Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Avril 2018, 18h07

Le chef de l'État et de très nombreuses personnalités politiques ont assisté aux obsèques de Xavier Beulin, ce vendredi matin, à Orléans.

« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul, mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits . Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle », l'Évangile selon Saint Jean. 

HOMMAGE - Xavier Beulin, l’agriculteur, le syndicaliste, le chef d’entreprise, l’homme de réseau et d’influence qui murmurait à l’oreille des puissants, dans la coulisse comme au grand jour, frappé par une crise cardiaque dimanche dernier à l’âge de 58 ans, a eu droit à un hommage national, ce vendredi 24 février, en la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans. Une cathédrale dans laquelle, parmi les 2.000 personnes rassemblées, avaient pris place aux premiers rangs, à droite de la famille, François Hollande, président de la République, Bernard Cazeneuve, Premier ministre, Gérard Larcher, président (LR) du Sénat, et Claude Bartolone, président (PS) de l’Assemblée nationale. Derrière eux, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Emmanuel Macron, Manuel Valls, Michel Barnier, Bruno Le Maire, François Bayrou, Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Gérard Longuet, et pour le gouvernement, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et Myriam El Khomeri, ministre du Travail. Dehors, alors que la rue Jeanne d’Arc était fermée depuis la rue Royale, un écran géant placé sur le parvis de la cathédrale a permis à quelque trois cents Orléanais de suivre le déroulé de la cérémonie religieuse et l’homélie prononcée par Mgr Jacques Blaquart, évêque d’Orléans. 

DSC_0041_2.JPG

« Xavier Beulin était un homme engagé, un passionné, passionnant aussi, avec le sens de l’engagement pour les autres », Mgr Blaquart

Une homélie qui, disons-le, n’a pas permis de comprendre plus en profondeur le sillon creusé par Xavier Beulin durant sa vie professionnelle intense et multiple débutée dès l’âge de 19 ans, de mieux cerner les contours d’une personnalité franche, taiseuse, complexe, fidèle, façonnée par le tragique et la mort prématurée d’un père, ni d’éclairer finalement avec des éléments spirituels une trajectoire temporelle marquée par une réussite exceptionnelle qui ne tendait pas les mains d’emblée au petit agriculteur autodidacte de Donnery. « Xavier Beulin était un homme engagé, un passionné, passionnant aussi, avec le sens de l’engagement pour les autres. Beaucoup de ses amis, de ses opposants aussi, reconnaissaient sa capacité d’écoute, de respect de l’autre, jamais méprisant, on pouvait discuter avec lui. Il s’est brûlé à vouloir trop faire, trop bien faire, une chose est sûre, il a voulu servir. (…) Xavier n’a eu de cesse d’être sur la brèche, de s’engager à fond, sans trop penser à sa santé, avec un charisme évident, une volonté qui semblait résister à toute épreuve, une vision qu’il estimait d’avenir, il était toujours à fond, prêt à servir la cause qu’il croyait juste », a ainsi indiqué Mgr Blaquart qui a néanmoins usé d’une métaphore agricole éloquente pour décrire le legs laissé par Xavier Beulin. « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul, mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruits. »

DSC_0057_0.JPG

« Parfois, il t’arrivait de grogner, c’est d’ailleurs pour cela que nous t’avions surnommé « Papa ours », je crois que tu aimais bien cette comparaison »

Les témoignages d’affection et de tendresse des enfants de Xavier Beulin, de sa sœur, puis de reconnaissance amicale d’un responsable de la FNSEA, ont faire vivre, eux, le souvenir d’un homme silencieux, discret, qui ne se livrait pas mais qui avait un attachement indéfectible pour sa famille. « Tu n’avais pas pour habitude de nous livrer tes sentiments. Ton regard gris-vert transperçant, accompagné d’un geste de ta lourde main, suffisaient souvent à faire passer un message. Parfois, il t’arrivait de grogner, c’est d’ailleurs pour cela que nous t’avions surnommé « Papa ours », je crois que tu aimais bien cette comparaison ; un ours qui en apparence impressionnait mais qui ne contenait pas ses larmes à l’écoute d’une musique préférée ou d’un hymne lors d’un match de rugby », dira ainsi l’un de ses fils. « Tu ne voulais pas que l’on te sache émotif, mais nous le savions Xavier. Tu parlais peu mais ta présence était suffisante. Ton regard bienveillant nous apaisait. Tu adorais cuisiner. Je me souviens de la volaille de Bresse aux morilles pout Noël, les tartes aux pommes du dimanche midi, les œufs cocotte du dimanche soir. Tu étais un homme de plaisirs simples, un homme bon et juste, un homme franc et fort », témoignera l'un de ses autres fils. 

DSC_0084_1.JPG

« Tu étais un homme de terre, un homme de moisson, c’est d’ailleurs quand tu rentrais des champs que tu étais le plus libre »

Des témoignages qui ont, également, souligné la passion vitale qui animait Xavier Beulin pour le monde agricole auquel il a consacré la totalité de sa vie. « Tu étais un homme de terre, un homme de moisson, c’est d’ailleurs quand tu rentrais des champs que tu étais le plus libre, l’agriculture était ta vie, les agriculteurs ta famille. Tu parlais d’eux sans cesse, personne n’était plus fier d’eux que toi. Tu étais leur père. Tu t’es battu pour eux à un moment clé et violent de leur histoire. Tu t’es battu jusqu’au bout de tes forces, et ils sont tous là près de toi, avec toi », a ainsi déclaré l’un de ses fils. L’une de ses deux sœurs s’est souvenue des « bons souvenirs les étés où le temps des moissons nous enchantait avec ces jolis tas de paille en forme de maison que papa réalisait et sur lesquels nous aimions nous amuser tous les quatre ». Puis, alors que Xavier Beulin entame son année de terminale au lycée Pothier d’Orléans, la mort emporte leur père, et fait basculer son destin. « De cette grande épreuve, tu as pris la décision de nous soutenir, maman et nous trois, qui étions très jeunes, en reprenant les rênes de l’exploitation familiale. Tu sais, nous t’en serons éternellement reconnaissant. » 

DSC_0092_0.JPG
Les enfants de Xavier Beulin.

« Une passion pour la Méditerranée, ces pays du soleil et de la joie de vivre »

Un responsable de la FRSEA, Éric Thirouin, a prolongé dans le registre professionnel ce portrait dressé par ses proches en évoquant un « capitaine », « un chef », « l’inspirateur de notre stratégie et de la vision », un homme également de consensus, « un homme libre » qui avait « un amour de la France exigeant », mais qui tournait également ses regards vers l’Europe et vers l’Afrique, un continent « tant aimé  » avec « une passion pour la Méditerranée, ces pays du soleil et de la joie de vivre ».

Après avoir salué, tour à tour, les membres de la famille de Xavier Beulin, la quasi totalité des personnalités politiques a quitté comme un seul homme, et par le côté droit, la cathédrale, laissant les Orléanais, et même celles et ceux qui avaient pu entrer lors de l’office religieux, venir se recueillir devant le cercueil de l’enfant du pays. Seuls François Bayrou et Bruno Le Maire venaient au devant de quelques journalistes, et s’attardaient avec les parlementaires locaux dans le centre ancien d’Orléans.

Anthony Gautier.