Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 27 Mai 2017, 12h04

Indiscrétions

indiscrétions politiques

MADE IN CHINA - Si, selon nos informations, le bateau en question n’existe encore que sur les plans, il est tout à fait vraisemblable qu’il soit terminé en temps et en heure pour être présenté aux Orléanais en septembre prochain

CUMULARD - Son président de groupe (FN), Michel Chassier, l'assure avec un peu de gêne dans la voix : « Oui, Philippe Loiseau est toujours conseiller régional (…) Et ça n'est pas très confortable pour nous (…) Mais il n'y a que lui qui peut prendre la décision de démissionner. » En effet, le député européen originaire de Lucé (2014), est également conseiller régional du Centre-Val de Loire. Sauf qu'il n'a plus jamais remis les pieds dans l'hémicycle régional depuis sa démission de la présidence du groupe Front national, le 18 février 2016 (...)

MISE EN BOÎTE - C'est avec étonnement que d'aucuns ont pu constater que le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste dans le Loiret, qui plus est mandataire de Benoît Hamon, n'avait pas parrainé le candidat du PS à la présidentielle. Un comble pour certains. Une rupture pour d'autres. Ni l'un, ni l'autre à en croire l'intéressé...

À LA POSTÉRITÉ - Le pavé - dans la marre - de 662 pages des deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, n'en finit plus d'ébranler le sommet de l'État (...) Alors certes, le nom de ce député (Les Républicains) du Loiret, cité à la page 150 du livre « Un président ne devrait pas dire ça… » (Éd. Stock) pourrait paraître anecdotique - excepté peut-être pour l'intéressé - mais l'extrait en question révèle surtout combien la machine médiatique, incontrôlée et donc incontrôlable, happe, broie et jette (...)

REBOND - L'homme sait rebondir. C'est le moins qu'on puisse lui reconnaître. Sacha Doligé, fils du sénateur LR du Loiret, s'engage, cette fois, en politique. Après avoir tout perdu au Maroc, vécu 21 mois de cavale dans ce pays, avoir été jusqu'à dormir plusieurs nuits durant sur le trottoir devant la porte du Défenseur des droits à Paris, avoir connu « la politique de la porte fermée », il a décidé de se présenter aux législatives de 2017 dans le Gers, sa terre d'adoption. Et à sa manière (...)

ECHANGE. Selon nos informations, un jeu de chaises musicales va s’opérer dans la majorité socialiste de la Région Centre-Val de Loire puisque la 8e vice-présidente, Michèle Bonthoux, déléguée à la Culture, devrait échanger sa place avec Agnès Sinsoulier-Bigot qui était jusqu’à présent conseillère régionale déléguée chargée de la créativité numérique culturelle et également présidente de la commission « culture, Sports et coopération décentralisée ».

BIZARRERIE - Le Nouvel hôpital d'Orléans n'aura certainement jamais d'eau dans son immense bassin bordant tout le côté gauche de l'entrée principale. En effet, hiver comme été, ce réservoir, même réduit par rapport au projet initial, devrait resté vide au grand dam, très certainement, de l'architecte de l'hôpital. D'abord pour des questions de sécurité. Ce bassin, même peu profond, pourrait présenter un danger pour le jeune public et les personnes à mobilité réduite notamment (...)

Parking CHRO (apostrophe45)

STATIONNEMENT PAYANT - Le nouvel hôpital d'Orléans disposera de 30.000 m2 de parkings et fera payer l'emplacement à l'usager. apostrophe45 vous révèle aussi les tarifs.

ÉLECTIONS. Les armes s'affûtent. Dans l'ombre de la discrétion pour le moment mais plus pour longtemps sans doute. Les élections cantonales, arrêtées aux 22 et 29 mars 2015 pour renouveler l'ensemble des conseillers départementaux, vont trouver un regain d'intérêt dans le canton remodelé de Saint-Marceau - associé désormais à la partie la plus « populaire  » du quartier de La Source -, terrain de jeu politique « stratégique » pour la droite comme pour la gauche orléanaise. Ainsi, Mathieu Langlois, jeune élu UMP à la mairie d'Orléans, ne cache plus sa candidature à la candidature pour ces cantonales 2015, nouvelle version.

UMP - Comme 43 autres députés UMP, Serge Grouard avait été invité à déjeuner, mercredi 29 octobre, avec l'Amicale gaulliste de l'Assemblée nationale qui accueillait Nicolas Sarkozy dans le cadre de la campagne interne du parti. Mais le député-maire d'Orléans n'a pu honorer l'invitation...

Pages