Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Octobre 2018, 17h58

Élections départementales

scrutin de mars prochain

Michelle Jouenne, FN

DÉRANGEANT - Michelle Jouenne, candidate frontiste dans le canton de Saint-Jean-le-Blanc, fait partie de cette liste de candidats dérangeants pour le FN, si l'on s'en réfère à ses propos racistes postés en 2012 sur sa page Facebook.

Braux, Bardot, Ricoud

DÉBAT. Le redécoupage territorial a fait naître un nouveau canton, relativement hétérogène, qui englobe les deux tiers du quartier orléanais de La Source, aux communes solognotes de Saint-Cyr-en-Val, La Ferté-Saint-Aubin, Ardon, Ligny-le-Ribault, Ménestrau-en-Villette, Sennely, et Marcilly-en-Villette. Difficile donc sur ce territoire, très urbain d'un côté avec le quartier sensible de La Source - qui représente tout de même 45% de l'assise électorale de ce nouveau canton - et plutôt rural et cossu de l'autre, de dégager des favoris. Pour débattre des programmes que le futur conseil départemental, qui naitra du scrutin des 22 et 29 mars, pourrait mettre en place sur ce territoire, trois candidats : Michèle Bardot (PS), actuelle attachée parlementaire du sénateur Jean-Pierre Sueur ; Michel Ricoud (Front de Gauche), conseiller général sortant, et conseiller municipal d'opposition à Orléans ; et, enfin, Christian Braux (UMP), maire de la commune de Saint-Cyr-en-Val. Bilan critique du mandat du Conseil général sortant sous la présidence d'Éric Doligé, politique en faveur de l'emploi, implantation d'Ikea, menace du Front national, survie du commerce de proximité en milieu rural, précarité et action sociale, et bien sûr programme des uns et des autres, le débat a été riche et argumenté. Le voici en séquences vidéo thématiques. 

FRONT RÉPUBLICAIN - Si le positionnement des candidats PS pour faire barrage au FN à Orléans au premier tour est clair, celui des candidats UMP est moins évident.

Baptiste Chapuis et Olivier Geffroy,

DÉBAT. L'échange fut animé, argumenté, et a sans aucun doute marqué les différences de fond entre les deux candidats : Baptiste Chapuis, candidat PS, allié à Estelle Touzin (EELV), et Olivier Geffroy (UMP), en binôme avec Alexandrine Leclerc (UDI). Deux jeunes candidats, perçus comme les valeurs montantes, ou constantes, de la nouvelle génération politique locale. Baptiste Chapuis, proche de Jean-Pierre Sueur dont il fut le directeur de campagne en 2008, aujourd'hui sans mandat électoral après avoir animé les bancs de l'opposition municipale à Orléans lors du précédent mandat de Serge Grouard, et Olivier Geffroy, actuel élu en charge de la sécurité à Orléans et qui est souvent pressenti comme le successeur de ce même Serge Grouard, qui ne briguera pas un quatrième mandat consécutif à l'issue de celui en cours. 

Sur le fond, donc, très peu de convergences entre les deux hommes, très en phase avec les valeurs portées par leur parti, hormis la satisfaction de voir les femmes faire leur entrée dans l'hémicycle départemental à parité parfaite avec le hommes : 21 hommes et 21 femmes feront vivre la politique départementale à compter du 29 mars prochain. Pour le reste, tout les sépare ou presque : Baptiste Chapuis assure qu'il appellera à voter UMP dans l'hypothèse très peu probable que le FN se retrouve au second tour face à l'UMP, alors qu'Olivier Geffroy se refuse à toute prise de position, estimant la question prématurée ; pas plus d'accord sur les orientations politiques dans le secteur social du Département défendues par Olivier Geffroy et fustigés par Baptiste Chapuis  ou encore sur le cumul des mandats qui concernerait l'élu orléanais, et dont ce dernier fait précisément un argument de campagne.  (...)

DÉBAT - Les candidats aux départementales sur le canton Orléans 1, Nadia Labadie (UMP) et Philippe Rabier (PS), se sont prêtés au jeu des questions-réponses. Au cours des échanges, animés, il a été question de la forme et du fond. À savoir, comment s'organise leur campagne et leur binôme respectif ? Quels sont les thèmes défendus d'après les compétences du futur conseil départemental ? Quelle est leur position sur le cumul des mandats et la parité imposée pour la première fois dans un hémicycle départemental qui sera, pour partie, renouvelé ? Quelles sont leurs propositions très concrètes s'ils sont élus ? Et enfin, quelle est leur vision de la solidarité, la première des missions de cette collectivité ?

le binôme Nadine Tisserand (UMP) et Patrick Alcaniz (UDI)

TENSIONS - Dans le canton de Saint-Jean-de-Braye, le binôme Nadine Tisserand (UMP) et Patrick Alcaniz (UDI) a déposé plainte, ce vendredi 13 mars au commissariat de police, « pour destruction de matériel électoral ».

Patricia Flouest (PS), Muriel Chéradame (UMP) et Christian Fromentin (FDG)

ORLÉANS 3 - Les candidats Patricia Flouest (PS), Muriel Chéradame (UMP) et Christian Fromentin (FDG) ont lancé les débats consacrés aux départementales.

ENGAGEMENT. Sur les marchés, sur les places publiques, dans la rue ou les cages d'escalier, on croise toujours les mêmes ou presque depuis des semaines, pour ne pas dire des mois. Actifs sur le terrain de la proximité, ils le sont tout autant sur les réseaux sociaux, relayés par leurs compagnons de route. Mais, à bien y regarder, ces candidats qui se sont lancés sans ménagement dans la bagarre politique ne sont finalement pas si nombreux, alors même que tous savent à quel point la menace de l'abstentionnisme pèse, tout comme celle du Front national à laquelle elle est corrélée. (...)

DÉCRYPTAGE. Alors que le Premier ministre, Manuel Valls, multiplie les déplacements en province pour soutenir les candidats PS  aux élections départementales, et focalise ses critiques sur le FN et les dangers que l'extrême-droite fait peser sur la France, le politologue et historien Jean Garrigues analyse les ressorts de cet engagement, aux tonalités parfois alarmistes et personnelles. 

indemnités élus, loiret

INDEMNITÉS - La campagne électorale des élections départementales 2015 est lancée depuis quelques semaines quasi dans le plus grand anonymat. Sans faire de généralités, c'est parfois à se demander si certains candidats loirétains issus de grandes familles politiques sont, eux-mêmes, intéresser pour faire campagne dans leur canton. En revanche, les futurs élus départementaux devraient être, pour le coup, très intéressés par leurs émoluments. apostrophe45 s'est penché sur leurs montants et sur les bases de calcul...

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg