Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Août 2018, 07h33

Economie

BILAN - Les Librairies Chapitre vont se déclarer en cessation de paiement, lundi 2 décembre, devant le tribunal de commerce de Paris, a annoncé, jeudi 28 novembre, la direction. Seules quatre librairies ont depuis été cédées (deux à Toulouse, une à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, et une à Dax). Les autres seront mises en liquidation judiciaire si aucune vente n'est conclue d'ici le début de l'été prochain.

ANNONCE - Le premier ministre a dégainé une refonte globale de la fiscalité des ménages dans le cadre du budget 2015. Une remise à plat qui laisse Michel Martin, adjoint aux finances de la Ville d'Orléans, dubitatif. L'objectif étant « de bâtir l'avenir et de parvenir à des règles plus justes, plus efficaces et plus lisibles», à l'heure où l'impôt fait l'objet d'un rejet massif de la part des Français, a précisé Jean-Marc Ayrault qui veut faire de cette réforme le grand chantier du milieu du quinquennat de François Hollande. Reste donc aujourd'hui à l'expliquer. « Et surtout à la rendre plus compréhensible », précise Michel Martin, grand argentier (UMP) de la Ville d'Orléans et de l'AgglO. 

ENJEU. Plus qu'un site industriel en plein développement, l'entreprise Famar implantée exclusivement à Orléans-La Source depuis mars 2013, représente un vrai enjeu politique local. Ce n'est donc pas un hasard si une visite de l'entreprise a été co-organisée, ce vendredi 22 novembre, par les responsables de Famar et la mairie d'Orléans, en présence de bon nombre de journalistes. Et parmi les représentants de l'équipe municipale, l'exécutif était particulièrement bien représenté avec Serge Grouard, député-maire (UMP) de la ville, Olivier Carré, député (UMP) et premier-maire adjoint,  Michel Martin, adjoint aux finances (UMP), ainsi que Patrick Pilot, directeur général des services. Comme un parfum de municipales dans l'air...

BUDGET - La Ville d'Orléans présente, aujourd'hui en conseil municipal, ses orientations budgétaires pour 2014. L'objectif est de maîtriser les dépenses courantes et ne pas augmenter les impôts, malgré les pertes de ressources imposées par l'État. 

PRESSION - L'AgglO d'Orléans présente son budget 2014 de transition dans un contexte de pressions fiscales et de désengagement de l'Etat. D'où une baisse de ses recettes en 2014, pour la première fois deuis 12 ans. Dès 2014 donc, la collectivité enregistre une perte de ressources évaluée à 5 millions d'euros, soit un autofinancement diminué de 30%.

SURPRISE - L'Express publie son classement 2013 des villes propices à l'épanouissement des entreprises. Orléans n'est pas si mal classée au final.

ANALYSE - Sale temps pour l'industrie locale qui paie, cette semaine, un lourd tribut. Entre Alcatel-Lucent à Ormes, Duralex à La-Chapelle-Saint-Mesmin et FagorBrandt à Saint-Jean-de-la-Ruelle, ce sont des centaines d'emplois qui sont menacés pour ne pas dire condamnés. Entretien avec le commissaire au redressement productif, Philippe Malizard, qui, lui, reste optimiste et nous explique pourquoi.

Agnès Ducrocq dans ses bureaux à Olivet (apostrophe45)

Il aura fallu quatre ans à Agnès Ducrocq, installée à Olivet, pour créer et lancer sur le marché ses cosmétiques dédiés aux femmes enceintes.

Les impôts fonciers en augmentation à Orléans

Pas question d’irriter l’électeur contribuable à quelques mois des municipales. Cependant, les impôts locaux pleuvent et augmentent plus ou moins fortement selon les villes en France, chaque année. Orléans n'est pas épargnée.

photo D.R.

Onze entreprises dans le Loiret sauvées, cinq perdues, tel est le bilan du commissaire au redressement productif en région Centre. Sans marinière, mais avec sincérité, Philippe Malizard dresse le bilan un an après sa prise de fonction.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg