Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 27 Mai 2017, 11h58

INTERVIEW

Entretien

CAMPAGNE - L'infatigable Michel Ricoud, conseiller municipal Front de gauche dans l'opposition à Orléans, repart en campagne, dans la 1er circonscription du Loiret pour les législatives. Celui qui tracte sur les marchés sourciens à longueur de mois, « et pas seulement pendant les campagnes électorales », qui milite pour le droit au logement tout au long de l'année, a été convaincu par « les militants, les gens que je croise tous les jours » qu'il fallait qu'il y retourne. Sur les bases de la consultation lancée fin 2016 et baptisée « Ce que demande le peuple », l'élu orléanais entend prolonger dans les mois qui viennent ce dialogue entamé avec les habitants de sa circonscription. Jusqu'au verdict des urnes, les 11 et 18 juin. (...)

MENACE - Le viol présumé de Théo par un policier en Seine-Saint-Denis, le 2 février dernier lors d’une interpellation, donne lieu, depuis plus d’une semaine, à des manifestations de soutien à la jeune victime de 22 ans dont un grand nombre dégénèrent en violences urbaines. Une tension très vive s’est installée dans quelques quartiers de la couronne parisienne au point que certains brandissent la menace d’un embrasement des banlieues, à l’image de ce qui s’était produit en 2005. Florent Montillot, qui fut adjoint au maire d’Orléans entre 2001 et 2014 en charge de la sécurité publique et qui est l’auteur de plusieurs ouvrages relatifs à l’échec des politiques de la ville et des doctrines d’emploi de la police, répond aux questions de la rédaction sur ce climat menaçant et sur le rapport conflictuel, semble-t-il indépassable, entre policiers et jeunes des quartiers. 

ENTRETIEN. Guillaume Peltier, chef de file des Républicains dans l’opposition régionale, a réagi sur les réseaux sociaux, comme bon nombre d’élus de droite comme de gauche, après l’assassinat, lundi soir, à Magnanville, dans les Yvelines, d’un couple de fonctionnaires de police, tués à coups de couteau, devant et dans leur domicile, par Larossi Abballa, un Français de 25 ans déjà condamné en 2013 pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes ». Le jeune djihadiste, qui avait fait allégeance à l’Etat islamique trois semaines avant son passage à l'acte, a expliqué aux négociateurs du Raid qu’il avait répondu à un communiqué du chef du groupe jihadiste Abou Bakr al-Baghdadi qui demandait de « tuer des mécréants, chez eux avec leur famille ». 

NUIT DEBOUT. Rédacteur en chef du journal alternatif et engagé Fakir, et réalisateur du film Merci Patron, dont le succès populaire a constitué la première pierre dans l'édification du mouvement Nuit Debout, François Ruffin, 41 ans, viendra au cinéma des Carmes à partir de 19h30, ce mardi, à la rencontre des Orléanais pour débattre de son film et, sans doute, du mouvement militant qui est né dans sa foulée et dont il constitue l’une des matrices. Entretien. 

apostrophe45. Certains observateurs politiques, à droite notamment, parlent d’une « crise d'adolescence contre l'autorité prétendument oppressante », du « triomphe de la loser attitude », ou de « la glandouille nocturne boboïsée ». Vous répondez quoi à ces critiques ?
François Ruffin.  « Loser attitude », c’est sûr que si la victoire c’est d’avoir une Rolex à 50 ans comme Séguéla, ou de tous vouloir devenir milliardaire comme le dit Emmanuel Macron, ce n’est pas l’objectif des gens qui sont sur la Place. Ils nourrissent d’autres ambitions, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’ambitions, mais il y a d’autres ambitions qui sont plus diffuses, et parfois confuses, mais il est évident que l’on est sur une base démocratique et qu’il vaut mieux que ses ambitions-là soient portées plutôt que pas portées. Après, j’ai eu un entretien avec Emmanuel Todd sur cette question des bobos sur la Place et il répondait que la jeunesse de la Place de la République n’échappait pas à la précarisation non plus. Ce ne sont pas des fils de bourgeois qui sont sur la Place, il ne faut pas exagérer non plus.  (...)

DÉFENSE - Claude de Ganay, député (Les Républicains) du Loiret, a assisté au coup de barre sécuritaire de François Hollande qui avait réuni quelque 900 parlementaires français devant le Congrès à Versailles, ce lundi, après les attentats terroristes qui ont endeuillé la capitale, vendredi. Un virage inédit pour un président de gauche, visiblement déterminé à répondre «dans l'urgence et dans la durée» à «l'abomination» des attaques de l'Etat islamique qui ont fait au moins 129 morts. L'occasion de savoir si ces mesures sécuriatires inédites pour un président socialiste ont convaincu le député Républicain du Loiret (...)

CHINE - En marge des attentats terroristes de Paris, auxquels le député-maire (LR) n'a pas manqué de réagir dès samedi matin depuis la Chine, Olivier Carré avait au préalable répondu par mail à l'interview de la rédaction portant sur l'objet même de son voyage dans à Kunming. Nous avons choisi de la publier car la vie quotidienne suit son cours, toujours dans le respect et la dignité. L'événement est organisé dans le sud du pays, par le Comité France-Chine (...)

REGIONALES 2015. Cécile Duflot, députée EELV de Paris et ancienne ministre du Logement et de l’Egalité des territoires du gouvernement Ayrault, a passé son après-midi du jeudi 5 novembre, à Orléans. L’élue a constaté avec deux élus régionaux sortants, Jean-Philippe Grand et Gilles Deguet, la manière dont la voix écologiste avait porté dans l’hémicycle régional, notamment dans la construction d’un bâtiment passif « de construction durable » de 1.000 m2, dans l’enceinte du lycée Jean-Zay. Avant sa séance de dédicace à la librairie Passion-Culture et, surtout, le meeting à la salle Eiffel, en soutien à Charles Fournier, candidat EELV aux régionales, Cécile Duflot a répondu aux questions d’apostrophe45

apostrophe45. Les Verts partent seuls au premier tour pour les élection régionales dans le Centre-Val de Loire. Est-ce que les sujets de divergence étaient trop importants pour permettre une liste commune avec le PS ? 
Cécile Duflot. Non, ils partiront avec Nouvelle Donne, avec tout un tas de citoyens … (...)

OUVERTURE. C'est un évêque dont la parole a une résonnance forte dans l'Église catholique qu'Orléans accueillera le 8 mai prochain à la faveur des fêtes de Jeanne d'Arc. Un homme de convictions qui ne dissimule pas être parfois en opposition avec les discours officiels de sa hiérarchie. Prônant une ouverture sur le monde, défendant notamment la cause des homosexuels victimes de discriminations, membre de l'Académie française, Mgr Dagens, évêque d'Angoulême, est né en 1940 à Bordeaux. Grand ami de Monsigneur Blaquart, évêque d'Orléans, Mgr Dagens répond aux questions d'apostrophe45 avec chaleur, disponibilité, et humour. Entretien avec celui qui se retrouve dans l'héritage religieux du pape Jean XXIII, canonisé dimanche. 

Zoubeir Frej, consul du Maroc

CULTURE. Zoubeir Frej, consul général du royaume du Maroc à Orléans, depuis tout juste six moins, était à Saint-Jean-de-la-Ruelle, vendredi, pour une manifestation culturelle et festive en l'honneur de la femme marocaine. L'occasion de faire un point sur les relations entre la France et le Maroc, les investissements français sur place, le tourisme, et bien sûr « l'affaire » Sacha Doligé. 

MANDAT. Après douze années passées à la tête du service de la tranquillité publique et de la prévention spécialisée, et presque autant à être sous le feux des projecteurs publics et des critiques nourries, Florent Montillot (UDI) cède donc son fauteuil pour celui de l'éducation, de la prévention spécialisée et de la connaissance. Une demi-surprise seulement quand on connaît l'attachement de l'élu à toutes les questions liées à l'éducation qu'il rattache à celles de la délinquance des mineurs. Mais pas seulement. Quelle sera la feuille de route d'Olivier Geffroy, son successeur, au sein du laboratoire orléanais de la lutte contre la délinquance qui, après douze ans de travaux, a dépassé depuis longtemps le cadre expérimental ? Comment Florent Montillot envisage-t-il son nouveau mandat, ses nouvelles prérogatives, et quels en seront les principaux axes ? Entretien avec un l'un des piliers de la nouvelle mandature de Serge Grouard qui ne se cache jamais derrière les mots.