Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 13 Novembre 2018, 20h06

Santé

MAUX. Rien n'allait et tout va bien mieux. C'est un peu le diagnostic posé par le président socialiste de la région Centre, François Bonneau, quand il évoque le douloureux sujet de la désertification médicale qui touche, peu ou prou, les six départements de la région. 

Extrêmement volontariste sur cette problématique, et plutôt satisfait des premiers résultats obtenus, François Bonneau a initié un « Plan urgence santé » qui dit bien l'impérieuse nécessité d'une action publique forte pour lutter contre la démocratie médicale en chute libre ces dernières années.

SANTÉ. La polémique gronde à La Chapelle-Saint-Mesmin (9.800 habitants) sur fond de désertification médicale. Christian Boutigny, conseiller municipal d'opposition du groupe « La Chapelle Autrement » et candidat aux élections municipales pour l liste « Rassemblement pour la Chapelle Autrement », assure que si la commune vient de perdre quatre médecins généralistes sur huit, la faute en revient directement au maire PS, Nicolas Bonneau - candidat à sa propre succession - qui aurait été incapable de trouver un terrain d'entente pour que les praticiens puissent s'installer durablement dans la commune. 

RAPPROCHEMENT - Ce début 2014 signe une complémentarité entre le CHRU de Tours et le CHR d'Orléans sur la base de la constitution d'une fédération des services de chirurgie orthopédique. Les patients pourront bénéficier très rapidement de cette collaboration. Son objectif est de limiter les fuites sur la région parisienne et de renforcer la formation des internes

VÉRITÉ - La salle d'auditions filmées de l'unité médico-judiciaire des mineurs (UMJ) du CHR d'Orléans a été inaugurée, lundi 9 décembre, par les acteurs médicaux et de la justice pour une meilleure prise en charge des enfants maltraités et parvenir à la manifestation de la vérité. Cette petite salle « provisoire », puisqu'elle sera prochainement réorganisée sur le site de La Source. « Nous n'avons pas souhaité attendre d'être dans le nouvel hôpital », explique Olivier Boyer, directeur général du CHRO.

PALMARÈS - Le Nouvel Observateur publie, cette année, son palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques de France. Un classement généralement très attendu par les directeurs d'établissements hospitaliers, publics comme privés. Signe de la bonne santé générale d'un territoire mais surtout de son efficience médicale.  Pas moins de 1.600 établissements ont été passés au scanner dans l'Hexagone. Et si vous recherchez où se situe le meilleur établissement dans le Loiret pour soigner une pathologie particulière, découvrez le classement par département. 

GRÈVE - Depuis le 16 octobre, les sages-femmes sont en grève pour revendiquer la reconnaissance de leur statut. L'analyse d'une sage-femme d'Orléans et le regard d'un ancien ministre de la santé, Jean-François Mattei. Si elles sont indispensables à la vie - rappelons que l'hôpital d'Orléans assure en moyenne plus de 4.000 naissances par an  -, elles sont loin d'être reconnues statutairement. Car il s'agit-là d'une profession « méconnue », déclare Cécile Boutault, sage-femme libérale à Orléans. 

INAUGURATION - Le premier bâtiment du nouvel hôpital a été inauguré en grande pompe cet après-midi par Serge Grouard, député-maire UMP d'Orléans, qui ne boudait pas son plaisir aux côtés de l'ex-ministre de la santé Jean-François Mattei et de tous les acteurs régionaux de ce secteur. C'est un véritable hommage à ce dernier auquel s'est livré le député-maire d'Orléans qui a tenu à « remercier l'engagement du ministre mais aussi la tenue de ses promesses et son accompagnement sur ce dossier ».

Contrairement aux idées reçues, l'exposition des yeux aux écrans - télé, ordinateurs, tablettes, smartphones - n'a aucune incidence sur la fatigue visuelle.

Le robot da Vinci

INNOVATION - C'est une « révolution », n'hésitent pas à annoncer, en chœur, les chirurgiens orléanais passés maîtres dans le maniement du « da Vinci Si HD » dernière génération. Une (r)évolution attendue depuis quatre ans par le Centre Hospitalier Régional d'Orléans qui accroît, par cette acquisition à 2 millions d'euros pièce - grâce au soutien de la Ligue contre le Cancer -, un haut degré de technologie, donc de performance. Et ce, au bénéfice évidemment du patient.

Alors non, ce n'est pas le robot qui opère. Il ne saurait, aujourd'hui encore, se passer du haut degré de compétence du praticien. Mais les quatre bras du robot lui permettent d'obtenir une précision hors norme. « La différence entre avant et maintenant, c'est que c'est la machine qui commande les instruments mais c'est toujours au chirurgien de piloter. En réalité, il permet de travailler plus finement et surtout de bénéficier d'une image en trois dimensions », explique le docteur Olivier Saint-Marc. Trois dimensions pour l'image mais plus fort encore, sept dimensions pour les bras articulés du robot.

 

 
Le robot révolutionnaire « da Vinci », par apostrophe45.

Avec l'arrivée de « da Vinci », Orléans a pour code le N°70. En effet, contrairement aux Etats-Unis, précurseurs dans ce domaine avec plus de 2.000 robots, la France, elle, n'en compte par conséquent que 70. La dernière livraison étant orléanaise. Pour le docteur Olivier Saint-Marc, « grâce à ce type d'appareil, on fait un bond de 20 ans dans le domaine de la chirurgie »

L'objectif, la première année, sera de réaliser 10% des opérations via le robot, puis passer à 15% à 20% dans les cinq ans. Soit plus de 160 opérations pour la première année, tous services confondus. Et une rentabilité substantielle, puisque « da Vinci », par son expertise, permettra de réduire le temps d'hospitalisation. Bref, du gagnant-gagnant.

Richard Zampa

Les cas d'intoxication aux champigons se multiplient depuis la semaine dernière du fait des conditions pluvieuses. La gourmandise n'empêche pas la vigilance.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg