Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Octobre 2017, 14h35

Débat

Sujets relatif au débat.

ATTAQUE-DÉFENSE - Les explications étaient attendues, ce lundi dans l'hémicycle municipal, alors que l'exécutif proposait au vote - (8 contre seulement) - « une aide exceptionnelle de 100.000€ » en fin de saison à l'OLB, évoluant actuellement en Pro A. Rappelons juste que la ville d'Orléans investit déjà 1,1 million d'euros annuels pour ce club professionnel de basket. Concrètement, cette rallonge doit servir, sans équivoque aucune, à maintenir le club en Pro A et à compenser les blessures de certains joueurs remplacés par trois recrues...

EXPLICATIONS - Dans le match qui opposera, dimanche 29 janvier, « les deux gauches » lors du second tour de la primaire, apostrophe45 a choisi de donner la parole, sous la forme d'un débat, à David Jacquet, mandataire de Benoît Hamon dans le Loiret, et à Yann Chaillou, soutien de Manuel Valls à l'échelle départementale. Tous deux ont répondu aux questions des journalistes de la rédaction, afin d'apporter un éclairage sur les deux programmes présidentiels des candidats. L'on notera des divergences fortes - d'aucuns préféreront parler de « nuances » - sur les questions économiques, sociétales ou encore environnementales qui témoignent de deux conceptions bien différentes au sein du Parti socialiste...

TERRORISME. À trois semaines de la primaire de la droite et du centre - les 20 et 27 novembre - l’émission Controverse sur France Bleu Orléans, co-animée par la rédaction d’apostrophe45, a invité à débattre, ce lundi 7 novembre, quatre soutiens des candidats à la candidature pour la présidentielle de 2017 chez Les Républicains : le député Serge Grouard (soutien de François Fillon), le maire d’Olivet Matthieu Schlesinger (soutien d’Alain Juppé), le député Claude de Ganay (soutien de Bruno Le Maire) et le député-maire de Montargis Jean-Pierre Door (soutien de Nicolas Sarkozy). Manquaient donc autour de la table, pour des raisons à la fois techniques et de représentativité, les porte-paroles de Jean-Frédéric Poisson, François Copé et Nathalie Kosciusko-Morizet...

REACTIONS. Invité sur les ondes de RMC dans le cadre de l’émission « Carrément Brunet », au lendemain de l’assassinat d’un couple de fonctionnaires de police revendiqué par l’Etat islamique, Jean-Pierre Sueur a souligné qu’il fallait s’interroger sur la possibilité d’autoriser les policiers à être armés dans le civil, une fois l’état d’urgence levé.

LE DÉBAT - Invité à débattre dans l'émission Controverse sur France Bleu Orléans, aux côtés de France 3 Centre-Val de Loire et apostrophe45, Serge Grouard a « assumé » et surtout rien renié de ses écrits du 8 avril dernier sur sa page Facebook, s'adressant, dans une lettre, aux musulmans de France. « Je réécrirais la même chose mais je voudrais savoir pourquoi il y a blessure », a rétorqué le député (LR) du Loiret à Mustapha Ettaouzani, président de l'Union des association musulmanes de l'Orléanais.

OPPOSITION. Cela n’étonnera pas grand-monde : les points de convergence entre le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur et l’adjoint au maire d’Orléans et président départemental de l’UDI Florent Montillot sont rares. Dans le cadre de l’émission Controverse, diffusée sur France Bleu Orléans un lundi par mois et co-animée en partenariat avec apostrophe45 et France 3 Centre, les deux hommes ont débattu pendant dix minutes sur l’actualité internationale et en premier lieu sur l’accueil des réfugiés syriens en France bien sûr. Alors que Florent Montillot juge que l’Etat se défausse sur les collectivités territoriales pour organiser et financer cet accueil, Jean-Pierre Sueur assure que l’Etat assumera pleinement ses responsabilités, y compris financières. En revanche, les deux élus se retrouvent sur la nécessité de faire la guerre aux passeurs directement dans les camps de réfugiés, et sur la condamnation du double jeu de la Turquie. Voici ce qu’il fallait retenir de ce débat. (...)

DÉBAT. Le sujet est léger, à bien des égards, et pourtant il a déjà suscité bon nombre de polémiques. L'accueil du concours Miss France par la ville d'Orléans n'est décidément pas une manifestation anodine, seulement dédiée au glamour télégénique et quelque peu désuet de trente-trois jeunes filles qui portent sur leur écharpe les espoirs de reconnaissance d'une région, et plus globalement, du haut de leur souliers de verre - ou de vair, si on préfère la fourrure - les rêves de princesses de milliers de petites filles. (....) C'est la raison pour laquelle apostrophe45 a invité les deux élues dont les prises de position sur ce sujet sont diamétralement opposées à en débattre. Martine Grivot, adjointe UDI en charge justement de l'organisation de cet accueil au titre de sa délégation au tourisme et à la promotion de la ville et Dominique Tripet, conseillère municipale Front de gauche. Alors que la première voit dans ce concours un hymne à la beauté féminine et évoque une aubaine pour la ville d'Orléans de voir les projecteurs de TF1 braqués sur la cité johnnique le 6 décembre, la seconde dénonce  une manifestation qui fait la promotion de la femme objet sous les regards voyeurs des hommes, et ce sans aucun égard pour son intelligence. 

OPPOSITION. Fidèle à sa ligne éditoriale, apostrophe45 fait vivre le débat politique à Orléans, et donne la parole à ses acteurs. Après « le choc des cultures » qui a permis à Nathalie Kerrien, adjointe à la culture, et à Philippe Rabier, militant socialiste engagé, de débattre sur les orientations culturelles décidées par la majorité UMP, c'est au tour de Martine Grivot, élue UDI en charge de la promotion du territoire et du tourisme, et de Dominique Tripet, conseillère municipale Front de gauche, de confronter leur avis. Le sujet d'actualité, plus léger certes, mais source de plusieurs polémiques et d'un intérêt populaire indéniable : l'accueil  à Orléans de l'élection de Miss France, le 6 décembre prochain. 

ÉCHANGES - Le rendez-vous était donné à 11 heures, ce mercredi 12 novembre, à l'hôtel Mercure, à Orléans. Le thème du débat proposé par apostrophe45 : la culture à Orléans. En pleine controverse sur le sujet, après les orientations budgétaires, et les choix politiques inhérents, opérés par Serge Grouard, député-maire (UMP) d'Orléans, deux personnalités s'imposaient pour en parler : Nathalie Kerrien, adjointe (UDI) à la Culture, et Philippe Rabier, citoyen engagé (PS), colistier de Corinne Leveleux-Teixeira en mars dernier et instigateur d'une page Facebook intitulée « Touche pas à ma culture ». 

RENCONTRE - apostrophe45 organise, ce mercredi, un débat entre Nathalie Kerrien, adjointe à la Culture à Orléans, et Philippe Rabier, militant socialiste.  "Touche pas à ma culture à Orléans", ça veut dire quoi ? », s'interrogeait, quelque peu agacée, Nathalie Kerrien, adjointe (UDI) en charge de la Culture à Orléans, après la création de la page Facebook éponyme et d'une pétition comptant plus de 1.500 signataires. L'instigateur de cette mobilisation sur les réseaux sociaux n'est autre que le militant socialiste Philippe Rabier, ex-colistier de Corinne Leveleux-Teixeira aux municipales de mars dernier, et président de l'association Oser. Celui-ci s'est élevé contre les grandes orientations budgétaires du mandat 2014-2020 de Serge Grouard, député-maire UMP d'Orléans. Lesquelles concernent, pour une bonne partie, le domaine de la culture (...)

L'expresso

À L'AFFICHE

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg