Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Août 2018, 12h32

Economie

IMMO - Trois jours après la présentation par l'AgglO d'Orléans du projet de la ZAC Interives (Dessaux-Les Aubrais), c'est au tour de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Loiret de dévoiler - en partie - ses transactions immobilières en vue de son installation, « à la fin 2018 », dans le cœur même du quartier Interives. Le bâtiment de la chambre consulaire, baptisé Citévolia, devrait même être le premier bâtiment d'un ensemble 110 hectares, bordant la future Place Danton, à proximité immédiate du télécabine dont la mise en service est, elle, prévue en septembre 2018. « Notre objectif est d'incarner ce quartier d'affaires et de porter l'ambition économique du territoire », a martelé le président de la CCI, Alain Jumeau (...)

SAVANTS CALCULS - Charles-Éric Lemaignen, président (Les Républicains) de l'AgglO d'Orléans Val de Loire, a présenté les principaux sujets du prochain conseil de communauté, et parmi lesquels le rapport d'activité et les comptes administratifs 2015. Que faut-il retenir ? D'abord que 352 millions d'euros ont été dépensés en 2015, soit une baisse de 4% par rapport à 2014. Cette dépense se partage de la façon suivante (...)

ARDOISE. Après les inondations, la facture. Et elle est « faramineuse » pour le château de La Ferté-Saint-Aubin, selon son propriétaire Lancelot Guyot. « Les inondations ont provoqué de 300.000 et 400.000 euros de dégâts. Entre 70 et 80% devraient être pris en charge par l’assurance, il faut compter aussi sur la décôte pour la vétusté, cela reste encore à négocier mais on a de très bons contacts », souligne le propriétaire des lieux. (...)

DÉGÂTS ÉCONOMIQUES - L'heure est à l'inventaire. Les dégâts dus aux inondations dans le Loiret sont, comme dans 16 autres départements français, considérables avec des répercussions directes et indirectes « que l'on ne peut encore chiffrer », déclare Alain Jumeau, président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Loiret. Ce mercredi 8 juin, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 220 communes du département. C'est dire l'ampleur des sinistres et l'impact sur l'économie locale. À ce titre, la chambre consulaire avait immédiatement réagi en créant une cellule spéciale inondations, afin de venir en aide à son réseau de « 7.000 entreprises loirétaines », a indiqué Alain Jumeau. « Pour ce faire, nous avons fait appel à des salariés spécifiquement dédiés aux renseignements et au réconfort de ceux qui ont, pour partie, tout perdu (...) » 

SUCCESSION. Benoit Lonceint, l'actuel président de l'UDEL - Union des entreprises du Loiret - a fait savoir qu'il ne serait pas candidat à sa succession le 28 juin prochain, après trois ans de mandat. Deux candidats sont en lice pour lui succéder, Pascal Grégoire, 54 ans, PD-G d’IT&M Régions, une entreprise orléanaise spécialisée dans le conseil (...)

LA PEUR DE MANQUER - Les stations-service font le plein dans le département font le plein dans le Grand Ouest et dans le Loiret notamment. Ce lundi, les files d'attente n'ont de cesse de grossir à Orléans notamment. Et la pénurie de carburant commence à frapper toute la France. Depuis le jeudi 19 mai au soir, l'ouest et le nord ont vu des dizaines de stations-service fermer faute d'approvisionnement, en raison du blocage de raffineries ou de dépôts de carburants par des manifestants opposés à la loi travail (...)

GOM - L'Union fait la force, dit-on. Les entrepreneurs orléanais avaient envie de se compter. En 48 heures, le compteur du site Internet de La GOM - pour Grand Orléans Métropole - affiche des prévisions optimistes avec, à ce jour, un soutien quasi immédiat de « 46 entreprises, 8.000 salariés et presque quatre milliards d'euros de chiffre d'affaires ». Ce mouvement « apolitique » entend, en revanche, être complémentaire de l'action politique, en agissant afin qu'Orléans, capitale de région, devienne prochainement métropole, au même titre que Dijon, autre capitale régionale (Bourgogne-Franche-Comté) qui ne peut actuellement prétendre à ce statut. « On est dans le sens même du verbe entreprendre, explique Alain Foulquier, entrepreneur orléanais (Les Forces Motrices)...

GOM - Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, a eu la primeur de l’annonce, le 8 mai dernier, au moment où il rencontrait élus et acteurs économiques dans les salons de l’Hôtel Groslot, quelques minutes avant d’aller à la rencontre de Jeanne d’Arc et des Orléanais. Dans quelques jours, devrait être annoncée officiellement la création d’un regroupement inédit de chefs d’entreprises locaux sous le nom de baptême GOM, acronyme de « Grand Orléans Métropole » (...)

EMPLOI. Quatrième édition, ce jeudi 12 mai, au Zénith d’Orléans, pour l’opération 2.000 emplois – 2.000 sourires, destinée à mettre en relation, dans le cadre d’un salon de l’emploi dépoussiéré, débarrassé d’un formalisme trop figé, et donc peu enthousiasmant pour le public auquel il s’adresse, les jeunes en recherche d’un premier emploi, d’un stage ou seulement de conseils de formation, et des responsables d’entreprises qui recrutent.  Chaque année, à l’issue de cette journée placée ostensiblement sous le signe de l’enthousiasme – d’où la banane choisie comme logo et les couleurs vives de la communication -, quelque 2.600 jeunes trouvent un travail dans l’année qui suit, après avoir pu nouer un contact fructueux avec un chef d’entreprise ou une institution publique le jour J. (...)

ATOMISÉ - Suite au report à 2019 des arbitrages sur la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité, Claude de Ganay, député (LR) du Loiret, s'est dit satisfait. « C’est la fin d'une hypocrisie politique et un soulagement pour les salariés et les prestataires du parc nucléaire français », a-t-il commenté. Promulguée en août 2015, la loi sur la transition énergétique prévoyait de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 70 à 50% d’ici 2025. «Force est de constater que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui devait entériner cette décision, symbole de campagne du candidat François Hollande, a fini par mettre le gouvernement au pied du mur en laissant à ses successeurs la responsabilité de régler cette question ». 

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg