Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Avril 2018, 05h10

Interview

Entretien

CONFESSIONS - La messe « pour les victimes des attentats et pour la paix dans le monde » célébrée en la cathédrale d'Orléans, mardi soir, suite à l'assassinat terroriste du prêtre Jacques Hamel, âgé de 86 ans, dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (près de Rouen), a réuni « une centaine de personnes », officiels, fidèles, croyants ou non. Et c'est sous haute surveillance de la police nationale et de la police municipale d'Orléans que s'est déroulé l'office célébré par le père Claude Girault, responsable depuis 14 ans de la cathédrale Sainte-Croix. Ce dernier déménagera d'ailleurs en septembre à La Ferté-Saint-Aubin. Outre la mort du père Jacques Hamel mardi matin, une autre personne a été grièvement blessée lors d'une prise d'otages survenue dans l'église où se trouvaient deux sœurs et quelques fidèles. Les deux assaillants - des terroristes se réclamant de Daesh - ont été abattus par les forces de l'ordre, alors qu'ils sortaient, armes à la main, de l'église. Le parquet anti-terroriste de Paris a, quant à lui, été saisi de l'enquête. Trois heures après l'assaut, l'Etat islamique (EI) les a présentés comme deux de ses «soldats», selon l'agence Aman organe de propagande de l'organisation. La rédaction d'apostrophe45 a rencontré le père Claude Girault juste après la célébration de la messe. Il confie ses craintes mais aussi ses espoirs dans un monde au bord de la rupture.

apostrophe45. D'abord, vous sentez-vous menacé après l'assassinat terroriste du prêtre auxiliaire Jacques Hamel, égorgé à la fin de son office, mardi matin, à l'église Saint-Etienne-du-Rouvray (près de Rouen) ? 

ENTRETIEN. Serge Grouard a fait partie de la commission d’enquête parlementaire relative aux moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme. Après la tragédie du 14 juillet à Nice, dont le bilan provisoire est de 84 morts, le député du Loiret estime que la politique menée aujourd’hui pour lutter contre le terrorisme en France n’est pas la bonne et qu’elle rappelle, dans un contexte certes différent, celle de la France dans les années 30 qui refusait de regarder la menace hitlérienne en face.  Pour lui, il « faut éradiquer la menace » en prenant des mesures fortes.(...)

SOUVERAINISTE - Le leader souverainiste du parti Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, s'est rendu à Orléans, ce mercredi 6 juillet, afin de rencontrer la nouvelle équipe de la fédération loirétaine (une centaine d'adhérents, Ndlr). Curieusement, le nouveau président départementale, Luc Bucheton, était absent de ce premier rendez-vous avant la présidentielle de 2017, faute à « un manque de communication », semble-t-il. Livre en main France - Lève-toi et marche (Ed. Fayard) -, Nicolas Dupont-Aignan parcourt l'Hexagone, drapeau tricolore à la boutonnière, avec la conviction de pouvoir offrir un nouveau chemin à ce pays, voire de le « délivrer ». Délivrer, dès 2017, la France de l'Europe, de la crise sociale, économique et identitaire qu'elle traverse depuis plus d'une décennie. Rencontre avec Nicolas Dupont-Aignan, un homme « en rupture avec le système » mais surtout un candidat à la présidentielle convaincu de « créer la surprise en 2017 » (...)

ENTRETIEN. Elle est sans doute l’une des conseillères régionales des Républicains les plus en vue dans l’opposition de la droite et du centre depuis décembre dernier et la réélection surprise du socialiste François Bonneau à la tête de la région Centre-Val de Loire. A 62 ans, Claude Greff, souhaite apporter son « expérience de parlementaire » à Guillaume Peltier, le jeune chef de file exalté LR de cette opposition, qui assure, conférence de presse après conférence de presse, vouloir être « le cap du capitaine Bonneau ».(...)

ENTRETIEN. A 36 ans, Maël de Calan passe pour être « le Blairiste de Juppé ». Ce jeune conseiller départemental du Finistère, implanté à Roscoff, également président de la fédération Les Républicains du Finistère, fait partie – avec Matthieu Schlesinger, maire (LR) d’Olivet - du petit comité stratégique qui se retrouve, chaque mardi, à Paris, aux côtés du candidat à la primaire des Républicains, pour mettre en musique les grands thèmes de son programme. Diplômé de Sciences Po et d’HEC, passionné par les comptes publics, Maël de Calan vient de publier aux Editions Plon un ouvrage intitulé La vérité sur le programme du FN dans lequel il détaille, point par point, les propositions politiques de l’extrême-droite française afin d’en relever les contradictions, les non-sens et les inepties. Entretien.  

SUCCESSION. Benoit Lonceint, l'actuel président de l'UDEL - Union des entreprises du Loiret - a fait savoir qu'il ne serait pas candidat à sa succession le 28 juin prochain, après trois ans de mandat. Pour l’heure, deux candidats sont en lice pour lui succéder, Pascal Grégoire, 54 ans, PD-G d’IT&M Régions, une entreprise orléanaise spécialisée dans le conseil et la maintenance informatiques qui emploie quarante salariés, et Francis Lheure, 64 ans, président du conseil d'administration de l'entreprise de construction OBM - 160 salariés - implantée à Ormes. Après avoir tendu le micro à Pascal Grégoire pour connaître ses ambitions et son programme, apostrophe45 s’est entretenu avec Francis Lheure, actuel membre du bureau du conseil d’administration de l’UDEL en charge des mandats. (...)

VOIX AU CHAPITRE. Le coup n’était pas prémédité, assure-t-elle. A l’issue d’une table ronde qu’elle animait, samedi, dans le cadre des Voix d’Orléans, Fawzia Zouari, journaliste pour l’hebdomadaire Jeune Afrique, a lancé un appel, « une bouteille à la mer », en faveur de la création, à Orléans, d’un Parlement des écrivaines francophones qui permettrait, d’une part, de pérenniser et de poursuivre le travail de réflexion proposé à Orléans dans le cadre de ces deux jours dédiés à la francophonie, et d’autre part de l’ancrer dans une structure, un espace, réservé aux femmes dont la voix est encore si peu entendue aujourd’hui. Pour apostrophe45, Fawzia Zouari évoque ce que représente pour elle, en tant qu’écrivaine d’origine tunisienne, la francophonie, et singulièrement dans des pays gagnés par « une islamisation des mentalités ». (...)

SOUTIEN - Alors que le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, battait la campagne dans le Montargois, ce jeudi, en compagnie de quelques parlementaires loirétains, les élus fillonistes du Loiret organisent, eux, une réunion publique de soutien à leur candidat à la présidentielle 2017, ce jeudi soir à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Proche de l'ancien Premier ministre, Jean-Noël Cardoux explique les raisons de son engagement à ses côtés.

apostrophe45. François Fillon a récemment déclaré qu'il venait « pour casser la baraque et la reconstruire autrement ». Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?
Jean-Noël Cardoux (sénateur Les Républicains du Loiret). On est confronté (...)

DÉCODEUR - Se méfier des amalgames et prendre soin d'éviter les raccourcis, tel est le message véhiculé par le nouveau préfet de Région, Nacer Meddah, lorsqu'on l'interroge sur Molenbeek, ce quartier bruxellois présenté, aujourd'hui, comme le foyer du terrorisme en Belgique, en plein cœur de Europe, par un certain nombre de médias. Il ne suffit pas de lancer à la cantonade qu'il existerait « en France une centaine de Molenbeek », comme a pu l'affirmer, à la hâte, Patrick Kanner, ministre de la Ville. Orléans étant citée parmi les villes hexagonales qui « ont vu certains de leurs jeunes partir en terres de jihad pour combattre dans les rangs d'organisations terroristes ». Pour autant, Orléans, comme Toulouse, Lyon, Vannes et tant d'autres encore, peut-elle décemment figurer cette fameuse « carte des cent Molenbeeck à la française » ? D'abord, il s'agirait de définir avec précision l'expression très médiatique « Molenbeek à la française ». Est-ce le quartier d'origine des combattants français morts en Syrie et en Irak ? Est-ce seulement le quartier d'origine des terroristes et complices des attentats de ces dernières années ? Ou est-ce simplement un quartier replié sur lui-même où le communautarisme s'est développé plus qu'ailleurs en raison d'un retrait progressif de la République ? Autrement dit, sans être une zone de non-droit, est-ce que certains quartiers d'Orléans sont des zones d'exclusion pour toute personne étrangère à la communauté de ce quartier, en l'occurrence La Source et l'Argonne ? Nacer Meddah en est certain, « à Orléans, on n'est pas du tout dans la situation de Molenbeek » malgré des difficultés, des points fixes de surveillance de potentiels foyers de radicalisation, et, plus récemment, un projet d'attentat avorté en décembre dernier. Analyse. Il vous à lire reste 80% de l'article. Rejoignez-nous.

AVENIR - Ce jeudi 24 mars, était inaugurée à Orléans la quatrième Maison de la Réussite, annexe de l'Argonne. En créant le Pôle de prévention et réussite, il y a dix ans, la Ville a décidé de « se donner les moyens nécessaires pour détecter et prévenir les situations de fragilités chez les enfants et les adolescents » et mettre en place des actions éducatives ou de soutien les plus adaptées pour leur bâtir un meilleur avenir. Entretien avec Florent Montillot, adjoint à l'Éducation, la prévention et la réussite éducative de la Ville d'Orléans.

apostrophe45. Quel est l'objectif des Maisons de la Réussite à Orléans ?
Florent Montillot. C'est assurer la réussite d'un enfant. Et c'est le plus beau cadeau que l'on peut lui faire. Quand on voit des jeunes en grandes difficultés, qui n'ont pas de sens à leur vie, c'est leur donner les moyens justement de se projeter. Ils sont dans l'instant et nous, on est là pour leur redonner un cap, un horizon, une perspective, bref, une ambition (...)

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg