Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Avril 2018, 09h49

L'opposition de la droite et du centre à la Région communique sur un premier bilan, deux ans après les élections. 

 L’UDC revendique « un esprit constructif » face à une majorité tenue, elle, de « respecter l’opposition ».

POINT ROUTE - C’est désormais chose habituelle. Partant du principe que l’on ait jamais mieux servi que par soi même, les élus font régulièrement le bilan de leur action au sein des collectivités locales, qu’ils soient d'ailleurs dans la majorité comme dans l’opposition. 

Au tour donc de Guillaume Peltier et du groupe UDC (Union de la droite et du centre) qu’il préside de dresser le bilan après deux ans passés dans l’opposition. Un bilan que les vingt conseillers régionaux de la droite et du centre défendront et expliciteront, à partir de 2018, à la faveur d’une tournée dans les six départements de la région Centre-Val de Loire.

« Ne pas recourir à des travailleurs détachés »

Que retenir donc de ce bilan politique dressé par l’UDC ? Sur le plan économique, l’opposition a obtenu la création d’une charte dans le secteur du BTP afin que les entreprises locales, sur la base du volontariat, « s’engagent à ne pas recourir à des travailleurs détachés sur les chantiers bénéficiant du financement de la région ». La création d’un guichet unique régional pour « la simplification totale des démarches des entrepreneurs » est également à mettre au compte de l’UDC, tout comme la labellisation du salon « 2000 emplois/2000 sourires » et du forum des entreprises, deux rendez-vous régionaux destinés à combattre le chômage.

Sur le plan touristique, deux propositions de l’UDC ont trouvé un écho favorable dans l’hémicycle régional : la création d'un événement labellisé « Noël au Château » avec tous les châteaux volontaires de la région, la mise sur pied d’un forfait régional mutualisé pour « fidéliser la clientèle des sites touristiques en Région Centre-Val de Loire en partenariat avec les Départements, les Intercommunalités et les directions des sites touristiques » et l’instauration d’un « Comité des 500 ans de la Renaissance ». 

« Un approvisionnement d’au moins 50% de produits locaux »

Autre sujet d’importance, transversal celui-là puisqu’il touche à la fois l’économie locale, l’agriculture et le bien-être des lycéens, le développement des circuits courts dans la restauration collective avec l’objectif d’un « approvisionnement d’au moins 50% de produits locaux », dans les lycées et les CFA, notamment. Enfin, pour rester dans le domaine de l’apprentissage, l’UDC a souhaité la création des Ambassadeurs de l’apprentissage afin « que les jeunes apprentis volontaires pourront désormais intervenir et témoigner dans les collèges et lycées pour démontrer que l'apprentissage est une voie d'excellence ».

D’un point de vue global, l’UDC revendique « un esprit constructif » face à une majorité tenue, elle, de « respecter l’opposition », et une assemblée qui doit être guidée par « le service désintéressé et passionné de l’intérêt général et le refus de tout ce qui confisque et éloigne le pouvoir de celui qui le détient vraiment : le peuple ». Chacun sait donc ce qu’il a à faire… 

A. G.