Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Mai 2018, 06h44

40 hectares des 35.000 de la forêt domaniale sont sous très haute surveillance pendant de longues années.

Il s'agit de la première étude de cette ampleur-là menée dans le domaine de sylviculture et dans la perspective du changement climatique.

Résumé: 

RECHAUFFEMENT. Ce sont nos confrères du Télégramme qui l’annoncent : la forêt d’Orléans focalise actuellement, et pour longtemps, toutes les attentions de nombreux scientifiques versés dans la problématique des conséquences du réchauffement climatique pour la sylviculture. Pour mener à bien leurs études, les chercheurs ont disposé, entre autres systèmes de surveillance de la faune et de la flore, de capteurs météo, d'appareils pour mesurer l’humilité des sols et la croissance des arbres, ou encore de caméras pour identifier l'activité des cerfs, des chevreuils et autres sangliers et ce, sur 40 des 35.000 hectares que compte la forêt d’Orléans, la plus grande forêt domaniale de France. (...)

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici