Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 20 Octobre 2018, 13h11

Décryptage

Explications diverses et approfondies

AVANT LE FACE À FACE - Le message d'apaisement martelé depuis ces dernières heures par les stratèges d'Alain Juppé sonnent terriblement creux chez nombre de ses sympathisants, orléanais notamment, à quatre jours seulement du second tour de la primaire de la droite et du centre. Piqué dans son orgueil et littéralement K.O. au soir du premier round (44% contre , l'ex-favori des sondages, des médias aussi, a « dérapé ». Pour combler son retard et transformer le second tour en une nouvelle «surprise » qui tournerait enfin à son avantage, Alain Juppé a décidé de changer de stratégie.

PAR CIRCONSCRIPTION - Dans le Loiret, François Fillon (48,54%) est élu au premier tour de la primaire avec un score plus élevé encore qu'au niveau national, devant Alain Juppé. Plus précisément encore, les résultats par circonscription montre un vrai plébiscite de l'ancien Premier ministre. Tour d'horizon...

MIGRANTS - Le Loiret, dont les centres d'accueil et d'orientation (CAO) n'ont pas encore été réquisitionnés pour accueillir la première vague de migrants après le démantèlement de la Jungle de Calais, devrait, en revanche, préparer ses structures d'accueil lors d'une seconde vague « de mise à l'abri de 120 hommes ,» d'ici les prochains jours. Il s'agit-là, pour l'instant et en fonction de l'évolution de la situation, de l'objectif quantitatif fixé par la préfecture du Loiret (...)

EN CAMPAGNE - Soit ils sont en campagne pour leur propre compte et sur leur circonscription respective, soit ils militent dans le cadre de la primaire de la droite et du centre pour que leur favori remporte la mise en novembre prochain. Parfois, bien souvent même, ils sont sur les deux fronts électoraux alternativement. Meetings, réunions publiques, cafés politiques, conférences de presse, émissions de radio ou de télé pour les plus médiatiques, nombre de députés ont délaissé les bancs de l’hémicycle pour le militantisme de terrain comme le révèlent nos confrères d’Europe 1 qui soulignent que l’absentéisme parlementaire a bondi de 20% depuis la rentrée. « Aujourd'hui, l'Assemblée nationale tourne à vide », a constaté, et déploré, le député divers gauche de Charente-Maritime, Olivier Falorni, sur Europe 1 qui a regretté que si « le contenant est vide malheureusement, le contenu est vide aussi »

OMERTA - Mais où les migrants vont-ils atterrir ? En tout cas dans le Loiret, le silence de l'autorité compétente, en l'occurrence la préfecture, est assourdissant. Alors que la Jungle de Calais est en passe d'être démantelée avec, ce lundi à 14 heures, déjà plus de mille personnes embarquées dans vingt-cinq cars pour rejoindre l'un des CAO (Centre d'accueil et d'orientation) répartis à travers la France, aucune information ne filtre sur l'accueil, dans les prochains jours, de migrants dans ce type de structures dans le département. Notons toutefois que le démantèlement de la Jungle se poursuivra jusqu'à la fin de cette semaine. Ce camp de fortune accueillait jusqu'à présent entre 6.400 et 8.100 migrants, venus en majorité d'Afghanistan, du Soudan et d'Erythrée. Et pas de Syrie comme on pourrait le croire...

ABANDONNÉS - À vrai dire, les représentants des syndicats de la police nationale ne s'attendaient pas à grand-chose, lundi matin, de la table ronde avec le préfet de Région Nacer Meddah censée porter, localement, sur « les besoins et les attentes » des policiers « en colère » depuis le 17 octobre. « Bis repetita », a résumé, de manière laconique, Patrick Lavainne, secrétaire départementale Unité-SGP. Gagné, comme la plupart de ses collègues, par la lassitude, il ajoute : « Noël, c'est le 25 décembre. Ça fait des années que je mets mes chaussons avec les revendications de mes collègues au pied du sapin et que rien n'est jamais fait. Non, rien, vraiment rien. »

PRIMAIRE - Faut-il craindre la fraude lors de la primaire de la droite et du centre ? À un mois du premier tour, la tension se cristallise notamment entre les deux favoris, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Les proches du maire de Bordeaux soupçonnent, en effet, les Sarkozystes de vouloir tricher. «On me dit que certains Sarkozystes veulent faire en sorte que ça se passe mal», aurait rapporté en privé un proche d’Alain Juppé selon France Info. Et une région cristallise ses craintes : les Alpes-Maritimes. L’équipe du favori de la primaire - Alain Juppé - a bien du mal à trouver des volontaires pour surveiller les bureaux de vote du département. Surtout que ce bastion des Républicains a déjà été pointé du doigt en 2012 pour des soupçons de triche (...)

PRIMAIRE. Les uns soutiennent Alain Juppé, les autres Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire, mais aucun élu orléanais ne revendique un positionnement politique en faveur de Jean-Frédéric Poisson, 53 ans, le grand inconnu de cette primaire de la droite et du centre. Et, même la prestation plutôt saluée du député des Yvelines et président du Parti chrétien-démocrate lors du premier débat télévisé, jeudi dernier, n’a pas déclenché localement des témoignages de sympathie ou des marques de soutien en faveur du Petit Poucet de cette primaire dont le positionnement très « à droite » sur l’échiquier politique semblait suffisant pour le marginaliser durablement. Ce silence, demeuré poli et distant à l’égard de Jean-Frédéric Poisson, a été brisé par un seul élu local, François Lagarde, conseiller municipal et élu communautaire, qui a rendu hommage sur twitter à « la clairvoyance, hauteur de vue, sincérité »  du successeur de Christine Boutin à l'issue ce débat.(...)

VIE ÉTUDIANTE - L’Union nationale des étudiants de France (Unef) tire la sonnette d’alarme à quelques semaines de la rentrée universitaire. Dans une étude, il est pointé que le coût de la vie continue de grimper pour les étudiants à la rentrée 2016. Orléans fait partie, selon cette étude, des six villes où loyers et transports cumulés ont le plus fortement augmenté (Besançon, Bordeaux, Lyon, Nice, Orléans et Paris). Ce qui n'est pas totalement exact pour Orléans comme nous allons le voir dans le détail (...)

SOCIAL. Les manifestations se sont succédé pendant cinq mois, les jeudis matins à Orléans, sous l’égide de la CGT le plus souvent, pour réclamer la suppression de la loi Travail. En dépit de cette mobilisation qui s’est installée dans la rue – et dans la durée - à l’échelle du pays, la loi Travail, validée la semaine dernière par le Conseil constitutionnel, a été publiée ce mardi au Journal Officiel. Notons que le Conseil constitutionnel, qui a donc donné son aval,  ne s'est pas prononcé sur les articles les plus contestés par les syndicats et une partie de la gauche, notamment celui qui consacre la primauté de l'accord d'entreprise sur la convention de branche en matière de durée de travail. Une loi qui contient 127 décrets d'application que le ministère du Travail assure mettre en œuvre d'ici la fin de l'année.

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg