Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Février 2018, 16h03

Polémique

Sujets susceptibles de créer des discussions

CHIENLIT - Si les candidats eux-mêmes ont du mal à s'y retrouver, que dire alors des électeurs ? Stéphane Fautrat, investi en juin par les Républicains dans la 6e cironscription du Loiret, n'a toujours aucun document officiel attestant que l'alliance UDI-LR contractée à l'échelle nationale a finalement investi Alexandrine Leclerc (UDI) à ses dépens. Et, cérise sur le gâteau, il a appris par la presse que la candidate UDI-LR devait lancer sa campagne ce vendredi matin à Orléans aux côtés des ténors LR locaux, au moment, précisément, où l'UDI suspend son soutien à François Fillon dans la campagne présidentielle... Bref, comme aurait dit le général de Gaulle, « c'est la chienlit ». Entretien.

CASSEROLES - Le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) « invite chaleureusement tous les citoyens à accueillir dans un concert de casserole François Fillon dès l'ouverture des portes à 18 heures, à l'occasion de sa venue pour un meeting au Zénith d'Orléans mardi 7 mars », a-t-il fait savoir sur sa page Facebook« François Fillon a choisi de se maintenir dans la course à l'élection présidentielle alors que ses affaires juridiques mettent en cause l'intégrité que ce candidat prétend défendre. Devons encore accepter ce genre de pratiques ? », interroge-t-il (...)

RÉACTION - Les téléspectateurs les plus attentifs ont pu furtivement apercevoir, jeudi soir, sur le plateau de l’émission politique de France 2,  Hélène-Mouchard Zay, l’une de deux filles de Jean Zay et la présidente du Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv à Orléans. Invitée par la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qui a débattu ce soir-là avec Marine Le Pen sur les thèmes de l’école, du collège unique, de l’autorité des enseignants et des programmes scolaires , Hélène Mouchard-Zay a pu se rendre compte avec effroi que la candidate FN à la présidentielle (...)

FAIRE BLOC - La droite française est plongée dans la tourmente depuis les révélations du Canard Enchaîné sur les emplois supposés fictifs de son épouse Penelope en tant que collaboratrice parlementaire, laquelle touchait, de surcroît, des salaires mirobolants. L'hypothèse d'un retrait de François Fillon a été ouvertement évoquée, ce mercredi, par une poignée de députés de droite, à l'image de Georges Fenech. François Fillon, quant à lui, a exclu de renoncer à sa candidature à l'Elysée, dénonçant un «coup d'Etat institutionnel» venant «de la gauche». Présent au salon des Entrepreneurs lorsque l'ancien Premier ministre s'y est rendu, le député-maire (LR) d'Orléans, Olivier Carré, témoigne, dans nos colonnes, de l'ambiance qui régnait, cet après-midi, autour de François Fillon. Le parlementaire du Loiret affiche aussi son soutien total au « seul candidat capable de battre Marine Le Pen à la présidentielle » et dit vouloir attendre les conclusions de la justice avant de condamner un homme qui  n'a, selon lui, « rien fait d'illégal. » (...)

EFFET BOOMERANG - La petite phrase, lancée fin août, à Sablé-sur-Sarthe, dans son fief rural, avait fait mouche et visait Nicolas Sarkozy bien entendu, candidat comme lui à la primaire de la droite et du centre. « Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? » s’était ainsi interrogé à la tribune de son meeting politique François Fillon, qui affirmait ensuite ne pas vouloir être « le président des faits divers ».

LAÏCITÉ - Durant l’entre-deux-tours de la primaire, Manuel Valls, porteur d’une conception rigoriste de la laïcité, intransigeante diront certains, avait attaqué frontalement Benoît Hamon, lui reprochant « des ambiguïtés, des risques d'accommodement » avec le communautarisme. « On me fait le procès de quoi? D'être élu de banlieue, d'être confronté à la réalité de ce communautarisme que je combats, autrement que par des mots », avait répondu le député des Yvelines.

AFFAIRE - Dans le Loiret, sur les neuf parlementaires - six députés, trois sénateurs -, plus de la moitié d’entre eux a, parmi ses attachés parlementaires, un membre de sa famille. Une proportion qui place le département au-dessus de la moyenne nationale puisque nos confrères de France Info avait établi, l’année dernière, qu’un député sur cinq employait un membre de sa famille. (...)

VASES COMMUNICANTS - Depuis des mois, la question se posait : Stéphane Fautrat, candidat investi par Les Républicains dans la sixième circonscription du Loiret au temps où Nicolas Sarkozy présidait la formation politique et que Christian Estrosi était à la tête de la Commission nationale d’investiture (CNI) serait-il maintenu une fois la nouvelle gouvernance mise en place par le vainqueur de la primaire de la droite et du centre ? Une question à laquelle Florent Montillot, président départemental de l’UDI, répondait sans la moindre hésitation : pour lui, cette investiture pour les élections législatives de juin prochain deviendrait caduque entre janvier et février et Stéphane Fautrat devrait laisser sa place à Alexandrine Leclerc (UDI) sous le poids d’un accord national entre le centre et la droite.

LAÏCITÉ - Il s’agit sans aucun doute de la petite phrase la plus commentée depuis une semaine. Sur le plateau de TF1, le 3 janvier, François Fillon faisait cette confidence qui n’avait rien de spontané : « Je suis gaulliste et de surcroît je suis chrétien ». Une déclaration mêlant parcours politique et foi personnelle qui était destinée à faire taire celles et ceux qui s’inquiètent - et s’indignent - des éventuelles velléités de réformes du système de santé du vainqueur de la primaire et du centre en cas de victoire à la présidentielle. En marge de ses vœux à la presse et aux parlementaires, le mardi 10 janvier, François Fillon a assumé cette petite phrase manifestement préparée en amont. « J’avais envie de le dire », a-t-il ainsi expliqué en petit comité. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy en a également profité pour railler la leçon de laïcité qui lui avait adressée le patron du MoDem : « Bayrou ne manque pas d’air, il est ridicule. Il a dit la même chose vingt-cinq fois, il suffit d’aller sur les réseaux sociaux pour retrouver les séquences. »

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg