Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 15 Novembre 2018, 17h47

Élections départementales

scrutin de mars prochain

TRANQUILLE - Il est pressenti pour être le futur président de l'assemblée départementale dans le Loiret. Le candidat Hugues Saury (UMP) - associé à Isabelle Lançon - a enfoncé un peu plus le coup, ce dimanche soir, puisqu'il est non seulement élu dès le premier tour, mais en plus, il est le seul dans ce cas-là dans le Loiret. Et pour lui, aucun doute : « L'UMP est désormais le premier parti de France. » 

CHIFFRES - L'UMP et l'UDI sont sortis en tête du premier tour dans le département du Loiret, devant le FN, alors que le PS est souvent privé de second tour. 

olivier Frézot

LE DÉFI - Les instituts de sondage annonçaient la débâcle pour le Parti socialiste. Sans disparaître totalement des radars dans le Loiret, il n'en demeure pas moins que la gauche a subi de plein fouet la vague bleue de l'UMP-UDI, et même la vague Bleu Marine. Au point même de sortir, dès le premier tour, dans le canton d'Orléans 3 ou à Fleury-les-Aubrais, deuxième ville du département. Olivier Frézot, secrétaire départemental du PS, tient à rester, malgré tout, optimiste, à la lecture des résultats et sauver ce qui peut encore l'être. Lui, se dit plutôt « heureux » de savoir qu'il devrait encore y avoir un petit groupe de gauche au sein du futur hémicycle du Département. Quant aux consignes de vote pour faire barrage au FN - le fameux front républicain - au deuxième tour des élections, Olivier Frézot n'a pas voulu, étonnamment, se prononcer sur la question avant la réunion du bureau fédéral, ce dimanche soir. Explications.

TROIS QUESTIONS À. Comme on pouvait s'y attendre, le FN sera opposé à l'UMP, au second tour, dans de nombreux cantons du Loiret, et au PS à Saint-Jean-de-la-Ruelle et Saint-Jean-de-Braye. Réactions du nouveau président départemental du FN, Charles de Gevigney. 

PREMIER TOUR. Orléans demeure une ville de droite. Les dernières élections municipales l'avaient démontré avec une autorité historique, et le premier tour de ce scrutin départemental, ce dimanche 22 mars, l'a confirmé derechef. Sur les cinq cantons orléanais nés du recoupage territorial, tous ont placé en tête un binôme issu de la droite ou du centre : Jean-Pierre Gabelle (UDI)-Nadia Labadie (UMP) pour le canton Bannier (Orléans 1) avec 47,67% des suffrages ; Jean-Paul Imbault (sc)-Nathalie Kerrien (UDI) pour Saint-Marceau (Orléans 2) avec 36,72% des voix ; Muriel Cheradame (UMP)-Alain Touchard (UMP) pour Orléans-nord/Saran/Ormes (Orléans 3) avec 33,49% des votes ; Olivier Geffroy (UMP)-Alexandrine Leclerc (UDI) pour Bourgogne-Argonne avec 36,36% des voix ; et enfin, Christian Braux (UMP)-Anne Gaborit pour La Ferté-Sant-Aubin-La Source avec 38,45% des suffrages. (...) 

Stéphane Fautrat (photo : apostrophe45)

VAGUE BLEUE - C'est un Stéphane Fautrat heureux qui a eu à cœur de commenter les bons résultats de l'UMP-UDI dans le département. Se réjouissant du taux de participation dans le Loiret, le secrétaire départemental de l'UMP n'a évidemment pas manqué de souligner l'échec cuisant du Parti socialiste et de ses deux gouvernements conduits par Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls. Au point de faire de ces élections locales un véritable enjeu national. L'UMP et son partenaire, l'UDI, se retrouvera au deuxième tour face à un Front national présent, encore officieusement ce dimanche soir, dans 16 cantons sur 21. Enfin, Stéphane Fautrat a précisé que l'élection de Hugues Saury, dès le premier tour, était « un signal fort » pour celui qui sera candidat à la présidence du Département.

RÉVISION - En ce week-end électoral, apostrophe45 fait le point sur ce qu'il faut retenir des départementales dans l'agglomération orléanaise. Dans le cadre des élections départementales 2015 (ex-cantonales) les Loirétains sont appelés aux urnes les dimanches 22 et 29 mars prochains. L’objectif est de désigner les 42 conseillers départementaux du Loiret répartis sur les 21 nouveaux cantons. Pour la première fois, les électeurs vont voter à un scrutin binominal paritaire  à deux tours, c'est-à-dire, deux conseillers départementaux, un homme et une femme, élus par canton. Les binômes seront élus pour six ans , et seront désormais renouvelés en intégralité...

Nathalie Kerrien, Kounowski, Ben Chaabane, Femenia

DÉPARTEMENTALES 2015. Quatre candidats sur les cinq en lice sur le canton Orléans 2 ont accepté de débattre sous l'égide d'apostrophe45 et donc de représenter leur binôme : de gauche à droite autour de la table, Victor Féménia (Front de Gauche, associé à Anna Nedjar, PCF), Ghislaine Kounowski (Parti socialiste, associée à Michel Brard, PS), Tahar Ben Chaabane (SE, associé à Christine Stevenin, SE) et Nathalie Kerrien (UDI, associée à Jean-Paul Imbualt, société civile). Le canditat du Front national, Valentin Blelly, a quant à lui refusé de particper à cet échange sans même s'en expliquer. 

Dominique Jamet

PARLER FRANC - Dominique Jamet, écrivain et journaliste, est également vice-président de Debout La France, parti fondé par Nicolas Dupont-Aignan. Dans le Loiret, deux binômes seront présents, l'un à Courtenay, le second dans le canton d'Orléans 4. Entretien sans concession sur la montée du FN en France et dans le Loiret.

apostrophe45. Deux binômes de Debout La France se présenteront dans le Loiret. Un sur le canton d'Orléans 4 et l'autre à Courtenay. Quelles sont vos perspectives réelles ?
Dominique Jamet (vice-président de Debout La France). Soyons francs. Étant donné le système de scrutin et nos forces, nous ne pensons pas avoir d'élu au premier tour et, peut-être, serons-nous même obligés de retirer nos candidats au soir du premier tour. Je suis franc même si ce n'est pas ce que je souhaite. Il faut être réaliste.

apostrophe45.  Est-ce que des consignes de vote seront données par vos candidats, donc par la direction du parti, au soir du premier tour ?

TROMPE-L'OEIL. Le Front national a choisi de placer des candidats dans les 21 cantons du Loiret, alors même que la constitution d'une liste de cinquante-cinq noms aux élections municipales à Orléans avait été une gageure insurmontable… et surmontée en faisant appel à des candidats nonagénaires, dont l'un était atteint de la maladie d'Alzheimer. Or, le nouveau mode de scrutin départemental impose la formation de deux binômes homme-femme, l'un titulaire, l'autre remplaçant, soit la nécessité pour chaque formation politique qui veut être présente dans tous les cantons du Loiret de trouver 84 candidats. Un impératif que le FN a manifestement rempli puisque des candidats frontistes sont en lice dans tous les cantons du département. (...)

Pages

À L'AFFICHE

Communication. 

DOSSIER IMMOBILIER S17 2017_0.jpg