Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 13 Novembre 2018, 19h42

Economie

GOM - L'Union fait la force, dit-on. Les entrepreneurs orléanais avaient envie de se compter. En 48 heures, le compteur du site Internet de La GOM - pour Grand Orléans Métropole - affiche des prévisions optimistes avec, à ce jour, un soutien quasi immédiat de « 46 entreprises, 8.000 salariés et presque quatre milliards d'euros de chiffre d'affaires ». Ce mouvement « apolitique » entend, en revanche, être complémentaire de l'action politique, en agissant afin qu'Orléans, capitale de région, devienne prochainement métropole, au même titre que Dijon, autre capitale régionale (Bourgogne-Franche-Comté) qui ne peut actuellement prétendre à ce statut. « On est dans le sens même du verbe entreprendre, explique Alain Foulquier, entrepreneur orléanais (Les Forces Motrices)...

GOM - Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, a eu la primeur de l’annonce, le 8 mai dernier, au moment où il rencontrait élus et acteurs économiques dans les salons de l’Hôtel Groslot, quelques minutes avant d’aller à la rencontre de Jeanne d’Arc et des Orléanais. Dans quelques jours, devrait être annoncée officiellement la création d’un regroupement inédit de chefs d’entreprises locaux sous le nom de baptême GOM, acronyme de « Grand Orléans Métropole » (...)

EMPLOI. Quatrième édition, ce jeudi 12 mai, au Zénith d’Orléans, pour l’opération 2.000 emplois – 2.000 sourires, destinée à mettre en relation, dans le cadre d’un salon de l’emploi dépoussiéré, débarrassé d’un formalisme trop figé, et donc peu enthousiasmant pour le public auquel il s’adresse, les jeunes en recherche d’un premier emploi, d’un stage ou seulement de conseils de formation, et des responsables d’entreprises qui recrutent.  Chaque année, à l’issue de cette journée placée ostensiblement sous le signe de l’enthousiasme – d’où la banane choisie comme logo et les couleurs vives de la communication -, quelque 2.600 jeunes trouvent un travail dans l’année qui suit, après avoir pu nouer un contact fructueux avec un chef d’entreprise ou une institution publique le jour J. (...)

ATOMISÉ - Suite au report à 2019 des arbitrages sur la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité, Claude de Ganay, député (LR) du Loiret, s'est dit satisfait. « C’est la fin d'une hypocrisie politique et un soulagement pour les salariés et les prestataires du parc nucléaire français », a-t-il commenté. Promulguée en août 2015, la loi sur la transition énergétique prévoyait de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 70 à 50% d’ici 2025. «Force est de constater que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui devait entériner cette décision, symbole de campagne du candidat François Hollande, a fini par mettre le gouvernement au pied du mur en laissant à ses successeurs la responsabilité de régler cette question ». 

RÉFÉRENCE - L’agence Fitch Ratings, une agence de notation internationale, a attribué, le 1er avril 2016, la note de référence « AA » à la Région Centre-Val de Loire. Cette note est assortie d’une perspective « stable» pour les finances régionales. Sa rivale, Standards & Poor, avait décerné un « AA perspective négative » le 25 juin 2015. 

La note attribuée reflète les « performances budgétaires solides de la région Centre-Val de Loire », « son faible endettement », « sa gestion prudente » et « son profil socio-économique favorable », selon la même agence. 

Fitch Ratings justifie ces éléments de notation, prenant en compte la baisse de la dotation de l’Etat, par « un endettement faible comparé aux autres régions françaises (81% des recettes réelles de fonctionnement -RRF- en 2015) » ; « un tissu socio-économique équilibré, reposant sur une base industrielle résiliente (industrie des cosmétiques et pharmaceutiques), et des secteurs agricole et touristique importants. » 

Dans le contexte économique et financier actuel, l’objectif, pour la Région Centre-Val de Loire, «reste double» : «Il s’agit de maintenir, avec vigilance, ses grands équilibres financiers tout en dynamisant plus encore ses interventions à travers une action dans laquelle chaque euro est utilement dépensé au service des habitants de la Région Centre.»

