Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Novembre 2017, 16h57

Reportage

Reportage

ARCHITECTURE - Elle est manifestement plus à son aise dans l’échange direct et le dialogue informel en aparté que dans la prononciation d’un discours public. Françoise Nyssen, ministre de la Culture, éditrice de profession, n’a pas caché d’ailleurs, ce vendredi après-midi, à Orléans, à la faveur de l’inauguration de la première Biennale d’architecture de la ville, qu’elle commençait tout juste à apprivoiser  cet exercice formel qui s’imposait à elle en même temps que ses nouvelles responsabilités. À l’issue d’une présentation de cette première édition de la Biennale d’architecture d’Orléans par Abdelkader Damani, le directeur du Frac Centre, et de sa visite de l’exposition consacrée à Patrick Bouchain, qu’elle connait d’évidence très bien et depuis longtemps (...)

MARINE FLUVIALE - La huitième édition du Festival de Loire d'Orléans a été lancée, ce mercredi 20 septembre, sous un ciel très clément. Une manifestation populaire qui devrait attirer, au fil de ces cinq jours, un peu plus de « 600.00 personnes », selon les chiffres émis par le service de communication de la Ville d'Orléans. Ce premier jour a rencontré un vif succès auprès des spectateurs français et étrangers. La rédaction d'apostrophe45 vous, en cette fin d'après-midi, livre les premières photos d'un des rendez-vous majeurs pour la métropole orléanaise...

BIOGRAPHIE - Vincent Cassel rescussite, au cinéma, Paul Gauguin, ce peintre mal-aimé, en quête de reconnaissance. Le film raconte son exil à Tahiti, en 1891. Ne se retrouvant pas dans la manière de peindre de l'époque, il décide en effet de s'expatrier pour retrouver goût à la peinture. Il y rencontre alors Tehura, qui deviendra sa femme et le sujet de ses plus grandes toiles. Mais avant ce besoin d’ailleurs, Paul Gauguin a vécu presque neuf ans à Orléans, comme le raconte Christian Jamet, écrivain et spécialiste du peintre. Grâce à lui, apostrophe45 s'est placé, il y a quelques temps déjà, dans les pas de l’artiste pour retracer les grandes étapes de son parcours orléanais...

HOMMAGE - Xavier Beulin, l’agriculteur, le syndicaliste, le chef d’entreprise, l’homme de réseau et d’influence qui murmurait à l’oreille des puissants, dans la coulisse comme au grand jour, frappé par une crise cardiaque dimanche dernier à l’âge de 58 ans, a eu droit à un hommage national, ce vendredi 24 février, en la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans. Une cathédrale dans laquelle, parmi les 2.000 personnes rassemblées, avaient pris place aux premiers rangs, à droite de la famille, François Hollande, président de la  République, Bernard Cazeneuve, Premier ministre, Gérard Larcher, président (LR) du Sénat, et Claude Bartolone, président (PS) de l’Assemblée nationale. Derrière eux, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Emmanuel Macron, Manuel Valls, Michel Barnier, Bruno Le Maire, François Bayrou, et pour le gouvernement, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et Myriam El Khomeri, ministre du Travail. Dehors, alors que la rue Jeanne d’Arc était fermée depuis la rue Royale, un écran géant placé sur le parvis de la cathédrale a permis (...)

SOLIDARITÉ - Des enfants de tout âge qui gambadent dans les couloirs ; des mères qui s’interpellent d’une chambre à une autre et qui s’échangent des informations pratiques : depuis le 2 janvier, une aile du bâtiment qui accueillait auparavant les urgences pédiatriques de l’ancien hôpital Porte-Madeleine, à Orléans, a été transformée en centre d’accueil et d’hébergement de nuit pour les familles plongées dans une grande précarité. Au final, sur les 32 places proposées, on retrouve essentiellement des femmes seules avec des enfants en bas âge. (...)

EN RASE CAMPAGNE - Cerdon-sur-Loire, à peine 1.000 habitants. Son centre-bourg est désert, ou presque. La vie y est comme figée. Seuls quelques grappes d'adolescents, venues d'ailleurs, coulent le long des trois kilomètres depuis le centre de vacances de jeunes (Igesa) de la Défense jusqu'à l'église du village. Au dire des dernières informations, ces « gamins » n'ont pas grand-chose de local. En effet, la petite commune du Loiret, à quelques encablures de Sully-sur-Loire, accueille, depuis un peu plus de 48 heures, de jeunes migrants, suite au démantèlement total de la Jungle de Calais. Ces « mineurs isolés », selon la formule administrative, - 55 garçons au total - tentent de vaincre l'ennui au milieu des bâtiments transformés  « en urgence mais dans la dignité » en centre d'accueil et d'orientation (CAO)...

EN RASE CAMPAGNE - Cerdon-sur-Loire, à peine 1.000 habitants. Son centre-bourg est désert, ou presque. La vie y est comme figée. Seules quelques grappes d'adolescents, venues d'ailleurs, coulent le long des trois kilomètres depuis le centre de vacances de jeunes (Igesa) de la Défense jusqu'à l'église du village. Au dire des dernières informations, ces « gamins » n'ont pas grand-chose de local. En effet, la petite commune du Loiret, à quelques encablures de Sully-sur-Loire, accueille, depuis un peu plus de 48 heures, de jeunes migrants, suite au démantèlement total de la Jungle de Calais. Ces « mineurs isolés », selon la formule administrative, - 55 garçons au total - tentent de vaincre l'ennui au milieu des bâtiments transformés  « en urgence mais dans la dignité » en centre d'accueil et d'orientation (CAO)...

TEMOIGNAGE - Comme la très grande majorité des jeunes arrivés de Calais mercredi soir, il n’a qu’un seul objectif : rejoindre l’Angleterre et s’y installer. A 16 ans, Hamza fait partie des rares mineurs accueillis à Cerdon-du-Loiret à parler anglais. Les autres ne s’expriment qu’en arabe, et ne connaissent de l’anglais que les formules de politesse usuelles, ce qui ne facilite pas la communication avec l’encadrement du site sur lequel ils ont trouvé refuge, à l’extérieur de la petite commune, au cœur de la forêt. 

POLICE - C'est dans un contexte troublé au sein de la police nationale où le « sentiment d'abandon » est fort, où « le manque de considération » est désormais étalée sur la place publique et où « la colère gronde » que Pascal Lalle, directeur central de la sécurité publique, a procédé à l'installation officielle du nouveau DDSP du Loiret.

IMMERSION - Depuis quinze ans, les missions de la police municipale à Orléans ont considérablement évolué. Et l'image des policiers municipaux a, elle aussi, bien changé dans cette commune où la sécurité est l'un des axes forts de la politique menée par ses maires successifs, Serge Grouard ((Les Républicains) et Olivier Carré (LR). Au point qu'Orléans fait figure, depuis 2001, de « laboratoire » en matière de sécurité dans l'Hexagone. Et ce n'est certainement pas les statistiques annuelles, souvent flatteuses dans ce domaine, qui tendront à prouver le contraire (...)

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg