Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Janvier 2018, 23h50

Société

BIS REPETITA - Depuis samedi, après quelques jours de répit, l’accès au centre pénitentiaire d’Orléans-Saran est à nouveau entravé par des personnels grévistes. En partie, et de manière plus symbolique que réelle, puisque les forces de l’ordre assurent, dans le calme, le fonctionnement quasi normal de la prison en empêchant les grévistes d’exercer un blocus complet. Tout le week-end, les parloirs ont ainsi pu fonctionner normalement et, ce lundi matin, tous les prestataires qui œuvrent au sein de la prison ont pu travailler tout à fait normalement. 

TÉMOIGNAGE - Depuis quatre ans, Lanciné, vit à Orléans. Originaire de Guinée- Conakry, ce jeune majeur de 19 ans, bientôt 20, s’est exilé pour se construire « une vie meilleure » en France, et c’est à Orléans qu’il a posé ses très maigres valises. 

À LA RUE. Une classe de cours en plein air, sur le trottoir qui fait face à la préfecture du Loiret et qui conduit également, à quelques mètres de là, au rectorat. Aux premiers rangs, des demandeurs d’asile, majeurs et mineurs isolés confondus, qui brandissent des pancartes pour dire leur volonté d’être scolarisés ou d'intégrer une formation profesionnelle « pour avoir un avenir meilleur ». Derrière eux, des Orléanais, militants associatifs pour un grand nombre, venus apporter leur soutien à ces jeunes qui ont fuit leur pays, il y a déjà plusieurs années de cela pour un grand nombre d'entre eux. Un rassemblement organisé par le COJIE - Comité de soutien aux jeunes étrangers isolés - un collectif qui rassemble un certain nombre d’associations. 

EN HAUSSE - En terme démographique, le match Orléans Métropole vs Tour(S)Plus vire en faveur de l’agglomération tourangelle. En effet, selon les derniers chiffres définitifs du recensement 2015 présentés par l’Insee mercredi 27 décembre, la métropole de Tours compte 292.268 habitants contre 281.899 pour celle d’Orléans. Ceci étant, par rapport aux chiffres donnés cinq ans plus tôt, celle d’Orléans a gagné 8.852 habitants, alors que sa voisine d’Indre-et-Loire 5.263. La vitalité démographique est donc davantage orléanaise que tourangelle. 

URGENCE - Mandatée par le maire d’Orléans, Olivier Carré, pour faire un état des lieux des dispositifs ouverts dans la capitale régionale pour accompagner et accueillir les femmes victimes de violences conjugales, Dominique Tripet, conseillère municipale Front de gauche, a rendu une partie de sa copie. Et le travail que l’élue orléanaise a mené depuis plus d’un an a conduit, notamment, à la signature, il y a deux jours, d’une convention entre le CCAS de la ville d’Orléans (Centre Communal d’Action Sociale), la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) et la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie). Et cette convention marque une avancée significative dans l’aide apportée à ces femmes. 

PÉDAGOGUE - En visite officielle ce vendredi 10 novembre à l’école primaire René-Ferragu à Fleury-les-Aubrais, le secrétaire d’État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi a été confronté à quelques questions élémentaires, très souvent saupoudrées de pertinence, d’élèves curieux de connaître « le travail du ministre », son « emploi du temps », ses rapports avec « le Premier ministre », ses « débuts sur Internet », etc. Bref, autant de questions auxquelles Mounir Mahjoubi s’est prêté volontiers, afin de leur permettre de mieux comprendre « à quoi sert » finalement un ministre chargé du Numérique. Rappelons qu’il participait-là au lancement du programme local « Ambition Numérique » qui vise à équiper avec des ordinateurs connectés de « framboises » tous les établissements scolaires de la commune...

EFFET PAPILLON - Trouver des réponses à l’échelle locale à des problèmes d’ordre international : le Département du Loiret fait face actuellement à cet enjeu avec l’arrivée de plus en plus importante de mineurs qui fuient leur pays dans l’espoir de trouver en France les moyens d’entamer, ou de poursuivre, une scolarité et donc de se construire une vie future décente. Dans le jargon juridico-administratif, on les appelles les MNA, acronyme de Mineurs non accompagnés. 

POIDS LOURD - Silence dans les rangs ! Jean-Marc Mormeck, ancien champion du monde des poids lourds-légers et nommé délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’Outre-mer, rencontrera, vendredi 10 novembre, des lycéens de terminale de l’établissement professionnel Jean-Lurçat à Fleury-les-Aubrais. Dans le cadre de la Réserve citoyenne pour laquelle il s’engage depuis 2016, le sextuple champion du monde de boxe travaille à favoriser l’insertion professionnelle, notamment des jeunes ultramarins vivant en métropole et des habitants des quartiers populaires. Autant dire que ses mots devraient peser lourd. Sa mission : promouvoir l’égalité des chances, expliquer à ces élèves de terminale l’importance de la réussite scolaire pour garantir son insertion future et transmettre les valeurs de la République...

INÉGALITÉS - L’écart salarial entre les hommes et les femmes est, au sein de la région Centre-Val de Loire, dans la moyenne nationale avec une différence de 18,6% en défaveur des femmes. « Pour un tiers des cas, on peut dire que cet écart s’explique en terme de secteur d’activité puisque les femmes travaillent dans des secteurs moins rémunérateurs », explique Nadia Bensrhayar, directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité. « Une part d’explications se trouve aussi dans le fait que les femmes ont moins accès aux postes à responsabilités que les hommes, et qu’il existe encore une discrimination face aux responsabilités familiales portées par les femmes. » Ainsi, à l’échelle régionale, les femmes ne représentent que 30% des postes de cadres, un pourcentage en augmentation néanmoins. 

COLÈRE - Ce n’est pas nouveau, la colère gronde dans la police nationale. On se souvient de « la marche de la colère » de plus d’une centaine de policiers, il y a tout juste un an à Orléans, afin d’obtenir, entre autres, « l’adoption de la vacation forte – au lieu d’avoir un week-end sur six, cela leur permettrait d’avoir un week-end sur deux et un mercredi sur deux – est l'occasion inespérée de pouvoir mettre en place un cycle qui a vocation à “resocialiser” nos collègues et leur permettre de pouvoir mieux concilier vie familiale et vie professionnelle », argumente Patrick Lavainne, secrétaire départemental pour UNITÉ SGP Police FO...

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg