Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Août 2018, 07h55

Le président UMP du Conseil général vient de prendre un nouvel arrêté limitant la prise en charge des mineurs étrangers isolés à, entre autres, une disponibilité d'accueil. Lequel serait saturé depuis des mois. 

Le dernier arrêté, pris en octobre 2013, avait été retiré sous la menace d'une décision de justice.  

Résumé: 

ARRÊTÉ. Éric Doligé, président (UMP) du Conseil général, persiste et signe. Dans un arrêté pris lundi 7 avril, et adressé à la préfecture qui en accuse réception le 10 avril, l'élu conditionne l'accueil des mineurs étrangers isolés dans le Loiret à deux conditions cumulatives : « l'existence d'une place disponible dans le dispositif d'accueil départemental de la protection de l'enfance » et « la présentation des services de l'État d'un certificat médical attestant que le jeune n'est pas infecté par le virus EBOLA.» Autant dire, donc, eu égard à la première condition, que le département ferme à nouveau hermétiquement les portes de sa prise en charge aux jeunes mineurs étrangers.

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici