Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Janvier 2018, 01h19

Décryptage

Explications diverses et approfondies

TERRORISME. Face à « l’augmentation croissante du nombre de départs vers la zone irako-syrienne et celle, plus large, du nombre de personnes radicalisées », la mairie d’Orléans souhaite donc se servir de cette enveloppe pour travailler dans quatre directions jugées complémentaires. Premier champ d’action, l’accompagnement social et psychologique des jeunes en voie de radicalisation (...)

INDEMNITÉS - Les Français ont voté et choisi leurs élus régionaux, dimanche 13 décembre. Ces derniers siègeront à partir du 4 janvier 2016 et engageront leur responsabilité jusqu’aux prochaines élections en 2021. En retour, ils percevront des indemnités. Ils seront au total 77 élus au sein de la Région Centre-Val de Loire. Fait historique, 17 représentants du Front National siègeront dans l'hémicycle régional à Orléans, tandis que les rangs de l'union de la droite (Les Républicains) et du centre (UDI) en comptabilisera 20 ; enfin, 40 élus PS-EELV-UDE-PRG composeront l'exécutif réparti comme suit : 26 PS, 9 EELV, 2 RDG et 3 UDE (...)

CHANGEMENT DE CAP. Comment expliquer que les Orléanais aient placé la liste conduite par le socialiste François Bonneau largement en tête des élections régionales - 30,7%  des suffrages au premier tour et 44%  au second tour - alors que ces mêmes électeurs avaient plébiscité la droite emmenée par Serge Grouard en mars 2014, et permis l’élection de tous les binômes de la droite et du centre pour les départementales un an plus tard ? En moins d’un an, il semble que les électeurs orléanais aient pris un virage socialiste tout à fait inattendu, tout au moins dans ses proportions puisque la liste UDI-LR de Philippe Vigier s’est positionnée (...)

RÉGIONALES -  Comment les six départements du Centre-Val de Loire ont-ils voté lors du second tour des élections régionales ? Une chose est sûre, ce dimanche 13 décembre 2015 marquera, à l'évidence, le jour où le FN a consolidé son socle en France. Le Centre-Val de Loire n'a pas échappé à cette progression historique, même si aucune région n'est tombée aux mains des frontistes. Avec un score de 30% au second tour, Philippe Loiseau (FN) est donc parvenu à plus que doubler le nombre de sièges au sein de l'hémicycle régional qui comptait sept élus lors de la précédente mandature. Aujourd'hui...

CURIOSITÉ - Ce second tour des élections régionales en Centre-Val de Loire a aussi mis à jour quelques singularités. Parmi les 246 communes françaises qui n'ont accordé aucun suffrage à l'une des trois listes présentes, deux d'entre elles ont été identifiées dans l'Eure-et-Loire et dans le Loiret (...)

RÉGIONALES 2015 - Ambiance tendue dimanche soir à la permanence orléanaise de l'union de la droite et du centre. Philippe Vigier, candidat UDI-LR-MoDem, a attendu une heure après les premières estimations qui le donnaient au coude à coude avec le socialiste François Bonneau pour reconnaître sa défaite (34,58% contre 35,43% pour le PS). Le centriste souhaitait d'abord connaître les résultats définitifs « de Tours, Chartes et des quelques petites villes » (ndlr : les bureaux de votes fermaient respectivement à 19 h et 20 h) pour « remercier une équipe formidable qui s'est battue et a su créer des liens donnant à la campagne une dimsension humaine » (...)

TOUT ET SON CONTRAIRE - Vivre de la politique tout en la fustigeant, dénoncer le système tout en l'incarnant, être un élu européen tout en dénigrant l'Europe, briguer la présidence d'une de ces grandes régions tout en décriant ses instances, développer l'économie, dont les nouvelles régions auront des compétences renforcées, tout en souhaitant la fermeture des frontières ? Au Front National, les contradictions ne manquent pas. La rédaction d'apostrophe45 a décidé de les relever au-delà de tout esprit polémique, de toute idéologie, mais pour tenter d'identifier les difficultés ou plutôt les incohérences auxquelles serait confronté le candidat frontiste, Philippe Loiseau, s'il était élu, dimanche prochain, président de la Région Centre-Val de Loire. 

MENACE. Le vote extrême-droite est très difficile à analyser à l’échelle d’une ville comme Orléans dans la mesure où, même s’il est en très nette progression depuis dix ans, cette ascension ne se fait pas de manière linéaire et obéit à des données et des contextes, locaux et nationaux, peu dicibles. En outre, les scrutins de proximité comme les élections municipales, et dans une moindre mesure départementales, une prime de « notabilité » est adressée par les électeurs à un maire ou un conseiller départemental sortant dont le bilan est jugé bon, laquelle éloigne du vote frontiste des personnes qui, pour une consultation nationale ou régionale, auraient apporté leur suffrage à l’extrême-droite. (...)

FIDÉLITÉ - Trois jours après le premier tour des régionales, qui a glacé les prétentions de l'union de la droite et du centre (25,80% contre 30,50% pour le FN et 24,50% en faveur du PS), François Fillon se rendra, ce mercredi à Olivet (19 heures, salle d'Yvremont). Et ce, une semaine après la venue de Nicolas Sarkozy à Saint-Jean-le-Blanc pour soutenir le candidat Philippe Vigier (UDI), épaulé par Guillaume Peltier (LR) et Marc Fesneau (MoDem). Nul doute donc que l'ancien Premier ministre (LR) en appellera, lui aussi, à « La Renaissance » de la droite et du centre dont le slogan de campagne de Philippe Vigier n'aura jamais aussi bien porté son nom (...)

SECOND TOUR. A l’évidence, le second tour des élections régionales s’annonce particulièrement incertain avec trois listes arithmétiquement en position de l’emporter. Ceci étant, chacune d’entre elles ne peut accéder à la présidence de la région que sous l’effet d’un report de voix relativement important d’électeurs qui ne lui a pas fait confiance au premier tour. Et, paradoxalement peut-être, si le président socialiste sortant François Bonneau est celui qui a le plus de chemin à faire pour être élu dimanche prochain, c’est aussi celui qui a, potentiellement, le plus de réservoir de voix à sa disposition. (...)

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg