

TERRORISME. Lors de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme qui s’est déroulée ce lundi 19 septembre aux Invalides, François Hollande a annoncé une réforme du fonctionnement et des règles du Fonds de garantie pour l’indemnisation des victimes d’actes de terrorisme. Créé en 1986, ce fonds d'indemnisation n’a plus la capacité, en terme humain comme financier, de répondre aux attentes des proches des victimes en dépit de la création d'un secrétariat d'Etat dédié. Autrement dit, après une série d’attentats débutée il y a dix-huit mois, l’administration française est dépassée.(...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg