Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 27 Mai 2017, 12h06

Décalé

interview 

TELEVISION. Le samedi 29 août, l’écrivain et réalisateur orléanais Yann Moix fera ses débuts, aux côtés de Léa Salamé, dans l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couché. Une émission enregistrée quelques jours plus tôt et diffusée en seconde partie de soirée chaque samedi soir. Dans l’Express, Yann Moix a révélé le montant de son salaire pour jouer les chroniqueurs et succéder à Aymeric Caron : 1.500 euros bruts  par émission, soit 6.000 euros mensuels. « Comparé au salaire moyen des Français, c'est beaucoup d'argent. Mais je suis un gros (...)

DÉCALÉ - En plein doublement du Canal de Suez et l'inauguration d'une seconde voie entre la Mer Rouge et la Méditerranée, qui s'apparente davantage à une relance symbolique de l'économie égyptienne par les grands travaux, la rédaction d'apostrophe45 a retrouvé la photographie d'un vieux paquebot baptisé « Orléanais », prise le 30 juin 1952 à l'entrée, justement, du Canal de Suez, à Port-Saïd. Mais quel est donc ce navire dont le nom tinte aux oreilles des Orléanais ? À qui appartenait-il et qu'est-il devenu ?

HUMOUR. C’est devenu un classique de la vie politique qui pointe du doigt les inepties, les tautologies, les non-sens, les piques ou, à l’inverse, les traits d’esprit et les formules inspirées de nos élus. Le prix « Humour et politique » a publié, mercredi 3 juin, sa dernière sélection avant la remise de ses prix pour l'année 2015 qui aura lieu le 30 juin prochain. 

Présidé par l'ancien PDG de l'AFP Jean Miot, le jury a choisi pour cette treizième édition quinze citations prononcées depuis juillet 2014. Qui détrônera l’ancien Premier ministre Alain Juppé, récompensé l’année dernière pour sa déclaration devenue culte : « En politique, on n'est jamais fini. Regardez-moi ! » ?

Parmi les quinze citations retenues, deux sont donc à mettre au compte de Michel Sapin, ministre de l'Economie, et ancien président de la région Centre-Val de Loire. Y aura-t-il pour lui un prix à la clé ? Pas sûr tant la concurrence est rude cette année.

 

 

 

 

1. Nicolas Sarkozy répondant, dans le JDD, du 11 avril, à une question sur François Bayrou : «Pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j’aie un jour placé de l’espoir en lui. »

2. François Rebsamen, le ministre du Travail sur le site Atlantico le 25 mai : « Il reste encore deux ans pour que les Français prennent conscience que François Hollande est un grand Président.»

3. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education sur LCI le 17 mai : « Les réformes consensuelles sont celles qu’on laisse dans les tiroirs ; Bayrou a été très généreux avec les tiroirs. »

4. Michel Sapin, le ministre des Finances dans plusieurs médias en mai dernier : « Le pouvoir d’achat des Français s’est amélioré même s’ils ne s’en rendent pas compte. »

5. Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, comparaît, le 20 mai dernier, dans Le Canard enchaîné, les scores de Manuel Valls et d'Arnaud Montebourg à la primaire PS et leur fonction actuel : « Avec 5% on finit Premier Ministre; avec 17 % on finit chez Habitat. »

6. François Hollande dans son discours du 11 novembre : « Il n'y a rien de plus terrible pour un soldat déjà anonyme que de mourir inconnu. »

7. Jérôme Lavrilleux, député européen, à propos de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 dans L'Express du 15 octobre : « C’est la campagne la plus honnête qui ait jamais eu lieu. »

8. Patrick Mennucci, député PS dans Le Point en octobre dernier : « (Jean-Noël) Guerini dit qu'il n'est ni de droite ni de gauche ; alors il est forcément du Milieu. »

9. François Fillon, l'ancien Premier ministre sur France Info, le 10 octobre : « Avant de juger les propositions d'Emmanuel Macron (le ministre de l'Economie, ndlr), je vais attendre qu'elles soient abandonnées. »

10. Brice Hortefeux, député européen dans Le Parisien du 6 novembre : « Sarkozy a une règle : ne pas s'en prendre aux autres. »

11. François Hollande, le 9 décembre en réaction à la libération de Serge Lazarevic : « Je demande aux Français de ne pas aller dans les zones à risques parce que c'est dangereux. »

12. Jean-Luc Mélenchon, réagissant sur Twitter à la première intervention du  président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, le 2 décembre : « Ils peuvent toujours nommer Donald à l'Europe; c'est quand même Picsou qui commande. »

13. Jean-Pierre Mignard, le président de la Haute Autorité du PS dans Libération : « J’ai été honoré de recevoir la Légion d'honneur; je ne suis pas assez important pour la refuser. »

14. Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie qui évoquait la pollution parisienne dans Le Figaro : « Il faut pousser les autobus propres. »

15. Michel Sapin, le ministre des Finances à propos du taux de croissance décevant :  « C’est un chiffre faible, mais c'était celui que j'avais annoncé. »

Enfin, le jury a souhaité accorder une mention spéciale « para-politique » à Dodo la Saumure pour cette phrase prononcée lors du procès du Carlton: « Certes, DSK ternit un peu ma réputation.»

La rédaction

 

CLASSEMENT. Le 1er janvier 2016, la France comptera donc 13 régions, en lieu et place des vingt-deux actuelles. Ainsi en ont décidé le parlementaires français, mercredi 17 décembre : 95 députés ont voté pour, 56 ont voté contre et 11 se sont abstenus. Dans ce grand chamboulement territorial, six régions restent intactes et seule une change de nom, le Centre devenant Centre-Val de Loire. Dans cette redéfinition de la géographie administrative française, nos confrères de l'Huff dresse un palmarès décalé, mais objectif, des treize nouvelles régions (...) 

Jeanne d'Arc (Sébastien Richard)

VIDÉO - Revivez les Fêtes Johanniques et le défilé en 5 minutes chrono à travers cette vidéo et découvrez le time lapse spécial apostrophe45 de Sébastien Richard (OrPh).

TEMPS - L'âpreté de la vie politique et le stress ont une influence morphologique sur nos dirigeants. Vieillissent-ils plus vite que le citoyen lambda ? Élu pour la première fois en 2001 comme maire UMP d'Orléans, Serge Grouard n'avait que 42 ans. Mais le contraste entre le jeune maire de 2001, le maire conforté dans ses fonctions en 2008 et ce maire tourné vers l'avenir en 2014 est plutôt saisissant. Aux électeurs, donc, de décider d'accélérer ou non son vieillissement. C'est la double loi d'airain de la politique et de la nature.

GUIGNOLS. À croire PPDA, jamais une femme ne se serait donc illustrée à Orléans depuis six cents ans ? L'assertion est rude. L'année 2014 verra-t-elle une nouvelle femme s'emparer de la ville ? Samedi, le clan UMP a aiguisé ses épées et armé sa catapulte pour faire obstacle à cette souveraineté. La cotte de mailles de Corinne Leveleux-Teixeira résistera-t-elle à cet assaut ? L'histoire le dira. Et surtout la démocratie

SOULAGEMENT. La mobilisation générale pour retrouver Olaf, le bonhomme de neige illuminé de la ville de Tours, enlevé dans la nuit du 3 au 4 décembre, a parfaitement fonctionné.

ALERTE - Le bonhomme de neige illuminé de la Ville de Tours a disparu dans la nuit du 3 au 4 décembre. La mairie a déposé plainte pour vol. La police municipale d'Orléans est, quant à elle, sur les dents.

MODE. La mode automne-hiver 2013-2014 chez nos élus locaux va incontestablement à la charlotte (avec élastique large), la blouse blanche très légère et plutôt transparente - avec fermeture à pressions - et aux surchausssures, proposés en taille unique seulement. Un pari audacieux, il est vrai, tant cette collection ne va pas, à l'évidence, à tout le monde de la même manière.

Pages