Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Janvier 2018, 01h18

Décryptage

Explications diverses et approfondies

LES RAISONS - Y'a-t-il eu des ratés de la part de Cofiroute (Vinci Autoroutes) dans la gestion de la crise des naufragés de l'A10, bloqués mardi pendant près de dix heures sur l'autoroute A10 ? Les 500 « clients », réfugiés depuis mardi soir à Orléans et à Saran, pointent tous du doigt « le manque d'anticipation » du gestionnaire autoroutier, lors des intempéries qui ont entraîné l'inondation d'un tronçon de l'A10 et sa fermeture. Conséquences : 250 voitures et 200 poids-lourds se sont retrouvés piégés par la montée « soudaine » des eaux (...)

COULISSES - Du gagnant-gagnant, tel était le « deal » passé entre le maire d'Orléans, Olivier Carré, et le très médiatique ministre de l'Économie et des Finances, Emmanuel Macron, quelques mois avant la cérémonie commémorative des fêtes johanniques, dimanche dernier à Orléans. Le député-maire Les Républicains permettait ainsi au jeune et ambitieux ministre de peaufiner la présidentialisation de son image à Orléans « et pour la première fois d'échanger avec autant de monde » ; quant à l'invité d'honneur des fêtes de Jeanne d'Arc, il offrait à ce rendez-vous populaire une couverture médiatique sans précédent. Il faut bien admettre que les deux ont réussi leur pari (...) Il vous reste encore à lire 80% de l'article

DOUBLE LECTURE - Journalistes et politiques ont-ils entendu le même discours d'Emmanuel Macron, à la tribune des fêtes johanniques, dimanche 8 mai à Orléans ? Pas sûr. En effet, alors que les analyses se succèdent et que les observateurs de tous bords y voient une identification du ministre à la figure héroïque de l'histoire de France qui a «fendu le système» et «a su rassembler la France», les parlementaires du Loiret, de gauche à droite, présents dans le cortège, ont une tout autre lecture. Mais surtout, aucun n'a noté dans son discours le moindre indice de ses ambitions politiques, quelques semaines seulement après la formation de son mouvement « En marche » (...)

ACTE MANQUÉ - À l'heure où éclate l'affaire des « Panama papers* », le plus grand scandale d'évasion fiscale de l'histoire, on se souvient toutefois que le 5 novembre 2013, à l'issue du scrutin sur l'ensemble du projet de loi renforçant la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière, pas moins de 196 députés UMP avaient voté « contre ». Parmi eux, cinq parlementaires du Loiret, comme le révèle l'analyse du scrutin de l'Assemblée nationale ci-dessous : Olivier Carré, Serge Grouard, Jean-Pierre Door, Claude de Ganay, Marianne Dubois (...)

ÉVOLUTION - L'agglomération d'Orléans-Val de Loire a le projet de changer de statut pour évoluer en 2017 en communauté urbaine, voire en métropole. Mais quelle est concrètement la différence entre ces trois entités ? Et quel est l'intérêt d'une telle modification des compétences pour le territoire. Enfin, quels sont les avantages qu'Orléans, capitale régionale, tirera de ces mutations ? Comme le rappelle le président (LR) de l'AgglO, Charles-Éric Lemaignen, « depuis 1999, il y a un développement très fort de l'intercommunalité en France ». Et aujourd'hui, « pour l'essentiel des politiques publiques, le périmètre pertinent dépasse largement celui de la commune. La loi accompagne donc cette évolution sociologique, prévoyant le renforcement des compétences communautaires, de la plus intégrée des collectivités (métropole) à la moins intégrée (la communauté de communes). » 

MÉDECINE DE GUERRE - Le Centre hospitalier régional d'Orléans s'est livré, ce jeudi, à son « propre retour d'expérience régionale » - appelé RETEX dans le jargon militaire -, des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le RETEX est, par définition, « un système qui contribue à l’amélioration de l’outil d'intervention, en participant à son évaluation au contact des réalités et en proposant des solutions aux déficiences constatées ». Le Centre-Val de Loire est, à ce jour, la seule région à avoir organisé ce type de retour. « Nous avons pris cette initiative car les deux équipes d'Orléans ont été mobilisées  la nuit des attentats de Paris et on s'est dit qu'il fallait  tester notre capacité à nous organiser si, malheureusement, cela devait se reproduire », explique Olivier Boyer, directeur du CHRO. Il vous reste 80% de l'article à lire, abonnez-vous.

URGENCES - Le Centre hospitalier régional d'Orléans se livrera, ce jeudi, au RETEX régional des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le RETEX est, par définition, « un système qui contribue à l’amélioration de l’outil d'intervention, en participant à son évaluation au contact des réalités et en proposant des solutions aux déficiences constatées ». L'objectif est de rechercher des informations émanant des opérations ou des exercices, de les exploiter pour les traduire en enseignements qui conduiront à des adaptations sur le terrain. Ainsi, une équipe d'urgentistes, de praticiens, de techniciens et d'experts régionaux et nationaux fera l'examen de ce terrible soir du vendredi 13 novembre, en rappelant les diverses procédures à adopter avant d'expliciter le parcours des blessés (...)

À MÉDITER - La question avait déjà été posée lors des attentats terroristes de Charlie Hebdo à Paris, puis au lendemain des attaques du 13 novembre à Paris. Elle revient sur le tapis aujourd'hui, après les attentats qui ont frappé Bruxelles, ce mardi 22 mars, au cœur de l'Europe. Les mêmes maux génèrent donc les mêmes questions. Pour apostrophe45, le président de l'Union des associations musulmanes de l'Orléanais (UAMO), Mustapha Ettaouzani, apportait, il y a un an déjà, «une lecture éclairante» sur l'évolution de la société française, et de ses citoyens musulmans. Car comme à chaque fois, le manque de visibilité de la communauté musulmane pour condamner en masse de tels actes est souligné dans les médias. Voici ce que le président de l'UAMO répondait à l'époque, donnant peut-être à réfléchir.

AVEC MÉTHODE - Après le lancement, mercredi dernier, de la campagne du candidat Alain Juppé (LR) dans le département du Loiret en vue de la primaire « ouverte » de la droite et du centre, apostrophe45 a cherché à analyser la méthode Juppé, et qui sont aujourd'hui ses principaux soutiens locaux, à huit mois du premier scrutin « privé » de l'histoire du parti. Les premiers mots sont, bien sûr, revenus au jeune maire (LR) d'Olivet, « le fidèle » (depuis le début des années 2000) Matthieu Schlesinger, qui avait réuni, mercredi soir, à ses côtés le député-maire (LR) du Havre, Edouard Philippe, «chargé d'être la Haute autorité auprès d'Alain Juppé pour organiser la primaire», ainsi que les représentants, pour l'heure, de six comités de soutien départementaux, dont le maire de Pithiviers, Philippe Nolland, et le président du Nouveau Centre Loiret, Philippe Duchène. L'on notera toutefois l'absence de parlementaire loirétain. À lire la suite de l'article sur apostrophe45.

RÉGLEMENT DE COMPTE. La virulence de l’attaque a surpris, et pris de court, tout le monde ou presque. À commencer par celui qui en était la cible, Camille Mialot, l’avocat des requérants de la rue des Carmes, fustigé sur la place publique - à travers les médias - par Corinne Leveleux-Teixeira, élue d’opposition PS, qui lui reproche vertement de vouloir se faire une notoriété locale sur le dos de cet épineux dossier qui a cristallisé passions et combats politiques depuis six ans au bas mot. (...)

Pages

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg