Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Août 2017, 23h29

Polémique

Sujets susceptibles de créer des discussions

ENTRE LES GOUTTES - Le 17 juillet, lors de la Conférence nationale des territoires qui se tenait au sénat, Emmanuel Macron avait déclaré : « Nous ne procéderons pas par baisse brutale de dotation ». Trois jours plus tard, par voie de décret, le président de la République actait une coupe de plus de 300 millions d'euros de dotations aux collectivités locales.

FIASCO - Le seul centre de déradicalisation en France, situé à Pontourny en Indre-et-Loire, doit fermer ses portes. «L'expérience ne s'est pas révélée concluante», a déclaré le ministre de l’Intérieur en fin de semaine dernière. D'une capacité de 25 personnes, le centre n'accueillait plus aucun pensionnaire depuis février. Il n'a au total accueilli que neuf pensionnaires et aucun d'entre eux n'a suivi le programme jusqu'à son terme.

Prompt à réagir sur le sujet, le Front national, « opposé depuis le départ à ce projet », boit aujourd’hui du petit lait. « Sur le fond, la réponse était inadaptée et l’échec prévisible. Il était illusoire de penser que des individus en phase de radicalisation feraient volontairement la démarche de suivre un stage destiné à leur enseigner aux frais du contribuable une « bonne » lecture du Coran. » (...)

ÉCHEC - L'unique centre de déradicalisation en France, controversé dès son ouverture à titre expérimental en septembre 2016, va fermer à Pontourny en Indre-et-Loire, a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en évoquant d'autres pistes d'étude.

"L'expérience ne s'est pas révélée concluante", déclare le ministre dans un communiqué. "L'expérimentation d'un centre d'accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites. Le gouvernement a ainsi décidé de mettre un terme à l'expérimentation conduite à Pontourny, sur la commune de Beaumont-en-Veron".

D'une capacité de 25 personnes, le centre n'accueillait plus aucun pensionnaire depuis février. Il n'a au total accueilli que neuf pensionnaires et aucun d'entre eux n'a suivi le programme jusqu'à son terme, souligne le ministère de l'Intérieur...

IN(JUSTE) ? - L’aide personnalisée au logement est une aide financière octroyée par la Caf. Depuis le 1er octobre 2016, le patrimoine des allocataires est pris en compte dans le calcul de l'aide. À compter du 1er octobre 2017, 6,5 millions de Français verront le montant de l'aide mensuelle réduite de 5 euros...

DÉSACCORD - Une semaine après la désignation du lauréat, chargé de réaliser le futur complexe adossé au Zénith d’Orléans et qui doit lui associer trois nouvelles salles dont une grande salle des sports, l’opposition municipale (PS, Verts et apparentés) dit avoir « appris avec stupeur que la cette halle des sports ne sera pas accessible au sport amateur »...

CONFLIT - Après la démission du Général et chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, le président Macron fait la quasi unanimité contre lui. Et, bien sûr, à commencer par l’opposition Les Républicains. Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher, conseiller régional et porte parole du parti LR, invite à signer une pétition intitulée « Je soutiens notre armée », rendant, par là-même, « hommage à l’armée et au Général Pierre de Villiers »...

RETOUR À LA NORMALE - Le préfet de la région Centre-Val de Loire, préfet du Loiret, s’est félicité, ce lundi 17 juillet, que la demande d’abondement de l’enveloppe départementale des crédits du Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation ait reçu un avis favorable permettant l’emploi de deux intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie dans le Loiret...

POLÉMIQUE - Mercredi 12 juillet doit être inaugurée au CHR d’Orléans la première Salle de confrontation protégée pour les mineur(e)s victimes de violences sexuelles et de toute forme de maltraitance. Le principe est simple : lorsqu’un enfant doit être confronté à un adulte maltraitant afin de faire progresser une enquête, cette « confrontation » peut être faite désormais de manière indirecte, via un système de visioconférence, afin d’éviter un nouveau traumatisme qui pourrait être généré par le fait que l’enfant se trouve dans la même pièce que la personne qu’il met en cause. Cette « Salle de confrontation protégée » installée dans l’enceinte du CHR d’Orléans, dans une unité d’accueil médico-judiciaire pédiatrique, doit être inaugurée mercredi par les autorités locales en présence de Laetitia Hallyday et Hélène Darroze, qui sont toutes les deux co-présidentes de la Bonne Étoile, une association engagée contre les violences faites aux enfants et partenaire financier de cette installation. 

REBONDISSEMENT - Alors que le dispositif permettant de financer les intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie du Loiret permettant l'accueil des femmes victimes de violences était supprimé depuis le 1er juillet, le voici rétabli à compter de ce vendredi 7 juillet.

INDIGNATION - C’est à la fois un coup de colère et un appel que lance le maire de Meung-sur-Loire, Pauline Martin (LR), et par ailleurs vice-présidente du Conseil départemental. Depuis deux ans, et de manière beaucoup plus accentuée cette année, elle doit faire face à des « hordes de jeunes » qui, le soir venu, viennent profiter illégalement de la piscine en plein air de la commune et s'y baigner en toute impunité. Et personne, policiers municipaux comme gendarmes, ne sont en mesure de les y déloger. 

Pages