Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Novembre 2017, 08h26

Sans surprise, l'ancien maire centriste de la petite commune d'Ascoux a pris la succession de Hugues Saury, frappé par le non-cumul des mandats. 

À mi-mandat (2015-2021), Marc Gaudet, 53 ans, prend la succession de Hugues Saury, qui avait lui-même succédé à Éric Doligé. 

PASSATION DE POUVOIR - Sans aucun suspens puisqu’il était le seul candidat à la succession d’Hugues Saury, Marc Gaudet, 53 ans, maire jusqu’alors de la petite commune d’Ascoux dans le Pithiverais, a été élu, ce lundi matin, président du Département du Loiret avec 35 voix « pour », six bulletins nuls et une abstention. Frappé par la loi sur le non-cumul des mandats, Hugues Saury, élu à ce même poste en mars 2015, a donc dû laisser sa place après être devenu sénateur du Loiret en septembre dernier. 

« Notre devoir sera de nous inscrire dans la continuation attentive de leur œuvre »

Lors de son allocution d’intronisation devant les 41 conseillers départementaux, Marc Gaudet a rendu hommage à ses deux prédécesseurs, Hugues Saury et Éric Doligé, deux présidents qualifiés de « leaders, des aménageurs, des visionnaires, et des porteurs remarqués de projets »« Notre devoir sera de nous inscrire dans la continuation attentive de leur œuvre », a poursuivi le nouveau président (sans étiquette ) du Département. 

IMG_0464.JPG
Hugues Saury, élu sénateur en septembre, a naturellement pris part au vote. (Photos. apostrophe45)

Évoquant longuement ensuite la situation financière des Départements « asphyxiés (…) par un transfert de charges de l’État sans apporter les compensations financières nécessaires à leur exercice », Marc Gaudet a estimé que les départements « se retrouvent aujourd’hui dans une situation ubuesque dans la mesure où l’État les menace de sanctions s’ils ne parviennent pas à baisser leurs dépenses de fonctionnement dont les deux-tiers sont directement liés à des politique sociales imposées par l’État lui-même ». Et de prendre notamment pour exemple les dépenses liées au RSA  - Revenu de solidarité active - qui ont progressé de 6,2% par an depuis 2010 « et qui s’élèvent à 10 milliards d’euros en 2016 avec un reste à charge du Département à hauteur de 4 milliards d’euros »

« L’État se met en position de censeur alors qu’il est débiteur d’une ardoise de 20 milliards d’euros aux Départements»

 « L’État se met en position de censeur alors qu’il est débiteur d’une ardoise de 20 milliards d’euros aux Départements. Autrement dit, si l’État payait ses dettes aux collectivités, il n’aurait pas besoin de les contraindre de la sorte », a souligné Marc Gaudet qui a estimé que « l’Etat prend le risque de compromettre la vocation de chef de file des solidarités territoriales des Départements ».

IMG_0478.JPG
Première allocution pour Marc Gaudet en tant que président du Département. 

« Face à ces contraintes, le Loiret a fait le choix d’une volonté politique forte »

Ceci étant, le successeur de Hugues Saury a rappelé les ambitions du Département du Loiret pour ce mandat 2015-2021, et en particulier dans le domaine social qui reste l’une des prérogatives essentielles de la collectivité. « Le Département constitue, et nous en sommes convaincus dans le Loiret, l’institution par excellence de la proximité et de la sauvegarde des territoires. Face à ces contraintes, le Loiret a fait le choix d’une volonté politique forte qui est celle de maintenir un niveau d’investissement élevé et budgeté cette année à hauteur de 30 millions d’euros », a ainsi déclaré Marc Gaudet qui a mis l’accent, également, sur le rôle que doit jouer le Département en matière de « retour à l’emploi »« Cette seconde partie du mandat sera résolument tournée vers la mise en place opérationnelle de ce plan pour l’emploi. Tout doit être tenté, non parce que le RAS représente un coût pour notre collectivité, mais parce que l’inégalité d’accès à l’emploi constitue une inégalité sociale supplémentaire », a insisté l’élu. 

Après avoir énuméré quelques-uns des chantiers majeurs de cette seconde partie de mandat, Marc Gaudet a donné sa vision du rôle du Département. « Ma vision du Département est celle d’une institution de proximité qui a pour vocation d’être simultanément facilitateur avec nos partenaires, aménageur pour le territoire, accélérateur de projets, accompagnateur de nos communes et intercommunalités, et enfin incubateur d’expérimentations », a-t-il conclu.

A. G.