Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 20 Septembre 2018, 01h17

Jean-Pierre Door (LR) et Mélusine Harlé (LREM) se retrouveront à nouveau face à face au second de cette éléction législative partielle. Mais l'avance, cette fois, du député sortant réduit les chances de succès de la candidate de la majortié présidentielle.

Jean-Pierre Door devance cette fois largement Mélusine Harlé, la candidate LREM, en recueillant 38,2% des suffrages.

FINALISTES - Ils étaient douze sur la ligne de départ pour le premier tour des élections législatives partielles qui avait lieu, ce dimanche 18 mars, dans la 4ème circonscription du Loire, après l’invalidation de l’élection de Jean-Pierre Door, le maire (LR) de Montargis, en décembre dernier. 

Sans surprise, on retrouvera dimanche prochain les mêmes finalistes qu’en juin dernier mais avec une reditribution complète des cartes électorales puisque Jean-Pierre Door, 75 ans, devance cette fois largement Mélusine Harlé, 44 ans, la candidate LREM, en recueillant 38,2% des suffrages, contre 20,2% pour sa rivale de la majorité présidentielle. Contrairement aux résultats de juin dernier, donc, Jean-Pierre Door, qui brigue son quatrième mandat, sort largement en tête de ce premier tour alors qu’il y a huit mois, en pleine vague La République en Marche, Mélusine Harlé était en position bien plus favorable avec 28,56% des votes, contre 23,78% pour le député-maire de Montargis.

Résultats définitifs ( 30,36% de participation )

- Jean-Pierre Door (LR) : 38,20%
- Mélusine Harlé (LREM) : 20,20%
- Ludovic Marchetti (FN) : 13,88%
- Jalila Gaboret (PS) : 6,65%
- Bruno Nottin (PCF)  : 5,96%
- Luc Bucheton (Debout la France) : 5,23%
- Jérôme Schmitt (France Insoumise) : 4,96%
- Joël-Pierre Chevreux (Mouvement Hommes, animaux, nature) : 1,96
- Dominique Clergue (Lutte ouvrière) : 1,60%
- Laurent Chaillou (UPR) : 0,81%
- Nicolas Rousseaux (Force nationale) : 0,43%
- Frédéric Chaouat (sans étiquette) : 0,13%

Un contexte difficile pour la candidate de la majorité présidentielle 

Mais depuis, la vague REM s’est très largement affaiblie comme en témoignent les défaites des deux candidats REM lors des législatives partielles qui ont eu lieu, début février, dans le Val d’Oise et sur le territoire de Belfort. Depuis quelques mois, la popularité d’Emmanuel Macron comme celle de son Premier ministre, Édouard Philippe, ne cesse de baisser dans les sondages. Un  passage difficile que le camp de la majorité présidentielle met sur le compte des nombreuses réformes engagées et qui mettront un peu de temps à faire leur chemin dans l’opinion publique et trouver l’adhésion des Français. Ainsi, dans ce calendrier politique chargé, les pronostics favorables à Mélusine Harlé avaient tendance à se faire bien moins nombreux ces dernières semaines, y compris au sein de La République en Marche. Le deuxième tour bouleversera-t-il totalement la donne du premier ? L’avance de Jean-Pierre Door pour ce premier tour semble un peu trop confortable pour cela…

La rédaction.