Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 15 Octobre 2018, 10h26

Décryptage

Explications diverses et approfondies

EN NÉGO - « Une salle de sport, rue des Halles, ne nous satisfait pas du tout. » Le message est clair. L’implantation d’un énième salle de fitness n’est pas du goût d’Olivier Carré qui a d’autres projets pour les 1.600 mètres carrés de l'ancienne librairie Passion Culture. « Casino a cherché a instauré un bail avec un prestataire de salle de gym, c’est vrai, mais on n’est pas d’accord. » La Ville d’Orléans entend alors trouver « une autre solution » avec le groupe Casino, propriétaire de la Halle de la Charpenterie, un an après la fermeture de la librairie. « On cherche le plus loyalement possible vis-à-vis de Casino et des autres occupants de la Halle à trouver une solution pour pouvoir y installer un acteur loisir ou culturel. Il faut qu’on garde la vocation du secteur », a déclaré l’édile, ce lundi soir...

RECONSTRUCTION - Après la double défaite de la présidentielle et des législatives, le Front national, à l’instar du Parti socialiste mais aussi des Républicains, doit réfléchir à son présent pour préparer son avenir. Le FN, présenté au moins jusqu’au mois de mai dernier comme « le premier parti de France » a donc été contraint de réviser ses prétentions et de plancher sur une reconstruction « avant le congrès prévu en mars », précise Michel Chassier, président du groupe FN à la Région. Lui-même, en tant que président de la fédération du Loir-et-Cher, a été récemment consulté en interne « pour entamer à une réflexion autour de nos propositions, proposer nos analyses, nos remarques sur les thématiques de la campagne, en vue du congrès ». Preuve que le parti de Marine Le Pen...

JUSTICE - La cour d'appel de Paris a confirmé lundi le renvoi en correctionnelle du Front national pour des soupçons d'escroquerie aux frais de l'État dans l'affaire des kits de campagne aux législatives de 2012, mais le parti a fait un pourvoi en cassation, a appris l'AFP mardi de sources concordantes (...) Le frontiste orléanais, Philippe Lecoq, conseiller municipal d'Orléans et conseiller régional, a eu recours à ce que, lui, appelait «l'association Jeanne». C'était effectivement pour les législatives de 2012...

ÇA PROMET - Capter un petit peu de la lumière politico-médiatique : à deux jours du deuxième tour de scrutin des législatives, le passage éclair du président fondateur de l’UDI, Jean-Louis Borloo, à Orléans, ce jeudi midi, a donné lieu, en coulisse, à quelques explications de texte et haussement de tons au sein de la famille UDI-LR. Une saynète en plusieurs temps qui laisse entrevoir l'ambiance qui règnera parmi les élus orléanais dès lundi prochain, jour qui plus est du conseil municipal...

ÉTAT DES LIEUX - Les résultats du premier tour de la présidentielle ont été évidemment scrutés à la loupe par les candidats aux élections législatives, déjà investis ou prétendants, afin d’apprécier la cartographie politique locale à moins de deux mois du premier tour. Sur les six circonscriptions du Loiret, trois ont placé Marine Le Pen en tête - les 3ème, 4ème et 5ème - et trois ont hissé Emmanuel Macron en pole position - 1ère, 2ème et 6ème. Parfaite parité donc entre les deux finalistes de la présidentielle.

CQFD - « Notre défense doit être la priorité », affirme la candidate frontiste, Marine Le Pen. De tous les candidats à la présidentielle, elle est celle qui va le plus loin, voire trop loin selon Serge Grouard, député LR et soutien de François Fillon, en matière de défense nationale. Notamment lorsqu'elle annonce que le budget militaire sera porté à 2 % du PIB dès 2018 si elle est élue, puis 3% à la fin du quinquennat (2022). Mais la France en a-t-elle vraiment les moyens ? (...)

HISTOIRES PARALLÈLES - On se souvient récemment des propos cinglants tenus par Jean-Pierre Gabelle (UDI), conseiller municipal et départemental, à l'endroit de Nathalie Kerrien (UDI), adjointe au maire d'Orléans et conseillère départementale, après avoir affiché publiquement son soutien à Emmanuel Macron, candidat du mouvement En Marche! à la présidentielle. Sur Facebook, il avait qualifié sa « collègue » de « Girouette (allant) à la soupe » avant de reconnaître son « emportement » et que sa réaction - lui, parle de « billet d'humeur » - sur ledit réseau social soit retirée. Il dit pourtant «ne rien regretter, ni (ses) propos, ni (son) soutien à Fillon». Sauf que le cheminement politique de cette élue n'est pas sans rappeler, à quelques nuances près, la position et les propres choix politiques de Jean-Pierre Gabelle, à l'aube de l'élection présidentielle de 2012 (...)

RENOUVEAU - Marcel Gauchet, 70 ans, est historien et philosophe. Il a publié en janvier chez Gallimard Le Nouveau Monde, quatrième tome de sa tétralogie l’Avènement de la Démocratie. Analyste mondialement reconnu des démocraties contemporaines, il a récemment orienté ses réflexions vers l’analyse du renouveau des partis et de la représentation politique. Marcel Gauchet, qui n’est pas adhérent d’En Marche ! ni soutien d’Emmanuel Macron, animait, ce mercredi à Orléans et à l'initiative du mouvement En Marche! dans le Loiret, une conférence-débat pour débattre sur le thème du renouveau politique. apostrophe45 a tenu à savoir si le renouveau était finalement possible et si oui, comment ?

apostrophe45. Le Renouveau politique tant souhaité par les candidats mais d'abord et surtout par les Français est-il possible en France ?
Marcel Gauchet. Je ne vois pas ce qui permettrait de le déclarer impossible (rires). La tâche est évidemment considérable. Pour tendre vers le renouveau, il faut comprendre ce qui ne va pas et ce qui est sclérosé dans le système d'aujourd'hui. Et je partirai, ce mercredi soir devant les militants d'En Marche!, de ce constat éclairé. Je ferai donc l'analyse de l'état réel du système du système politique de la société française et de ses problèmes.

LÉGISLATIVES 2017 - Le Parti socialiste a trouvé la perle rare dans la 5e circonscription du Loiret. Après le renoncement, il y a plusieurs mois, de Carole Canette, c'est finalement Thierry Stromboni qui a été officiellement investi par le PS en vue des législatives de juin 2017. Lui, qui n'a jusqu'ici exercé que des mandats locaux, ne se voit sûrement pas comme le candidat providentiel de la gauche dans le Loiret. Surtout dans le contexte de divisions qui gangrènent actuellement le PS. Son engagement participe avant tout d'une prise de conscience. « Je me suis toujours investi dans la vie politique locale (...)

OUTILS DE RÉFLEXION - Philippe Rabier, citoyen « engagé » dans les rangs du Parti socialiste, a mené une réflexion « en profondeur » et documenté* sur le fameux revenu universel d'existence (RUE). Le revenu universel d’existence, proposition emblématique du programme du candidat socialiste, Benoît Hamon, a connu des aménagements et même des revirements entre sa version initiale présentée en septembre 2016, qui évoquait à terme 750 euros par mois pour tous les Français, et la dernière mouture, évoquée le 9 mars, qui limite dans un premier temps le nombre de bénéficiaires et donc l’aspect « révolutionnaire » de cette réforme. 

Philippe Rabier invite, aujourd'hui, dans les colonnes d'apostrophe45, à poursuivre « la réflexion autour de l’utopie d’une société de l’oisiveté active ». Et ce dans la continuité de la vision du candidat Hamon déclarant à propos du RUE : « Si notre civilisation doit s’écrouler, ce ne sera pas du fait d’une utopie qui aurait mal tourné, mais à cause d’une cruelle absence de vision, de rêve et de grand récit collectif. » Dans son propos liminaire, Philippe Rabier s'interroge alors sur la valeur intrinsèque du travail, sorte de fil conducteur de cette étude sur le revenu universel d'existence (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg