Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Avril 2018, 10h00

Décryptage

Explications diverses et approfondies

REMPLACEMENT - Le déplacement du maire d'Orléans en Chine pendant une semaine a mécaniquement propulsé sa première adjointe, Muriel Sauvegrain, à la tête de la Ville. Une grande première pour l'élue qui avait déjà bousculé la tradition orléanaise en devenant, en juin, première adjointe d'Olivier Carré (...)

CONTRE-EXPERTISE. Aujourd’hui, la ville d’Orléans affiche avec une fierté manifeste son bilan en terme de lutte contre le dérèglement climatique et de réduction des gaz à effet de serre, au point de s’offrir - pour 7.500 euros - une vitrine au Grand-Palais, le 10 décembre, au cœur de la COP 21 donc, pour présenter les actions vertueuses qu’elle mène depuis plusieurs années dans ce registre. Difficile, à première vue, de ne pas être laudatif à la présentation de ce bilan, en conférence de presse, puis lors du conseil municipal, puisque la ville est parvenue, selon Stéphanie Anton, adjointe en charge du développement (...)

CONQUÊTE. Si le petit robot-laboratoire de 100 kg, à l’allure d’une boîte de conserve, a conquis le cœur - et l’intellect - d'un très large public, bien au-delà des seuls passionnés d'astronomie et de conquête spatiale, ce n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une communication subtilement pensée. La réussite essentielle de cette campagne de séduction menée sur les réseaux sociaux a été de parvenir à humaniser le petit robot, à le personnifier (...)

TROIS, DEUX, UN - Depuis son entrée au conseil municipal d'Orléans en 2014, le Front national n'a fait que se déliter au fil des mois. Sur les trois élus frontistes, Christophe de Bellabre a été suspendu pendant un an par le parti en novembre 2014 et ne compte visiblement plus y adhérer. Plus récemment, Arlette Fourcade a, quant à elle, reçu un avertissement par le siège de Nanterre après avoir contresigné un dossier à charge contre Charles de Gevigney, le nouveau secrétaire départemental. Reste donc au chef de file, Philippe Lecoq, de tenter de défendre, non sans peine, la droite ligne du parti dans l'hémicycle local. On l'aura compris, dans pareilles conditions, il paraît difficile d'honorer pleinement le mandat pour lequel ces trois-là ont été élus. Et dire qu'il leur reste encore cinq ans ! 

 « C'est vrai qu'il y a une déception », confiait Philippe Lecoq, lundi soir à Bourges, lors du meeting de Marine Le Pen en soutien au candidat frontiste Philippe Loiseau pour les régionales. « J'aurais souhaité que nous restions unis et que nous puissions travailler ensemble », ajoute-t-il. En effet, l'ambiance n'est pas au beau fixe au sein du trio, depuis la suspension de Christophe de Bellabre pour une durée d'un an par les instances dirigeants du FN pour avoir contesté la légitimité du président départemental du Loiret, Bernard Chauvet, lui-même démissionnaire un mois plus tard, courant décembre 2014. Ami de longue date du président d'honneur du FN, Bernard Chauvet condamnait alors les méthodes de recrutement du mouvement et contestait les conditions de son remplacement par Charles de Gevigney, à trois mois des élections départementales.

IMG_6991.JPG
Bernard Chauvet et Jean-Marie Le Pen à Orléans.

Christophe de Bellabre, dont la suspension pourrait bientôt être levée, « ne veut plus faire partie du groupe FN »

L'heure était aussi au « ménage » et au remplacement des cadres historiques, proches de Jean-Marie Le Pen, sans oublier la mise au ban de tous ceux qui, sur les réseaux sociaux, pouvaient « embarrasser » le Front national à l'approche du scrutin. « Il y a eu des tensions, des agacements, avec Charles de Gevigney qui est arrivé au moment des départementales effectivement. Ce n'était pas facile pour lui avec 21 binômes à choisir », tempère Philippe Lecoq, précisant toutefois que Christophe de Bellabre, dont la suspension pourrait bientôt être levée, « ne veut plus faire partie du groupe FN mais qu'il continuera à siéger comme non-inscrit. Car il est en désaccord avec la ligne nationale et avec Marine Le Pen »

Capture d'écran 2014-11-23 22.14.12.png
Arlette Fourcade et Christophe de Ballabre.

Christophe de Bellabre écarté, Arlette Fourcade était, elle aussi, dans le viseur de Nanterre, en fin d'année dernière, et, en premier lieu, dans le collimateur de son nouveau président départemental. En cause notamment : les interventions provocantes et consternantes, sur le fond comme sur la forme, d'Arlette Fourcade à propos, d'une part, de l'ancienne élue Liliane Coupez, décédée en 2010, et, d'autre part, de « la mauvaise gestion » de l'association Antirouille dont le directeur et son administrateur seraient « grassement payés ». Sans compter, plus récemment, la fronde menée contre Charles de Gevigney. Arlette Fourcade, entourée de quelques militants, lui reprochait, entre autres, sa mauvaise gestion et son tempérament sanguin. Ce qui, au passage, a valu à l'élue orléanaise un simple avertissement. Cependant, on voyait mal les instances suspendre ou exclure deux élus municipaux FN sur trois. 

IMG_7792.JPG
Charles de Gevigney (en arrière-plan) aux côtés de Marine Le Pen.

Difficile alors pour le chef de file, Philippe Lecoq, également secrétaire départemental adjoint, de pouvoir compter sur l'appui de ses "camarades" et sur leur travail municipal : « Ce n'est pas toujours facile mais (avec Arlette Fourcade) on se parle par mails. Elle a reçu cet avertissement, ce qui a eu des conséquences bien sûr. On travaille par téléphone aussi pour préparer un conseil municipal. »

« Je considère qu'un élu doit siéger même s'il ne fait plus partie du groupe FN »

À défaut d'être unis, ces deux élus-là sont au moins présents, côte à côte en conseil municipal. Ce qui est moins vrai pour Christophe de Bellabre qui, depuis sa suspension comme élu FN, est enregistré comme « absent et excusé » sur les procès verbaux de la Ville d'Orléans à cinq reprises, depuis novembre 2014. Élu en tant que non-inscrit, ce dernier ne fait acte de présence qu'une fois sur deux en moyenne dans l'hémicycle local, depuis le 17 novembre 2014. « Je considère qu'un élu doit siéger même s'il ne fait plus partie du groupe FN. Pour ma part, je n'ai pas raté une seule commission en quatre ans au conseil régional », a fait savoir Philippe Lecoq, élu municipal et régional. 

IMG_6719_0.JPG
Philippe Lecoq et Arlette Fourcade en séance du conseil municipal d'Orléans. Christophe de Bellabre pratique, ce jour-là, la politique de la chaise vide.

Contrairement à ce que peut affirmer Marine le Pen « à propos de la bonne gestion des villes conduites par le FN en France », la cohésion et le travail du groupe Front national au sein de la municipalité d'Orléans ne risquent pas d'être cités en exemple, malgré une percée historique aux dernières élections municipales.

Vous pouvez lire aussi cet article en version Zen :

 

Richard Zampa

POLITIQUE. La diversité, ou du moins la volonté de la défendre au niveau d’un scrutin électoral, a-t-elle survécu aux élections municipales ? En mars 2014, à Orléans comme dans de nombreuses villes du département, des Français issus de l’immigration figuraient sur les listes des principales formations politiques, et en position éligible pour un grand nombre d’entre eux de sorte que des candidats comme Hayette Et Toumi et Maxime Yehouessi ont pu faire leur entrée dans l’hémicycle communal à Orléans, en dépit du très faible score obtenu localement par le PS. Les élections départementales, un an plus tard, avaient déjà (...)

MISE AU BAN. « La raison l’a emporté ». Pascal Vilain, président départemental du Parti radical -  l’une des composantes centristes de l’UDI -  admet « avec tristesse » que les instances du Parti radical n’avaient guère d’autres choix que d’exclure Rama Yade en dépit de ce qu’elle pouvait apporter au parti, et d’abord son rayonnement et sa notoriété personnels, bien sûr, puisque l’ancienne secrétaire d’Etat aux Sports de Nicolas Sarkozy jouissait d'une grande popularité dans le paysage politique national au point d'avoir été désignée comme la personnalité politique préférée des Français. (...)

TRAUMATISME. « Tu sers à rien, ta pas d'ami » (sic), « t'es vraiment un fils de lâche », « ta mère, cette garce », etc., sur Facebook ou sur Twitter, les insultes et menaces se banalisent et se multiplient, associées parfois à des photos ou des vidéos humiliantes. Chantage, diffusion de rumeurs, et harcèlement menacent les ados, victimes de ce que les spécialistes nomment aujourd'hui la e-reputation ou le cyber-harcèlement. Un phénomène en pleine expansion avec le (...)

SOCIAL. Le nouveau maire d’Olivet (LR), Mathieu Schlesinger sera-t-il contraint par le préfet du Loiret de créer davantage de logements sociaux dans sa commune ? Cette question se pose légitimement aujourd’hui au regard de la volonté réaffirmée par le gouvernement de répartir les HLM avec équité entre toutes les communes d’une même agglomération. Or, la chose est bien connue, Olivet fait partie des 9 communes du Loiret, dont 7 dans l'agglomération d'Orléans, qui sont très loin des 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU. (...)

FOCUS. Le Figaro a mis le focus, vendredi dernier, sur la région Centre-Val de Loire dans le cadre d’une série de reportages consacrés aux treize nouvelles régions françaises, nées de la réforme territoriale, avec un prisme surtout politique puisqu’il s’agit de soupeser les forces en présence et les chances de succès des uns et des autres lors du scrutin régional de décembre. 

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg