Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Février 2018, 16h00

Le Figaro dévoile en exclusivité la carte de France des personnes signalées pour «radicalisation». Le Loiret figure parmi les départements de France les plus touchés par ce phénomène.

Le Loiret serait le département le plus visé par le phénomène de radicalisation derrière l'Eure-et-Loir.

RADICALISATION -  Le nombre de personnes signalées pour «radicalisation» a « doublé en moins d'un an et touche de plus en plus d'adolescents et de femmes », prétend Le Figaro. Elles ont été repérés par leur entourage ou par les services de l'État (police, gendarmerie, Éducation nationale) en raison d'un repli identitaire, d'une apologie du terrorisme ou de leur hostilité aux institutions. 

Un dernier bilan officiel établi le 28 janvier, dont Le Figaro dévoile le détail, révèle que 8.250 personnes ont été signalées comme radicalisées sur l'ensemble du territoire contre 4.015 en mars dernier, soit plus qu'un doublement en moins d'un an. Contrairement à une idée reçue, ces individus «ne basculent quasiment jamais en pianotant seuls sur leur ordinateur. Le déclencheur est dans 95% des cas lié à un contact humain», précise-t-on à l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste. Si la contagion a gagné tout le pays, Paris, l'Île-de-France et le Sud-Est comptent le plus grand nombre de cas recensés. 

INF1bc865f8-c9a3-11e5-9e26-dea431716aea-805x1481.jpg

Le département du Loiret compterait entre 100 et 200 signalements de radicalisation. Ce serait même le département le plus visé par ce phénomène derrière l'Eure-et-Loir (entre 50 et 100) et loin derrière les quatre autres départements du Centre-Val de Loire, dont l'Indre-et-Loire qui compte tout de même une ville comme Tours (moins de 50 signalements).

À lire aussi notre enquête sur le même sujet, il y a un an :
Le Loiret très exposé à la menace de radicalisation

 

Source Le Figaro