Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 26 Juin 2017, 21h16

Municipales : 1er tour

Relatifs aux sujets du premier tour des municipales 

BAGARRE. Le second tour des municipales à Fleury-les-Aubrais s'annonce particulièrement serré après le bon score réalisé, au premier tour, par Marie-Agnès Linguet (divers droite) qui a su convaincre 41,1% des électeurs fleuryssois. Carole Canette (PS), qui a capitalisé 27,53% des suffrages, a fait alliance avec le Front de gauche conduit par Alain Roméro (15,51%), tandis que Stéphane Kuzbyt (12,4% - divers gauche soutenu par EELV), a jeté l'éponge sans laisser de consigne de vote. Grande incertitude donc quant au verdict des urnes dimanche. Marie-Agnès Linguet s'explique sur son prgramme et sur les points d'achoppement avec sa rivale de gauche dans un contexte de plus en plus tendu. 

EXPLICATIONS. Dimanche soir, alors que le score du Parti socialiste à Orléans a fait un bond de cinquante ans en arrière, au temps où le PSU (Parti socialiste unifié) se partageait le gâteau à gauche avec la SFIO, Corinne Leveleux-Teixeira n'a jamais envisagé de démissionner. Seulement 23,23% des suffrages, même dans ses pires cauchemars, il ne pouvait en être ainsi. « J'ai très mal vécu deux démissions, celle de Lionel Jospin en 2002, et celle de Jean-Pierre Sueur en 2008, je ne suis ni l'un ni l'autre », confie la tête de liste d'« Orléans à 100% . « Ce n'est pas un soir de défaite que l'on démissionne. Cela voudrait dire qu'une élection est une aventure personnelle, ce qu'elle n'est pas pour moi ».

DÉCRYPTAGE. Les duels qui ont eu lieu dimanche, premier tour des élections municipales, ont tous tourné à l'avantage du maire sortant, qu'il soit de droite ou de gauche. Et dans de très larges proportions même. Signe qu'en ces temps de crispation politique et d'incertitude économique, le maire reste une valeur-refuge vers laquelle les citoyens se tournent. À condition néanmoins, c'est bien évident, que son précédent mandat ne soit pas entaché d'une quelconque disgrâce. L'élection d'une maire reste un scrutin de grande proximité, indifférent dans une large mesure aux soubresauts nationaux. 

Michel Ricoud photo © DR

EXPLICATIONS - L'élection dès le premier tour du candidat UMP, Serge Grouard, à Orléans, a surpris tout le monde. Éclairage avec les candidats orléanais, Michel Ricoud (Front de Gauche) et le centriste Tahar Ben Chaabane, tous deux déçus par l'entrée historqiue du Front national au conseil municipal de la cité johannique.

SURPRISE - Le président de l'UMP pose un regard enjoué sur les résultats obtenus par la droite dans le département au lendemain d'une victoire emblématique : celle de Serge Grouard, maire sortant d'Orléans, réélu avec 53,64% des voix.

apostrophe45. Comment analysez-vous la confortable victoire de Serge Grouard, élu pour la troisième fois à la mairie d'Orléans ?
Éric Doligé (président départemental de l'UMP). C'est une satisfaction générale, pour tous les élus de droite et l'UMP en particulier, de voir que les élus ont bien travaillé et ont été reconnus par les électeurs. Ces derniers n'ont pas manqué de souligner qu'ils ont été déçus par la gauche, c'est évident. Le résultat va au-delà de nos espérances. Nous nous attendions à de bons résultats dans nombres de communes et bien sûr, nous savions qu'Orléans n'allait pas être une commune reprise par la gauche, c'est évident. Mais on ne pouvait pas penser qu'Orléans passerait au premier tour.

leveleux-Teixeira

ANALYSE - Créditée de 23,22% des voix, l a candidate socialiste revient sur sa lourde défaite au soir seulement du premier tour des élections municipales à Orléans. On l'aura compris, la résonance de cet échec dépasse, aujourd'hui, le simple cadre national. Avec 22% des voix dans une élection de proximité, Corinne Leveleux-Teixeira, bien qu'élue dans l'opposition, risque de devoir, d'abord, mener une politique de reconquête auprès de sa propre famille politique qui, évidemment, ne se résume pas qu'à sa liste. Mais le tout est de savoir si elle survivra politiquement à cette « sanction ».

PLÉBISCITE. Guère de surprises dans l'agglomération orléanaise dans les duels de ce premier tour avec la victoire aisée de David Thiberge (PS) à Saint-Jean-de-Braye qui remporte la mise face à Michel Delporte (divers droit) en obtenant 56,87% des suffrages, et davantage encore celle de Hugues Saury (UMP) dont la candidature a été plébiscitée à plus de 74% par les Olivetains face à Horace Soncy qui était pourtant parvenu à rassembler le centre et la gauche. 

Philippe Lecoq, FN

FRONT NATIONAL - Là aussi, c'est historique. Le Front national entre au conseil municipal d'Orléans, dans l'opposition, après avoir recueilli 10,31% des suffrages, dimanche soir, au premier tour des élections municipales. Même si le frontiste, déjà conseiller régional, évoquait, à juste titre, « partir de rien, de zéro », il confiait, dimanche soir, « avoir espéré faire deux ou trois points de plus »« Mais c'est une satisfaction totale et ce sont les Orléanais qui l'ont décidé. »

Serge Grouard, au premier tour des municipales (apostrophe45)

ÉLU - Le premier tour des municipales 2014 a donné son verdict, ce dimanche 23 mars, plaçant la liste de Serge Grouard, maire sortant (UMP), largement en tête des suffrages avec 53,64% des voix, loin devant Corinne Leveleux-Teixaira, candidate socialiste, à 23,22%.  

Serge Grouard, au premier tour des municipales (apostrophe45)

SURPRISE - Les premières estimations donnent le maire sortant UMP, Serge Grouard, largement en tête de ce premier tour à Orléans, avec 53,31% des cents premières voix de chaque bureau de vote.