Pour mémoire, la qualité de la notation de la Région Centre-Val de Loire permet notamment l’émission de billet de trésorerie à un coût extrêmement compétitif.

INDUSTRIE. Le premier chapitre des états généraux du développement économique et de l’emploi en région Centre-Val de Loire s’est ouvert ce lundi 29 mars, au parc des expos d’Orléans, sur le thème de l’industrie. Cinq autres suivront sur d’autres thématiques jusqu’au 11 mai. Pour l’exécutif régional, emmené par le socialiste François Bonneau, l’enjeu est de toute première importance puisque la loi NOTRe confère aux régions françaises la responsabilité du développement économique de son territoire, laquelle était jusqu’alors à dimension départementale et intercommunale pour l’essentiel. « On voulait cette politique-là, on l’a », sourit François Bonneau. (...)

JOUR J MOINS QUATRE. Mardi 29 mars, à Orléans, dans l’enceinte du parc des expos, seront lancés les états généraux du développement économique en région Centre-Val de Loire sur le thème de l’industrie. Une première journée qui en appellera cinq autres consacrées à d’autres thématiques liées à l’économie régionale et organisées dans chacun des  cinq autres départements de la région :  après l’industrie à Orléans le 29 mars, il sera question du tourisme le 31 mars à Blois, de l’économie sociale et solidaire le 26 avril à Châteauroux, du commerce, de l’artisanat, et du BTP le 28 avril à Chartres, de l’agriculture le 10 mai à Bourges, et enfin, de l’économie numérique le 11 mai à Tours. (...)

JOUR J MOINS QUATRE. Mardi 29 mars, à Orléans, dans l’enceinte du parc des expos, seront lancés les états généraux du développement économique en région Centre-Val de Loire sur le thème de l’industrie. Une première journée qui en appellera cinq autres consacrées à d’autres thématiques liées à l’économie régionale et organisées dans chacun des  cinq autres départements de la région :  après l’industrie à Orléans le 29 mars, il sera question du tourisme le 31 mars à Blois, de l’économie sociale et solidaire le 26 avril à Châteauroux, du commerce, de l’artisanat, et du BTP le 28 avril à Chartres, de l’agriculture le 10 mai à Bourges, et enfin, de l’économie numérique le 11 mai à Tours. (...)

JOUR J MOINS QUATRE. Mardi 29 mars, à Orléans, dans l’enceinte du parc des expos, seront lancés les états généraux du développement économique en région Centre-Val de Loire sur le thème de l’industrie. Une première journée qui en appellera cinq autres consacrées à d’autres thématiques liées à l’économie régionale et organisées dans chacun des  cinq autres départements de la région :  après l’industrie à Orléans le 29 mars, il sera question du tourisme le 31 mars à Blois, de l’économie sociale et solidaire le 26 avril à Châteauroux, du commerce, de l’artisanat, et du BTP le 28 avril à Chartres, de l’agriculture le 10 mai à Bourges, et enfin, de l’économie numérique le 11 mai à Tours. (...)

CONTRÔLE. Le sujet des travailleurs détachés est mis sur la table par le groupe Union de la droite et du centre (UDC) au Conseil régional qui souhaite, par la voix de Guillaume Peltier (LR), son président, qu’une charte – non contraignante - soit signée par les entreprises du BTP « pour qu’elles s'engagent à ne pas recourir à des travailleurs détachés sur les chantiers bénéficiant de tout ou partie de financement de la région ». Une manière pour l’élu régional de militer en faveur de la mise en place d’un patriotisme économique à l’échelle régionale, l’un des principaux thèmes de campagne de l’alliance UDI-LR lors de l’élection de décembre dernier. Rappelons qu’un « travailleur détaché » (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg