Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Avril 2018, 05h02

Fêtes de Jeanne d'Arc

sujets relatifs aux Fêtes de Jeanne d'Arc

CALENDRIER - La récupération politique du mythe de Jeanne d'Arc est courante. Là, en l'occurrence, il s'agit davantage de calendrier politique. Deuxième tour de l'élection présidentielle oblige, la Pucelle d'Orléans est rattrapée par l'agenda politique puisque ses traditionnelles célébrations seront repoussées au dimanche 14 mai. Il n'empêche que rien ni personne n'empêchera donc Jeanne d'entrer d'entrer à Orléans, comme le veut la tradition, par la porte Bourgogne le 29 avril. Dans la foulée, elle se lancera dans « une chevauchée historique » le 1er mai.

ANAPHORE. D’un côté un ministre de l’Economie qui tient à démontrer qu’il ne fait pas cavalier seul malgré l’évocation, à peine dissimulée, d’une ambition personnelle majeure, de l’autre, un député-maire d’Orléans (LR) qui tient à justifier le choix de cet invité d’un autre camp politique au nom d’une confiance à accorder « à la nouvelle génération », les deux discours prononcés au pied de la cathédrale, dimanche 8 mai, ont eu des résonnances communes, toutes en sous-titres et allusions voilées, des interactions égotistes et libérales, avec, pour illustrer les deux rhétoriques, le récit national de Jeanne d’Arc en toile de fond. (...)

CHAUD - Chaude ambiance ce dimanche 8 mai, tout au long du cortège commémoratif des fêtes de Jeanne d'Arc à Orléans dont l'invité d'honneur était Emmanuel Macron, ministre de l'Économie des Finances. Le pari d'inviter un ministre d'un gouvernement de gauche, « n'appartenant pas au même bord politique, paraît-il » - dixit Macron - , était risqué pour Olivier Carré, député-maire LR d'Orléans, dont cinq de ses collègues parlementaires ont d'ailleurs décidé de boycotter le défilé en raison de la seule présence d'un ministre du gouvernement. Mais malgré quelques sifflets à l'arrivée d'Emmanuel Macron et des huées éparses au fil des trois kilomètres (aller) du défilé entre la place Sainte-Croix et l'église de Saint-Marceau, force est de constater que la grande majorité des Orléanais (et autres) ont surtout déversé leur colère sur les journalistes...

DESTIN. Lire entre les lignes, donner aux mots et aux assertions une valeur d’actualité, interpréter les allusions et dresser des parallèles entre le parcours historique de l’une et la trajectoire politique particulièrement médiatisée de l’autre, tel a été l’exercice auquel se sont livrés les très nombreux journalistes qui ont décrypté,  ce dimanche 8 mai, à Orléans, le discours d’Emmanuel Macron, invité d’honneur de l’édition 2016 des fêtes de Jeanne d’Arc. (...)

SOBRIQUETS. Sur le papier, la participation d’Emmanuel Macron aux fêtes de Jeanne d’Arc, ce dimanche 8 mai, à Orléans, est un bon calcul médiatique de la part d’Olivier Carré, député-maire (LR) de la ville. Plus d’une centaine de journalistes ont été accrédités par l’organisation pour être au plus près du ministre de l’Economie au moment où il défilera, dans la foulée de Jeanne d’Arc, et aux côtés d’Olivier Carré, dans les rues d’Orléans. Inutile de dire que la présence de Stéphane Bern ou d’Audrey Pulvar, les années précédentes, n’avait pas fait déplacer la presse nationale. (...)

SOBRIQUETS. Sur le papier, la participation d’Emmanuel Macron aux fêtes de Jeanne d’Arc, ce dimanche 8 mai, à Orléans, est un bon calcul médiatique de la part d’Olivier Carré, député-maire (LR) de la ville. Plus d’une centaine de journalistes ont été accrédités par l’organisation pour être au plus près du ministre de l’Economie au moment où il défilera, dans la foulée de Jeanne d’Arc, et aux côtés d’Olivier Carré, dans les rues d’Orléans. Inutile de dire que la présence de Stéphane Bern ou d’Audrey Pulvar, les années précédentes, n’avait pas fait déplacer la presse nationale. (...)

VISITE GUIDÉE - Lové, caché diront certains, dans le centre ancien de Rouen, l'Historial Jeanne d'Arc est sans nul doute le plus grand lieu de mémoire de Jeanne d'Arc, ce personnage historique controversé, récupéré mais élevé, depuis des siècles, au rang de mythe national. Et c'est dans cette ville que La Pucelle fut jugée, condamnée, puis brûlée vive le 30 mai 1431 sur la place du Vieux Marché, à deux pas de la rue Saint-Romain où est situé l'Historial qui lui rend justement hommage en cette année 2015, comme pour «se déculpabiliser» d'un passé, ma foi, bien lourd à porter (...)

REPORTAGE. À Orléans, l'incarnation de la légende et l'hommage collectif ; à Rouen, le virtuel et le fait historique débarrassé de ses apories. Alors que la cité johannique s'apprête à célébrer les 586e fêtes de Jeanne d'Arc, la ville de Rouen a ouvert, il y a un an, l'Historial Jeanne d'Arc, dans le centre historique, au cœur du palais archiépiscopal où a été prononcée, précisément, le 29 mai 1431, la sentence de mort de la Pucelle, brûlée vive le lendemain à quelques centaines de mètres de là. Et c'est dans ce même palais, fait de voûtes gothiques et romanes, bâti dans une épaisse pierre blanche rendue à son éclat originel par dix-huit mois de travaux, que Jeanne d'Arc fut réhabilitée par l'Église catholique à l'issue d'un nouveau procès, posthume celui-là, organisé vingt-cinq plus tard (...)

FÊTES JOHANNIQUES - Ce vendredi 29 avril sonne, comme chaque année depuis 587 édition, le coup d'envoi des fêtes johanniques, symboles de la libération d'Orléans par Jeanne d'Arc en l'an 1429. Des festivités célébrées pendant dix jours avec, en point d'orgue, la venue, en 2016, du très médiatique Emmanuel Macron, ministre de l'Économie et des Finances. Tradition oblige, la Pucelle d'Orléans entrera par la porte Bourgogne, dès 21 h 30 ce vendredi, au son du biniou, et des cornemuses évidemment, puisque les Écossais figuraient parmi les alliés de Jeanne face à l'envahisseur anglais. Voilà donc pour le pan historique (...)

MI-FIGUE MI-RAISIN. Même Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, et porte-parole du gouvernement, a été amené à donner son avis sur la participation d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, aux fêtes de Jeanne d’Arc, le 8 mai prochain. La question lui a été posée, mercredi, lors du point presse qui se tient traditionnellement à l’issue du conseil des ministres, par une journaliste qui, au-delà même des fêtes johanniques, interrogeait d’abord Stéphane Le Foll sur la manière dont il appréciait les « tentatives réitérées (d’Emmanuel Macron) d’exister de plus en plus indépendamment du gouvernement ». (...)

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg