Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Février 2018, 16h07

Sécurité

Sujets relatifs à la sécurité

La proposition de loi de Claude de Ganay, député du Loiret (UMP), sera débattue le 5 février à l'Assemblée nationale.

ATTAQUE VIRTUELLE - Le site du Réseau Forum des Droits Humains d'Orléans a subi deux attaques virtuelle en trois jours par des cyber-djihadistes.

SÉCURITÉ. Des policiers, armes lourdes à la main, et épais gilet pare-balle sur le dos, sont depuis ce matin en faction devant la synagogue d'Orléans et le CERCIL, deux sites voisins en centre ville d'Orléans, conformément aux décisions prises, ce lundi 12 janvier, par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. (...)

RECORD - Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, le Loiret enregistre aussi un nombre important de séquestrations.

JIHAD. L'information a été donnée ce jeudi 27 novembre par nos confrères de France Bleu Orléans. Deux hommes, domiciliés dans les quartiers des Blossières et de la Barrière-Saint-Marc, à Orléans, ont été interpellés, mardi matin, car soupçonnés d'appartenir à un réseau de recrutement lié au jihad en Syrie. Une information judiciaire, ouverte par le parquet de Paris, visait donc ces deux hommes dont l'identité et le parcours n'ont pas été révélés. Ils ont été placés en garde à vue en région parisienne pour une durée qui peut aller jusqu'à 96 heures dans des affaires qui touchent au terrorisme. Ils devraient donc être présentés devant un juge d'instruction samedi. 

Centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Photo ; DR)

JUSTICE. Comme on pouvait s'en douter, ils n'étaient en définitive que d'inoffensifs passionnés de modélisme. Deux des trois jeunes placés en garde à vue, il y a deux jours, après avoir été interpellés à proximité de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, ce vendredi 7 novembre, et mis en examen pour « survol volontaire d'une zone interdite par un aéronef »

DRONES - Alors que trois individus ont été placés en garde à vue pour «survol volontaire par pilote d'un aéronef d'une zone interdite», la Garde des Sceaux est restée prudente sur la nature de ces survols.

DRONE. Trois personnes, deux hommes âgés de 24 et 31 ans, et une femme de 21 ans, ont été interpellées, mercredi 5 novembre, en possession d'un drone aux abords de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) et placés en garde à vue pour « survol volontaire par pilote d'un aéronef d'une zone interdite », a indiqué la procureure de Bourges à l'AFP. Les trois personnes seraient originaires du Loiret selon une source non officielle. 

SÉCURITÉ. Serge Grouard n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, vendredi matin, lors d'une conférence de presse consacrée à la feuille de route de son troisième et dernier mandat, quand il a été question de la police nationale. Le maire de la ville a vertement dénoncé la baisse constante des effectifs à Orléans et dans son agglomération, et ce alors même qu'une Zone de sécurité prioritaire (ZSP) a été créée il y a tout juste un an et que celle-ci devait s'accompagner nécessairement d'un renforcement des effectifs.

VIDÉO - La vaste opération de transfèrement de quelque 194 détenus entre Orléans et Saran a été confiée aux hommes des ERIS. Extrait en images.

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg