Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Juillet 2018, 11h38

Ils sont 55 mineurs isolés, entre 14 et 17 ans, à peupler depuis mercredi soir le centre de Cerdon-du-Loiret après le démantèlement de la Jungle de Calais.

Mis à l'abris après plusieurs mois passés dans la Jungle de Calais où les conditions de vie n'étaient, de toute façon, plus acceptables, ces jeunes de 14 à 17 ans vivent aujourd'hui « à vingt dans deux dortoirs et à quinze dans le troisième »

Résumé: 

EN RASE CAMPAGNE - Cerdon-sur-Loire, à peine 1.000 habitants. Son centre-bourg est désert, ou presque. La vie y est comme figée. Seules quelques grappes d'adolescents, venues d'ailleurs, coulent le long des trois kilomètres depuis le centre de vacances de jeunes (Igesa) de la Défense jusqu'à l'église du village. Au dire des dernières informations, ces « gamins » n'ont pas grand-chose de local. En effet, la petite commune du Loiret, à quelques encablures de Sully-sur-Loire, accueille, depuis un peu plus de 48 heures, de jeunes migrants, suite au démantèlement total de la Jungle de Calais. Ces « mineurs isolés », selon la formule administrative, - 55 garçons au total - tentent de vaincre l'ennui au milieu des bâtiments transformés  « en urgence mais dans la dignité » en centre d'accueil et d'orientation (CAO)...

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici