Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Septembre 2018, 02h15

Hommage

sujets relatifs aux hommages

CÉRÉMONIE - Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, présidera sur la base aérienne 123 Orléans-Bricy, ce mercredi, la cérémonie d’hommage national au sergent-chef Thomas Dupuy, mort au Mali, la semaine dernière.

CENT ANS - Jean-Philippe Roinel, l'un des responsables de l'association des Amis de l'Humanité du Loiret, rendra, ce soir à Orléans, un hommage à Jean Jaurès. En cette date anniversaire, ils sont nombreux à saluer, ce jeudi 31 juillet, l'engagement républicain de Jean Jaurès, figure iconique du socialisme. Un socialisme d'un autre temps pourtant. Il y a un siècle, le fondateur du journal L'Humanité tombait sous les balles d'un nationaliste fanatique français, Raoul Vilain, au Café du Croissant à Paris, à trois jours de la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France. Un conflit que le tribun socialiste redoutait plus que tout et qu'il avait vainement tenté d'empêcher. Aujourd'hui, nombre d'hommes ou de femmes politiques s'arrachent l'esprit républicain de Jean Jaurès. La Quasi-totalité des partis, de gauche à droite en passant par les extrêmes, citent la stature et l'engagement du défenseur de la République. Mais il semblerait pourtant que le legs du fondateur de la SFIO soit lourd, bien trop lourd à porter. Ainsi, la ligue de l'Enseignement et la Société des Amis de l'Humanité du Loiret célébrera ce centenaire ce jeudi 31 juillet à 19 heures à Orléans, au carrefour entre la rue Porte Madeleine et le boulevard Jean-Jaurès. Entretien.

drapeaux en berne mairie d'Orléans

Pendant trois jours donc, les drapeaux tricolores seront mis en berne sur les édifices publics après la catastrophe aérienne de l'avion d'Air Algérie qui a fait 118 victimes, dont 54 ressortissants français.

COMBAT - Le conseiller municipal communiste, Michel Ricoud, qui avait demandé à ce que le nom de Nelson-Mandela soit donné à une rue d'Orléans, revient à la charge après l'accord de principe du maire UMP Serge Grouard. Ainsi, « le nom de Nelson Mandela est bien évidemment ajouté à la liste des noms déjà envisagés pour les futures dénominations d'espace public à Orléans », avait tout simplement répondu Serge Grouard, il y a tout juste six mois.

Ce 6 mai 2014, jour du 70ème anniversaire du Débarquement, deux soldats russes ont été commémorés dans le Grand cimetière d'Orléans. À la libération, Nicolaï Petrouk et Ina Karpovitch ont été transférés, comme cinq autres de leurs compatriotes, dans des lieux de soin. D'abord, à La Chapelle-Saint-Mesmin, puis à Orléans où ils ont été pris en charge à l'hôpital Porte-Madeleine (...)

Pour lire la suite, abonnez-vous.

RÉSISTANCE - L'ancien ministre de l'Éducation et de la Culture, Jean Zay, devrait faire partie des quatre personnalités à figurer au Panthéon. Poursuivi par le régime de Vichy pour désertion, alors qu'il tentait de rejoindre l'Afrique du Nord, il sera condamné à la déportation et à la dégradation militaire. Il est assassiné par des miliciens à Molles (Allier) le 20 juin 1944, probablement sur ordre du gouvernement de Vichy.

DISPARITION. Le tout premier recteur de l'académie d'Orléans-Tours, dès sa création en 1961, Gérald Antoine, est décédé, dimanche 26 janvier, à l'âge de 99 ans. Il contribua à ce titre à la fondation des universités d’Orléans et de Tours. Philologue et grammairien français, conseiller de plusieurs ministres de l’Éducation, dont Edgar Faure, avec Roger Secrétain, alors maire d’Orléans, « il a œuvré pour la renaissance de l’Université d’Orléans, qui avait connu une longue éclipse de plusieurs siècles. Il croyait profondément à ce projet ainsi qu’à la création d’un grand pôle scientifique à La Source », détaille le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur. 

RUE - Le conseiller municipal communiste, Michel Ricoud, a vu sa demande étudiée, puis acceptée par le premier magistrat (UMP) de la ville d'Orléans, Serge Grouard.

Un élu communiste qui évoque sa « très grande tristesse » avec la disparition de « ce grand homme ». Et d'ajouter : « Nelson Mandela restera à jamais le symbole de la lutte pour l'émancipation humaine, une de ces figures universelles qui marquent l'histoire.»

DATE - Il faudra retenir ce jeudi 5 décembre 2013 qui signe la disparition d'un combattant de l'Humanité, celle de Nelson Mandela. « La nation a perdu son meilleur fils », a déclaré le président d'Afrique du Sud Jacob Zuma. Chef de file de la lutte des Noirs contre le régime raciste blanc qui s'ingéniait à institutionnaliser la ségrégation en Afrique du Sud, Mandela a passé vingt-sept ans en détention, de 1964 à 1990. Derrière les barreaux, il est devenu le symbole de l'oppression de son peuple, tandis que le monde entier manifestait et organisait des concerts pour sa libération. Réactions de tweetos.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg