Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Mai 2017, 22h10

Justice

débat justice

UN VERRE, ÇA VA - Las des états d'ivresse réprimés régulièrement sur la voie publique, et en particulier rue de Bourgogne, Olivier Geffroy, adjoint en charge de la tranquillité publique, souhaitait, fin 2014, que les personnes trouvées en état d'ivresse dans la rue, et qui sont donc ramenées au commissariat de police, s'acquittent des frais de ce déplacement. En plus de l'amende de 150€ - deuxième classe - qui sanctionne cette infraction. Le tarif pour ce transport aux frais de la ville est, lui, fixé à 120 €. Mais cette tarification avait été rendue inapplicable par le tribunal administratif d'Orléans fin 2015 et n'était, jusqu'à aujourd'hui, toujours pas tranchée par la cour administrative d'appel de Nantes. Sauf que...

Le 5 janvier dernier, Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret, se rendait dans le centre pénitentiaire de Saran pour y rencontrer des représentants du personnel en grève, ainsi que le directeur par intérim de l’établissement. Des entretiens à la suite desquels le parlementaire socialiste avait aussitôt écrit au Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, pour l’alerter sur différents points soulevés par le personnel, dont, bien sûr, l’urgence des travaux à réaliser après les inondations survenues dans deux bâtiments en juin dernier. 

PRISON - Jacqueline Sauvage est, sans mauvais jeu de mots, condamnée à rester en prison. François Hollande a décidé de ne pas accorder la grâce totale à la sexagénaire qui doit purger une peine de à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Le chef de l'État, qui lui avait accordé en revanche une grâce partielle en février dernier, entend se laisser du temps pour examiner cette nouvelle demande, suite à la requête des avocates de Jacqueline Sauvage. «Nous avons transmis ce jour la demande de grâce émise par Jacqueline Sauvage à la Chancellerie. Celle-ci doit rendre un avis et le président prendra sa décision sur cette base-là», peut-on lire sur le site du Parisien...

JUSTICE - La nouvelle demande de libération conditionnelle formulée par  Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari et partiellement graciée par le président, a été une nouvelle fois rejetée ce jeudi 24 novembre.

VERS LA LUMIÈRE - Devenue le symbole des femmes victimes de violences conjugales, 68 ans, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari et partiellement graciée par François Hollande, demande ce jeudi à la cour d'appel de Paris de lui accorder sa libération conditionnelle. Elle sera finalement fixée sur son sort le 24 novembre...

OUF ! - «Je cours prendre mon train de 11h47. Le juge en charge de mon dossier n'est pas joignable ! Situation inédite. Je ne comprends pas ce qu'il se passe. J'ai dessiné un chat sur un mur sale de la SNCF. Un chat 4 roses et une colombe symbole d'amour et de liberté…» Voici la déclaration sur le compte Instagram de Thoma Vuille, alias M. Chat, poursuivi pour dégradation par la SNCF et dont le jugement a été prononcé ce jeudi 13 octobre, en fin de matinée...

STREET ART - Thoma Vuille, alias Monsieur Chat, est de nouveau inquiété par la justice. Après la RATP en 2014, c'est au tour de la SNCF de porter plainte contre le graffeur pour « délit de dégradation d’un bien appartenant à autrui » devant le tribunal correctionnel de Paris. Il ne connaîtra son sort que le jeudi 13 octobre...

SOUTIEN - Comme en septembre 2014, le député LR du Loiret, Serge Grouard, réitère son soutien à Thoma Vuille, alias M. Chat, qui risque la prison ferme pour avoir dessiné son chat sur « une cloison temporaire de carton plâtre » à la gare du Nord à Paris. On connaît « l'affection esthétique » de l'actuel adjoint à la stratégie métropolitaine d'Orléans pour le matou jaune poussin, rondouillard et facétieux de Thoma Vuille. Il a d'ailleurs autorisé le graffeur débonnaire à poser sa griffe aux quatre coins de la ville d'Orléans sans être pourchassé par la police. On se souvient que lorsque le député-maire avait appris en 2014 que l'artiste orléanais avait des démêlés avec la RATP qui lui cherchait des puces dans le pelage et lui réclamait 1.800€ au titre des « dégradations » commises dans la station de métro Châtelet, l'élu lui avait déjà apporté son soutien. Sans réserve.

STREET ART - Thoma Vuille, alias Monsieur Chat, est de nouveau inquiété par la justice. Après la RATP en 2014, c'est au tour de la SNCF de porter plainte contre le graffeur pour « délit de dégradation d’un bien appartenant à autrui » devant le tribunal correctionnel de Paris. Il ne connaîtra son sort que le 15 octobre.

ARCHI COMPLET - Les prisons françaises sont surpeuplées et le nombre de places augmente moins vite que celui des détenus. Ce constat n'est pas nouveau mais le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, a annoncé son plan de lutte contre la surpopulation carcérale qui touche 82,5% des 120 maisons d'arrêt (ou quartiers de maisons d'arrêt au sein d'un centre pénitentiaire) en France métropolitaine. Il en a même fait une priorité. Il faut dire que l'objectif d'un prisonnier par cellule est inscrit dans la loi depuis 140 ans mais il n'a jamais été appliqué, faute de moyens. Réaffirmé en 2000, il a fait l'objet de moratoires successifs. Le dernier, inscrit dans la loi de finances de décembre 2014, a repoussé son application au 1er janvier 2020...

Pages