Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 26 Juin 2017, 21h16

Révélations

révélations

RELEGUÉ - Cinq matchs encore. Cinq matchs à tenir et surtout cinq matchs pour espérer se maintenir en ProA. Au vu des résultats catastrophiques du club de basket orléanais cette saison, actuel avant-dernier du classement et donc en position de relégation, le président du club, Laurent Lhomme a, selon nos informations, annoncé hier, lors du conseil de surveillance du club, sa décision de quitter ses fonctions à l’issue de la fin de la saison. Une « démission » qui aurait été acceptée par le conseil de surveillance, présidé par Michel Martin, en outre adjoint au maire d’Orléans en charge des finances. 

EXCLU - Après près deux ans de bataille administrative et juridique, l'association « Les Ateliers Montessori » a décidé d'abandonner le projet d'école privée musulmane sur la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin. Depuis fin mars, un (...)

Christophe Dupont

DÉMISSION. Après onze années passées à la tête de l'OLB, cinq en tant que vice-président, six comme président, Christophe Dupont ne souhaite plus poursuivre l'aventure à la tête du club orléanais. Il en a informé Serge Grouard, le député-maire d'Orléans, à qui il a adressé sa lettre de démission, puis a sollicité un entretien avec Michel Martin, l'adjoint aux finances, président du comité de surveillance de l'OLB, pour l'en avertir de vive voix. Mais avant de prendre sa décision, et de l'officialiser auprès de la mairie d'Orléans, premier partenaire du club, le président de l'OLB voulait être sûr que le club soit entre de bonnes mains. Et, manifestement, il l'est aujourd'hui sous la houlette de Pierre Vincent, coach respecté et adoubé par ses pairs, sous l'autorité sportive duquel les joueurs orléanais ont assuré leur maintien en Pro A la saison prochaine. Et le pari était de taille après une année sportive décevante et demeurée incertaine jusqu'à samedi dernier (...)

DÉCÈS - Willy Matsanga, chef de guerre sanguinaire congolais et bras droit de Denis Sassou Nguesso, est mort en toute discrétion à l'hôpital d'Orléans. Député de la République du Congo, soldat et jadis chef de guerre sanguinaire, Pandou Wilfrid Anicet, plus connu sous le nom de Willy Matsanga, est décédé, dans la plus grande discrétion médiatique, jeudi 9 octobre au CHR d'Orléans, des suites d'une tumeur au cerveau, après plusieurs jours de coma post-opératoire. Âgé de 45 ans, le député de Kinsoundi (Brazzaville) suivait des soins intensifs depuis plusieurs mois à l'Hôpital de La Source, à Orléans où il résidait avec sa famille. 

École musulmane de La Chapelle-Saint-Mesmin

EXCLUSIF - Le maire de La Chapelle-Saint-Mesmin a adressé, ce vendredi, un arrêté de fermeture à la première école privée musulmane de la région.

DÉMISSION - Élue N°2 sur la liste FN de Bernard Monot aux élections européennes, l'Orléanaise Jeanne Pothain a présenté, ce mercredi, sa démission au ministère de l'Intérieur, « ne se sentant pas la force de faire correctement son mandat ».

Serge Grouard, UMP

RÉVOLTE. Bon soldat dans les rangs du RPR hier, puis dans ceux de l'UMP aujourd'hui, Serge Grouard est aujourd'hui entré en dissidence. Et en rébellion. Sa révolte a une cible : les caciques nationaux de l'UMP qui écument les plateaux télé en quête d'une notoriété toujours plus grandissante et ce, pour asseoir des ambitions politiques seulement personnelles. La crise financière, morale et politique traversée par ce parti créé en 2002 impose, selon le député-maire d'Orléans, de sortir du silence, et des rangs, et de porter une autre voix. Collective celle-là. Et de dénoncer ce système « politico-médiatique » qui met à mal un héritage gaulliste tout comme il met en péril une alternance politique à partir de 2017. Entretien avec un élu qui ne mâche pas ses mots et qui est prêt « à sortir les fourches » avec d'autres élus locaux, pour avoir voix au chapitre. 

ARRÊTÉ. Éric Doligé, président (UMP) du Conseil général, persiste et signe. Dans un arrêté pris lundi 7 avril, et adressé à la préfecture qui en accuse réception le 10 avril, l'élu conditionne l'accueil des mineurs étrangers isolés dans le Loiret à deux conditions cumulatives : « l'existence d'une place disponible dans le dispositif d'accueil départemental de la protection de l'enfance » et « la présentation des services de l'État d'un certificat médical attestant que le jeune n'est pas infecté par le virus EBOLA.» Autant dire, donc, eu égard à la première condition, que le département ferme à nouveau hermétiquement les portes de sa prise en charge aux jeunes mineurs étrangers.

COUPE FRANCHE - Après l'affaire des mineurs étrangers isolés, le président UMP du Conseil général Éric Doligé planche désormais sur le dossier de la prise en charge des jeunes majeurs (jusqu'à 21 ans révolus) bénéficiant de l'Aide sociale à l'enfance. ce budget devrait subir une coupe franche de 50%.